Andilly-en-Bassigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andilly.
Andilly-en-Bassigny
L'intérieur de la villa gallo-romaine d'Andilly.
L'intérieur de la villa gallo-romaine d'Andilly.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Nogent
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Langres
Maire
Mandat
Gilles Huot
2014-2020
Code postal 52360
Code commune 52009
Démographie
Population
municipale
111 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 25″ nord, 5° 31′ 33″ est
Altitude Min. 310 m
Max. 452 m
Superficie 8,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Andilly-en-Bassigny

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Andilly-en-Bassigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andilly-en-Bassigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andilly-en-Bassigny

Andilly-en-Bassigny est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Alors qu’ils sont prévus dans chaque commune par la loi du 21 mars 1793, le comité de surveillance d’Andilly n’est nommé par la municipalité que le 20 octobre, après la loi du 17 septembre qui précise leur organisation. Ses pouvoirs sont renforcés par la loi du 14 frimaire an II, qui lui attribue la surveillance de l’application des lois en concurrence avec les municipalités. Il se borne toutefois comme la plupart des comités communaux à surveiller les étrangers et désarmer les suspects[1].

De 1972 au 31 décembre 1983, Andilly-en-Bassigny est intégrée à la commune de Val-de-Gris[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gilles Huot DVG Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 111 habitants, en diminution de -0,89 % par rapport à 2009 (Haute-Marne : -2,51 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
396 345 403 323 403 417 414 381 401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
358 350 353 334 328 349 351 340 318
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
308 317 297 256 285 239 241 213 230
1962 1968 1990 1999 2007 2011 2014 - -
217 182 112 104 108 115 111 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Hypocauste de la villa.
Vestiges de la villa.
Virgile Multier.
  • Patrimoine archéologique
Une grande villa gallo-romaine se trouve sur le territoire de la commune d'Andilly-en-Bassigny. Découvert et partiellement détruit lors de la construction de la ligne de chemin de fer de Chalindrey à Mirecourt en 1879, le site fut tout d'abord fouillé en 1895 par le curé du village, Virgile Multier (1859-1932).
Ensuite oublié puis redécouvert dans les années 1960, il fut de nouveau fouillé par P. Ballet et T. Zeyer de l'association des Sciences naturelles et d'archéologie de Haute-Marne qui mirent au jour une grande construction dotée de thermes privés monumentaux particulièrement bien conservés avec vestiaire, salle tiède, piscine chaude, étuve et piscine froide.
Cet ensemble fut construit au cours du Ier siècle apr. J.-C., agrandi au IIe et occupé jusqu'au IVe.
Les fouilles ont également mis au jour une nécropole mérovingienne d'une centaine de sépultures établie dans les ruines de la villa et datée des VIe et VIIe siècles.
Le site, propriété du conseil départemental de la Haute-Marne, est classé Monument historique depuis 1986.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Virgile Multier, curé d'Andilly.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fouilles faites au Mont Mercure, près d'Andilly-en-Bassigny, V. Multier, Bulletin de la société historique et archéologique de Langres.
  • Rapport sur les fouilles d'un édifice gallo-romain découvert à Andilly-en-Bassigny : campagne 1962, présenté par Pierre Ballet, Bulletin de la société de sciences naturelles et d'archéologie de Haute-Marne, et années suivantes (rapports jusqu'en 1992).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Bernet, « Les fonds des comités de surveillance en 1793-an III », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 18 | 2004, mis en ligne le 12 décembre 2006. p. 4 et 7
  2. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, mis en ligne en 2002, consulté le 29 décembre 2008.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .