Ancien livre des Tang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

L'Ancien Livre des Tang (chinois simplifié : 舊唐书 ; chinois traditionnel : 旧唐書 ; pinyin : jiù tángshū) ou Livre des Tang (chinois simplifié : 唐书 ; chinois traditionnel : 唐書 ; pinyin : Tángshū ; Wade : T'ang-shu) est un ouvrage sur l'histoire de la dynastie Tang . C'est un des premiers travaux historiques portant sur cette période et il fait partie des Vingt-Quatre histoires, une série d'annales dynastiques qui couvrent l'histoire de la Chine. Écrit et publié en 941 par Liu Xu (chinois : 刘昫) un historien au service des Jin postérieurs (936-947) ayant vécu pendant la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes, il a été remplacé comme histoire officielle des Tang par le Nouveau livre des Tang, un ouvrage qui a été compilé sous la dynastie Song. Par la suite, il a retrouvé son statut d'histoire officielle et a été intégré aux 24 histoires, aux côtés du Nouveau Livre.

Structure[modifier | modifier le code]

L'Ancien Livre des Tang est divisé en 200 chapitres[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de ce livre commence quand Shi Jingtang, le fondateur et premier empereur de la dynastie des Jin postérieurs, ordonne sa compilation en 941. Le rédacteur en chef originel est Zhao Ying ( chinois : 趙瑩), qui était alors également le chancelier de Jingtang. Toutefois, lorsque le Tángshū est finalement achevé, le poste de chancelier est alors occupé par Liu Xu, qui avait repris le travail de compilation et d'organisation du livre. En conséquence, c'est Xu qui a été crédité en tant que rédacteur en chef lorsque l'œuvre a été présentée en 945 à l'empereur Shi Chonggui.

Ce livre ayant été écrit relativement rapidement[2], l'Ancien Livre des Tang est une compilation d'annales antérieures, maintenant perdues; Il incorpore d'autres monographies et biographies, en utilisant comme sources, entre autres, le Tongdian de Du You[3]. Ces sources sont souvent directement recopiées à partir de chroniques et d'histoires antérieures et le résultat final est sévèrement critiqué sous la dynastie Song. Ainsi, l'empereur Song Renzong a qualifié le livre de "mal organisé, surchargé de détails sans importance, cherchant son style et mal sourcé ". Ces erreurs comprenaient même des biographies de personnages historiques reproduites en plusieurs exemplaires au sein du livre.

En raison de ces critiques, une nouvelle histoire de la dynastie Tang est commandée en 1044 par l'empereur Renzong. Ouyang Xiu et Song Qi sont les éditeurs de ce nouvel ouvrage, qui va devenir le Nouveau Livre des Tang ou Xīn Tángshū. Après la publication de ce nouveau livre, le Tángshū n'est plus imprimé et, au cours des siècles suivants, il devient très rare. C'est finalement sous la dynastie Ming que les copies restantes sont rassemblées et que le livre est de nouveau publié, avant d'être finalement reconnu comme étant l'une des vingt-quatre histoires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kaneko 1994.
  2. À peine quatre ans, là ou les précédentes histoires officielles ont mis des décennies à être écrites
  3. Twitchett 2002.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource en chinois :