And did those feet in ancient time

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

And did Those feet in ancient time est un poème de William Blake, issu de la préface de Milton, et connu de nos jours sous le titre Jerusalem qui provient de son adaptation en hymne par Hubert Parry. Il est devenu l'un des plus fameux airs patriotiques anglais, au même titre que Rule Britannia et Land of Hope and Glory ; ensemble, ce sont les trois chants qui sont entonnés par l'assistance lors de la « Last Night of the Proms » et, en certaines occasions, faisant quasiment office d'hymne national britannique. George VI préférait Jerusalem à God save the King ; notons qu'officiellement l'Angleterre n'a pas d'hymne national.

Paroles[modifier | modifier le code]

(il existe des petites différences entre variantes de ce texte) :

And did Those feet in ancient times
Walk upon England’s mountains green?
And was the Holy Lamb of God
On England’s pleasant pastures seen?
And did the Countenance Divine
Shine forth upon our clouded hills?
And was Jerusalem builded here
Among those dark Satanic Mills?
Bring me my Bow of Burning Gold;
Bring me my Arrows of Desire;
Bring me my Spear; O clouds Unfold!
Bring me my Chariot of Fire!
I will not cease from Mental Fight,
Nor shall my Sword sleep in my hand,
Till we have built Jerusalem
In England’s green and pleasant Land.

Explications[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une référence à une visite qu'aurait faite, selon un récit apocryphe, Jésus, accompagné de Saint Joseph d'Arimathie, à Glastonbury, en Grande-Bretagne. Le « chariot of fire » (chariot de feu) auquel il est fait allusion est une référence biblique à la montée au ciel du prophète Élie (2Rois 2:11).

Jerusalem[modifier | modifier le code]

L'hymne Jerusalem est un des plus fameux airs patriotiques anglais (à rapprocher notamment de : Rule Britannia de Thomas Arne, et Land of Hope and Glory sur la musique de la première marche Pomp and Circumstance d'Edward Elgar ; ensemble, ce sont les trois chants qui sont entonnés par l'assistance lors de la « Last Night of the Proms ») et peut devenir quasiment l'hymne national anglais.

  • Les Monty Python ont repris et parodié cet hymne à plusieurs reprises. On l'entend par exemple transformé en « And did those teeth in ancient times ». Mais surtout, dans le « sketch des matelas », il y a un vendeur de matelas dans un grand magasin en présence duquel il ne faut jamais prononcer le mot « matelas » (il faut dire « niche de chien » à la place — sauf qu'il ne comprend pas), sinon il se met un sac papier sur la tête et la seule façon de le faire revenir à son état normal est de se mettre dans une boîte en carton et chanter Jerusalem
  • L'émission satirique Spitting Image l'a également détourné (saison 4, épisode 3), chanté par des membres importants du Parti conservateur, alors au pouvoir, dont Margaret Thatcher, et censé symboliser leur politique.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Cet hymne est souvent chanté dans les stades. De plus il a été repris de nombreuses fois. Nous pouvons citer :

Utilisation dans des films[modifier | modifier le code]

  • La phrase « Bring me my chariot of fire » a inspiré le titre du film Les Chariots de feu[1]. Une chorale chante Jerusalem à la fin du film et une version apparaît dans la bande originale de ce film, chantée par les Ambrosian Singers superposée partiellement à une composition de Vangelis. Le titre du film devait être initialement Running jusqu'à ce que le scénariste vît une émission télévisée, Songs of Praise, incluant l'hymne, et décidât de changer le titre du film[1].
  • Dans le film Calendar Girls, les membres du Women's Institute chantent Jerusalem à chacune de leurs réunions.
  • Dans la série télévisée britannique The Casual Vacancy, les habitants de Pagford chantent Jerusalem lors de l'enterrement de Barry Fairbrother.

Utilisation dans la musique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]