Andouillette à la provençale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Andouillette à la provençale
image illustrative de l’article Andouillette à la provençale
Andouillette à la provençale nappée d'une sauce au vin blanc, avec riz et courgettes

Autre nom Andouillette provençale
Lieu d’origine Provence
Créateur inconnu
Date Moyen Âge ?
Place dans le service mets principal
Température de service chaud
Ingrédients S'il s'agissait de la recette de Joseph Favre... agneau, queues d'écrevisses, blanc de poulet, ris de veau, jambon, dés de lard et truffes
Accompagnement château-grillet, condrieu, cornas, hermitage, saint-joseph, châteauneuf-du-pape

Andouillette provençale (une spécialité charcutière codifiée réglementairement), andouillette à la provençale (accommodement d'une andouillette elle-même pas forcément élaborée en Provence) : il y a équivoque, mais toujours évocation méridionale, produit et plats étant plus spécialement proposés dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse.

Le produit vendu en charcuterie et les plats divers revendiquant la Provence sont assez éloignés de la "grande recette" d'un autre temps détaillée par Joseph Favre, qui nécessite de l'agneau, des queues d'écrevisses, du blanc de poulet, du ris de veau, du jambon, du lard et beaucoup de truffes.

Une andouillette reconnue par le Code des usages de la charcuterie[modifier | modifier le code]

Andouillette provençale AAAAA à la crème

La dénomination précise andouillette provençale a été officialisée par le Code des usages de la charcuterie, au chapitre Andouillette supérieure, en tant que « dénomination particulière », à côté de l'andouillette de Troyes, de l'andouillette de Jargeau et de l'andouillette du Périgord[1]. Le diplôme AAAAA a été décerné (et renouvelé) à une charcuterie d'Aubagne pour une andouillette de ce type.

Contrairement à l'andouillette de Troyes banalisée dans toute la France — et qui peut être préparée... à la provençale— l'andouillette provençale proprement dite est peu connue hors des régions méridionales.

Une recette charcutière particulière[modifier | modifier le code]

L'actuelle andouillette dite provençale, répondant aux normes d'un Code pouvant éventuellement évoluer, est composée de chaudins complets, de panses et de gorges de porc, peu ou pas découennées[2]. Sa saveur dépend beaucoup d'un assaisonnement typé, « méridional » (ail, persil, etc.)[1]. La composition varie (utilisation éventuelle de menus de porc blanchis, aromates, condiments, additifs autorisés) selon les charcutiers.

En raison de l'élaboration, dressage à la main de matières différentes, elle ne peut être vraiment « tirée à la ficelle » d'un seul élan, comme les andouillettes de Troyes des meilleurs artisans. Par ailleurs, il ne semble pas qu'elle fasse l'objet de fabrication industriellel.

L'andouillette truffée provençale selon Joseph Favre[modifier | modifier le code]

Andouillettes provençales
Andouillettes provençales truffées

Dans l'édition 1905 de son Dictionnaire universel de cuisine pratique, regroupement paru après sa mort de textes initialement présentés en fascicules, Joseph Favre détaille une recette originale dont l'inclusion dans une rubrique « Andouille, Andouillette » est trompeuse puisque sans aucun rapport avec les andouillettes préparées par les charcutiers et tripiers de son époque et d'aujpurd'hui. Il s'agit d'un mets de traiteur ou de cuisinier assez expérimenté, d'élaboration méticuleuse sinon complexe, finalement présenté en andouillette « de forme carrée», enveloppée « en crépinette » dans une crépine d'agneau assouplie. Rien à voir avec l'embossage classique d'une andouillette ou d'une andouille, pas d'emploi de chaudins, ni de panse de porc, ni de fraise de veau.

Ne lésinant pas, dans un second temps, sur l'emploi de produits plus couteux (si de qualité, du moins de nos jours), le cuisinier et chroniqueur gastronomique suisse explique d'emblée la préparation préalable d'une simple farce comprenant, par tiers, des petits morceaux d'agneau, des dés de lard salé et de la mie de pain durcie bouillie dans du lait, mélangée avec du jaune d'œuf avant d'être placée dans la crépine[3]. L'opération suivante consiste à préparer un salpicon dans la composition duquel entrent des truffes noires, des petits champignons, des queues d'écrevisses, du blanc de poulet, du ris de veau et du jambon. Le tout est mis à cuire dans une sauce allemande jusqu'à réduction puis lié au jaune d'œuf[3]. La farce déposée sur la crépine est couverte de lamelles de truffe noires, puis d'une couche de salpicon, et encore de lamelles de truffe, jusqu'à former une pseudo-andouillette carrée « d'environ huit centimètres de long sur six de contour ». L'ensemble ainsi roulé dans la membrane graisseuse servant de contenant est pané[3] dans la mie de pain, puis « grillé à l'anglaise» et servi avec une sauce madère, entouré de tranches de citrons.

Cette formule (que Favre numérote 127) est attribuée par l'auteur à un certain M. de Saint-Martin. « Elle nous a été donnée, ajoute-t-il, par M. Bidon, qui nous fait remarquer qu'elle ne doit pas être confondue avec l'andouillette de MM. les charcutiers, et que sa délicatesse est digne des palais les plus gourmets ».

Consommation courante[modifier | modifier le code]

L'andouillette provençale a déjà fait l'objet d'une très longue cuisson dans le laboratoire du charcutier lors de sa mise en vente. Elle se consomme assez souvent grillée, éventuellement légèrement citronnée et recouverte d'une sauce au vin, peut être poêlée, réchauffée au four. Elle s'accompagne bien de riz et de petits légumes[3], alternative plus « locale » que les « frites ou haricots verts » fréquemment servis d'office.

Accord mets/vin[modifier | modifier le code]

D'une manière convenue, « les mets régionaux s'accordent avec des vins produits sur des zones géographiques proches ou identiques[4]. » Le choix est assez large dans l'univers des côtes-du-rhône et provençal pour que l'on puisse effectivement rester plutôt « terroir».

L'andouillette provençale selon la recette gastronomique donnée par Joseph Favre, mariant viande blanche, charcuterie fine, ris de veau, écrevisse et truffes, supposées régionales, appelle, en rouge (préféré peu tannique ou aux tanins fondus) ou en blanc, des vins éventuellement de grande classe, tels château-grillet, condrieu, cornas, hermitage, saint-joseph, châteauneuf-du-pape[5]. Un bon côtes-du-rhône villages, un rasteau, moin sonéreux, seraient d'aimables compagnons.

Bien entendu, il faut tenir compte de la sauce d'accompagnement, de la cuisson et de la préparation chez les particuliers... à mille lieues souvent de la recette grande cuisine de Favre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Favre, Dictionnaire universel de cuisine pratique (préface de Jean-Pierre Coffe), Éditeur Omnibus, (ISBN 9782258088771), 2006. À défaut de consulter l'ouvrage original à la BnF, on le trouve sur Gallica.

Articles connexes[modifier | modifier le code]