Anatoli Marienhof

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anatoli Marienhof
Анатолий Мариенгоф.jpg
Anatoli Marienhof
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Période d'activité
Nationalités
Activités
Conjointe
Anna Nikritina (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genre artistique

Anatoli Borissovitch Marienhof (en russe : Анатолий Борисович Мариенгоф), né le 24 juin 1897 ( dans le calendrier grégorien) à Nijni Novgorod et mort le à Léningrad, est un poète, romancier, dramaturge et scénariste russe et soviétique.

Il est l'une des figures de proue de l'imaginisme. Actuellement, il est connu pour ses mémoires qui dépeignent la vie littéraire russe des années 1920 et son amitié avec le poète Sergueï Essenine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anatoli Marienhof naît dans une famille noble de Livonie à Nijni Novgorod. Après ses études, il est incorporé dans l'armée et doit servir au cours de la Première Guerre mondiale sur le front de l'Est.

En 1918, à Voronej, avec Sergueï Essénine et d'autres poètes moscovites, il signe le manifeste Deklaratsiia, texte fondateur du mouvement de l'Imaginisme qui veut se distinguer du Futurisme. Il participe à toutes les manifestations et publications du groupe et fait paraître, entre 1920 et 1928, une douzaine de recueils de poésie dans la mouvance imaginiste. Grand ami de Essénine, avec qui il partage un appartement pendant plusieurs mois, il lui dédie plusieurs de ses œuvres.

À la fin des années 1920, il accède à la notoriété avec le scandale que suscite la publication de son roman Un roman sans mensonge (Roman bez vrania). Les attaques incessantes de la presse soviétique à son endroit le poussent à publier à Berlin, en 1928, son deuxième roman, Les Cyniques (Tsiniki), tout comme son dernier, L'Homme rasé (Brityy tchelovek), en 1930. Il se cantonne ensuite à l'écriture de pièces de théâtre pour la scène et la radio.

Après la mort de Joseph Staline, en 1953, il rédige ses mémoires qui ne seront publiés que plusieurs décennies après sa mort survenue en . Il est enterré au cimetière Bogoslovskoïe à Saint-Pétersbourg.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Roman bez vrania (1927-1929)
    Publié en français sous le titre Un roman sans mensonge, traduit par Fabienne Mariengof et Jean-Jacques Marie, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Le Don des langues », 1992, 190 p. (ISBN 2-02-012652-4)
  • Tsiniki (1928)
    Publié en français sous le titre Les Cyniques, traduit par Jean-Jacques Marie, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Le Don des langues », 1990, 160 p. (ISBN 2-02-011468-2)
  • Brityy tchelovek (1930)
    Publié en français sous le titre L'Homme rasé, traduit par Henri Abril, Paris, Circé, 2004, 132 p. (ISBN 2-84242-146-9)
  • Mon siècle ma jeunesse, traduit par Anne-Marie Tatsis-Botton (Éditions Noir sur Blanc) (ISBN 978-2-88250-578-1)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Adaptation de son œuvre par des tiers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]