Diocèse d'Orange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ancien diocèse d'Orange)
Aller à : navigation, rechercher
Diocèse d'Orange
(la) Dioecesis Aurausicana
Image illustrative de l'article Diocèse d'Orange
L'ancienne cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth d'Orange
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Suppression 1790 / 1801
Province ecclésiastique Arles
Siège Orange
Diocèses suffragants aucun
Titulaire actuel liste
Langue(s) liturgique(s) latin
Calendrier julien puis grégorien
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse d'Orange (en latin : Dioecesis Aurausicana) est un ancien diocèse de l'Église catholique en France.

Il était suffragant de la province ecclésiastique d'Arles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse d'Orange est érigé au IIIe siècle.

De 830 à 1106, son histoire est rythmée par son antagonisme avec le diocèse voisin de Saint-Paul-Trois-Châteaux, essentiellement pour des raisons politiques. En effet de 830 date la réunion de ces deux diocèses pour des raisons inconnues, l'évêque siégeant, surtout au début, la plupart du temps à Orange, ce qui ne manquait pas d'ulcérer les habitants et les élites de Saint-Paul. Les princes d'Orange successifs n'eurent de cesse d'obtenir la dissociation des deux diocèses, ceci durant près de 280 ans, et avec des périodes courtes de satisfaction. En 1106, profitant de la venue en France du pape Pascal II, une délégation envoyée à l'abbaye de Cluny obtient la désignation de Richard, cardinal d'Albe et légat du pape, pour régler définitivement cette question[1]. Celui-ci organisa une réunion à Pont-de-Sorgues des protagonistes et de Ripert, évêque d'Avignon, Léger, évêque de Viviers, et Le Bret, abbé de Saint-Ruf de Valence, à l'issue de laquelle la séparation définitive des deux diocèses fut décidée. Cette décision fut confirmée le par un Bref apostolique de Pascal II à l'évêque d'Orange[2].

Il est supprimé par la Constitution civile du clergé, adoptée par l'Assemblée nationale constituante le et sanctionnée par Louis XVI le suivant. Sa suppression n'est pas reconnue par le pape Pie VI mais, à la suite du Concordat de 1801, il n'est pas rétabli : par la bulle Qui Christi Domini du , le pape Pie VII supprime le siège épiscopal et incorpore le territoire du diocèse à celui d'Avignon qui couvre alors le département du Gard et la majeure partie de celui du Vaucluse. Le , le diocèse d'Avignon, réduit au département du Vaucluse, retrouve son rang d'archidiocèse métropolitain. Le , l'archevêque métropolitain d'Avignon est autorisé à relever le titre d'évêque d'Orange ainsi que ceux d'évêque d'Apt, Carpentras, Cavaillon et Vaison. Le , ces titres sont supprimés. Le , le titre d'évêque d'Orange est rétabli comme siège titulaire. Depuis , Mgr Julio Murat est l'évêque titulaire d'Orange.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse d'Orange confinait : au nord, avec celui de Saint-Paul-Trois-Châteaux ; à l'est, avec ceux de Vaison et de Carpentras ; au sud, avec celui d'Avignon ; à l'ouest, avec celui d'Uzès.

Il comprenait 19 paroisses, dont 14 dans le Comtat, 1 en Provence et 4 dans la principauté d'Orange:

  • Aubignan
  • Beaumes (collégiale)
  • Caderousse
  • Camaret
  • Jonquières
  • La Garde-Paréol
  • Mondragon
  • Mornas
  • Orange
  • Piolenc
  • Rochegude
  • Sainte-Cécile
  • Sarrians
  • Sérignan
  • Travaillan
  • Uchaux:
    • Darboux
    • La galle
  • Vacqueyras
  • Violès

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Antoine Bastet, Essai historique sur les évêques du diocèse d'Orange, Orange, 1837, page 119.
  2. Joseph-Antoine Bastet, Essai historique sur les évêques du diocèse d'Orange, Orange 1837, page 120.

Liens externes[modifier | modifier le code]