Ancienne église Saint-Paul-des-Champs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancienne église Saint-Paul-des-Champs
Vestiges de l'église Saint-Paul-des-champs.
Vestiges de l'église Saint-Paul-des-champs.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Arrondissement 4e arrondissement
Coordonnées 48° 51′ 15″ nord, 2° 21′ 44″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ancienne église Saint-Paul-des-Champs

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Ancienne église Saint-Paul-des-Champs

L’ancienne église Saint-Paul-des-champs de Paris, édifiée au VIIe siècle par Saint-Éloi, est devenue une paroisse en 1125 et était située à proximité de l'hôtel Saint-Pol. Les Rois de France Charles VI et Charles VII y furent baptisés.

L’église de Saint Paul-des-champs fut détruite durant la révolution française, en 1796. Au début du XIXe siècle, l'église voisine, anciennement connue sous le nom d'église Saint-Louis de la maison professe des Jésuites, est rebaptisée église Saint-Paul-Saint-Louis en souvenir de cet ancien bâtiment démoli.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Paul-des-Champs sur le plan de Truschet et Hoyau (1550).
Église Saint-Paul-Saint-Louis sur le plan de Turgot et en haut, l'église Saint-Paul-des-champs.

Le premier édifice cultuel dédié à saint Paul l'Ermite (qui avait été inhumé par saint Antoine au désert d'Égypte), fut la « Chapelle Saint-Paul-des-champs » édifiée vers 632-642 au milieu de champs cultivés, au niveau de l'actuel no 30-32, à l'angle de la rue Saint-Paul et de la rue Neuve-Saint-Pierre. C'était l'église cimétériale du monastère Saint-Éloi, fondé pour des moniales sur le parvis actuel du palais de Justice par Saint-Éloi et Dagobert Ier. De là, on se rendait en barque au cimetière de la communauté ce qui était bien pratique lors des obsèques monastiques.

Puis le cimetière monastique fut oublié, mais le patronage de Saint-Paul resta jusqu'à nos jours en se déplaçant vers l'apôtre Paul. Par la suite, la chapelle laissa la place à une église qui devint paroissiale en 1125. Celle-ci fut reconstruite au XVe siècle, avant d'être vendue et détruite en 1798, le percement de la Rue Neuve-Saint-Pierre ayant été effectué plus tard[1].

Le cimetière Saint-Paul se situait derrière l'église Saint-Paul et à proximité de la Bastille où furent enterrés de nombreux prisonniers. C’était le deuxième plus grand cimetière de Paris après le cimetière des Innocents.

Personnalités liées à l'église[modifier | modifier le code]

Rois de France[modifier | modifier le code]

Charles V le Sage, installe son palais royal en l'Hôtel Saint-Pol, rue Saint-Paul. Charles VI le Bien-Aimé et Charles VII y furent baptisés, et Saint-Paul restera une paroisse royale jusqu'en 1559, après la mort d'Henri II, blessé lors d'un tournoi rue Saint-Antoine.

Marguerite de France (1523-1574), Duchesse de Savoie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille du Roi de France François 1er et de la Reine Claude de France. Elle est également la sœur d’Henri II. A La mort de sa tante Marguerite d’Angoulême le 21 décembre 1549, elle porte le titre de Duchesse de Berry. L'une des clauses du traité du Cateau-Cambrésis, signé le 3 avril 1559 par la France et l'Espagne, prévoit le mariage entre Marguerite de France et Emmanuel-Philibert de Savoie. Le 29 juin 1559, un tournoi est organisé et le Roi Henri II est mortellement blessé par Gabriel de Lorges, comte de Montgommery d’un coup de lance. Henri II est transporté à l’hôtel des Tournelles, et préconise de célébrer sans délai le mariage de sa sœur Marguerite avec Emmanuel-Philibert de Savoie. Le 9 juillet 1559, en pleine nuit la cérémonie du mariage est célébrée dans les larmes par le cardinal Charles de Lorraine en l’église de Saint-Paul. Le Roi Henri II décède le lendemain.


Gilles Le Sourd[modifier | modifier le code]

Sous le règne du Roi Louis XIV, Gilles Le Sourd[2] fut curé de Saint-Paul de 1692 à 1711. Il est décédé le . Son prédécesseur était Antoine Hameau, docteur de Sorbonne, qui prit le titre de curé de Saint-Paul le . Antoine Hameau était Conseiller-Clerc du parlement le et mourut à Paris le . Le successeur de Gilles Le Sourd est Guillaume Bouret, docteur de la maison et société de Sorbonne, qui fut nommé curé de Saint Paul en 1711. Guilaume Bouret mourut le à l’âge de 72 ans.

Gilles Le Sourd fut principal du Collège de la Marche en 1689 puis recteur de l’université de la Sorbonne à Paris[3]. Il fut également curé de la paroisse Saint-Paul de 1692 à 1711. Ce dernier est décédé le . Pierre Dijou, archer du guet de la ville de Paris, vivait dans sa demeure et était maître d’hôtel de la paroisse Saint-Paul.

En 1703, Gilles Le Sourd entreprend la construction de la chapelle du transept nord de l'église Sainte-Marguerite de Paris, aussi appelée chapelle Saint-Joseph-Sainte-Marguerite.

Pierre Dijou[modifier | modifier le code]

Pierre Dijou était maître d’hôtel du curé Gilles Le Sourd et archer du guet de la ville de Paris, cavalier chargé de protéger les rues de Paris des désordres et des filous, la nuit[4]. Il se marie le 1704 à Paris avec Anne Marie Danteille[5].

Son fils Pierre Dijoux dit Paquet, né vers 1706 à Paris, s’embarque sur le vaisseau de la compagnie des Indes Le Bourbon et arrive à l’île Bourbon (La Réunion) le .

L'homme au masque de fer[modifier | modifier le code]

Le à 19 h, meurt l’homme au masque de fer à la Bastille. Il est inhumé au cimetière de Saint Paul le mardi en présence de Mr de Rosarges, sergent major de la Bastille et du chirurgien major de la Bastille Mr Reghle. C’est Gilles Le Sourd, curé de Saint-Paul, qui signe le registre de décès de l'Homme au masque de fer le [6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du Marais - Saint-Paul-des-champs
  2. Ville de Paris - Direction des Affaires Culturelles - Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles - Centre de Documentation
  3. Œuvres complètes du chancelier D'Aguesseau, volume 3.
  4. Dictionnaire de la langue françoise ancienne et moderne, tome 1er, page 133, par Pierre Richelet
  5. Bibliothèque Nationale, site Richelieu : Ms. fr. 32591 : Saint Paul, baptêmes (1533-1747), fiançailles et mariages (1560-1746).
  6. Michel Vergé-Franceschi, Le Masque de fer, Paris, Fayard, 2009.