Ancienne Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ancienne Ville
Ancienne Ville
L'hôtel médiéval Saint-Livier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Arrondissement Metz
Canton Metz-Ville-2
Code postal 57000
Démographie
Population 13 456 hab. (avec Metz-Centre)
Densité 7 602 hab./km2
Fonctions urbaines Quartier historique, culturel
Étapes d’urbanisation Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 17″ nord, 6° 10′ 58″ est
Superficie 177 ha = 1,77 km2 [1]
Cours d’eau Moselle, Seille
Site(s) touristique(s) quartier Outre-Seille, musées de Metz, remparts médiévaux, hôtel de Burtaigne, hôtel de Malte
Transport
Gare Metz-Ville
Bus Mettis MA, Mettis MB, L1, L2, L3, L3c, L3d, L4, L4a, L4b, L5a, L5b, L5c, L5d, L5e, L5f, C11, C12, C13, C14, N18, N83 Arteo, P105, P106, P107, P108, P109, P110, P111
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Metz
Voir sur la carte administrative de Metz
City locator 14.svg
Ancienne Ville

L’Ancienne Ville est le quartier nord du centre-ville de Metz : il est composé des Hauts-de-Sainte-Croix et du quartier historique Outre-Seille. Le quartier contraste avec le quartier de Metz-Centre par sa vocation plutôt culturelle : les musées de la Cour d’Or (archéologie, architecture, beaux-Arts), les archives municipales, le conservatoire de musique, le caveau des Trinitaires (concerts), l’ancien Carmel (théâtre), l’Institut européen d’écologie

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Il est traversé par la Moselle et la Seille, incorporant Metz-Centre qui est le berceau et le cœur commerçant de la ville.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ancienne Ville (Metz)
Metz quartier Les Îles Metz quartier Les Îles Metz quartier Bellecroix
Metz quartier Les Îles Ancienne Ville (Metz) Metz quartier Bellecroix
Longeville-lès-Metz Metz quartier Nouvelle Ville Metz quartier Plantières Queuleu

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de ce quartier remonte à l'époque romaine où l’axe Nord/Sud, le « cardo » reliait Marseille à Trèves, et l’axe Est/Ouest, le « decumanus » (Fournirue) reliait Reims à Strasbourg.

La colline Sainte-Croix, qui culmine à 183 m[2], représente le cœur historique de la ville : c’est l’emplacement de l’oppidum des Médiomatriques à l’époque gallo-romaine de Divodurum. Elle est délimitée par la Moselle au nord, par la Seille à l’est et autrefois aussi au sud. En fait, un des bras de la Seille a été asséché par les Allemands au début du XXe siècle, en bas du jardin des Tanneurs qui relie les deux quartiers par une très forte pente. C’est d’ailleurs pour cela que le quartier Outre-Seille est ainsi nommé. Aujourd’hui la Seille se situe à l’est du quartier. Il comprend des maisons anciennes dans une ambiance de quartier populaire traditionnel, avec des artisans, des commerces de proximité et des magasins à spécialité orientale, notamment rue des Allemands.

La construction du boulevard Paixhans et des villas le bordant fait suite au démantèlement des remparts médiévaux et remblais de leurs fossés au début du XXe siècle. Le boulevard est nommé ainsi en souvenir du général d’artillerie Henri-Joseph Paixhans, la voie était autrefois appelée rue militaire, rue du rempart des Juifs, rue du rempart de l’arsenal, à cause de l’ancien arsenal d’artillerie proche[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'Ancienne Ville de Metz est le berceau de celle-ci avec un plateau piétonnier de 52 000 m2 et est une des premières villes piétonnes de France.

La place Saint-Jacques occupe l’emplacement du forum antique, la place Saint-Louis était la grande place commerçante et accueillait les changeurs au Moyen Âge[4].

Logement[modifier | modifier le code]

Le quartier à environ 8 291 logements soit 14.2 % du nombre de logements de Metz[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le centre ville compte 13 456 habitants au 1re soit 11 % de la population totale de la ville avec une superficie de 177 hectares. La densité est de 7 657 hab/km² avec une évolution de la population de + 8.2 % entre 1990 et 1999[4].

Curiosités, lieux et bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

  • sur le site présumé de l’ancien palais des maires d’Austrasie et alentours :
  • quartier « Les Piques », :
    • ancien Rimport (port de Metz) où accostaient les bateaux venant de Hollande et d’Allemagne ;
    • la rue Fleur de Lys prend le nom « des Piques » en 1793 à cause de l’entrepôt d’armes de la grange Saint-Antoine ;
    • tympan de la porte de la maison n° 5 porte l’inscription « Maison de la fleur de lys », cette hôtellerie existait déjà en 1565 ; la façade présente des fenêtres à tympan de style gothique flamboyant (XVe siècle) et des arcades Renaissance.
    • église Saint-Pierre, démolie en 1862 : les deux tiers des bâtiments de l’abbaye sont également détruits pour de nouvelles constructions ;
  • remparts nord de la ville le long des berges :
  • le cloître des Récollets (Institut européen d’écologie et archives municipales), XIVe siècle ;
  • places :
  • maisons notables :
  • le jardin des Tanneurs : au-dessus de la rue des Tanneurs sur le flanc sud-est de la colline Sainte-Croix ;
  • la cité administrative ;
  • maison du bâtiment et des travaux publics ;
  • l’hôpital maternité Sainte-Croix ;
  • la maison natale de Gabriel Pierné à 3 rue des Trinitaires[5] ;
  • les caves au no 5 rue de la Glacière servaient au XVIIIe siècle à conserver des blocs de glace tout le long de l’année, cette pratique a donné son nom à la rue. Les caves sont aujourd’hui transformés en équipement culturel et sportif par Carrefour ;
  • la direction du matériel de la Région Terre Nord-Est ;
  • caserne des sapeurs-pompiers[6], à l’emplacement de l’ancienne caserne Féraudy, 2 rue Henry-de-Ranconval, architecte Georges-Henri Pingusson, 1953-1960 ;
  • Carrefour Juniors, centre de loisir sans hébergement : 6 rue Marchant ;
  • les maisons de retraite Home Israélite (41 rue du Rabbin Élie-Bloch) et Saint-Dominique (19 rue Marchant) ;

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. avec Metz-Centre
  2. « Histoire de Metz : Colline Sainte Croix », sur TOUT METZ, (consulté le 4 juin 2019)
  3. Miroir du temps de Metz — Carte postale du boulevard Paixhans début 1900 apposée d’une photo d’octobre 2009.
  4. a b et c « Quartier du centre ville de Metz », sur TOUT METZ (consulté le 4 juin 2019)
  5. « Maison natale de Gabriel Pierné - Metz », sur www.guide-tourisme-france.com (consulté le 11 septembre 2019)
  6. Centre d’Intervention de Secteur (CIS) de Metz.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]