Anatole de La Forge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anatole de La Forge
Anatole de la Forge.jpeg

Anatole de La Forge par Benque et cie

Fonction
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Plaque commémorative avec médaillon d'Aimé Millet au n° 1 de la cité de Trévise à Paris où naquit Anatole de La Forge

Anatole de La Forge, né le [1] à Paris où il est mort le , est un journaliste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anatole de La Forge entame sa carrière dans la diplomatie comme chargé de mission à Madrid. Démissionnaire en 1848, il entre dans le journalisme politique et mène dans L'Estafette et dans Le Siècle de vigoureuses campagnes en faveur des idées républicaines.

Le 4 septembre 1870, lors de la guerre franco-allemande, il devient préfet de la défense nationale. Il s'acquiert le nom de « défenseur de Saint-Quentin » pour avoir repoussé, avec l’aide de sa garde, une colonne de soldats prussiens venue envahir et occuper la ville, le 8 octobre 1870.

Le 14 septembre 1870, il est nommé Préfet de l'Aisne.

Député de la Seine de 1881 à 1889, il est vice-président de la Chambre.

Il se donne la mort dans la matinée du 6 juin 1892, à l'âge de 71 ans. Sa sépulture au cimetière du Père-Lachaise, érigée par Louis-Ernest Barrias grâce à une souscription nationale, porte l'inscription : « À la mémoire d’Anatole de La Forge, le vaillant défenseur de Saint-Quentin, le fidèle défenseur de la démocratie[2]. »

Hommages[modifier | modifier le code]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Des Vicissitudes politiques de l'Italie, dans ses rapports avec la France, 2 vol., 1850
  • Histoire de la République de Venise sous Manin, 2 vol., 1852
  • L'Autriche devant l'opinion, 1859 Texte en ligne
  • La Question des duchés, 1859
  • La Guerre, c'est la Paix, 1859 Texte en ligne
  • Les Utopistes en Italie, réponse à MM. Arthur de La Guéronnière et Eugène Pelletan, 1862
  • La Liberté, deuxième réponse à M. Eugène Pelletan, 1862 Texte en ligne
  • Lettre à Mgr Dupanloup sur les événements de Pologne, 1863
  • La Pologne devant les chambres, 1863
  • La Pologne en 1864, lettres à M. Émile de Girardin, 1864
  • Petit mémoire pour servir d'appendice édifiant aux « Questions de mon temps » (une des œuvres de M. Émile de Girardin), 1869 Texte en ligne
  • Les Serviteurs de la démocratie, 1883

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La notice biographique de l'Asssemblée nationale le fait naître le 1er avril 1821, mais la plupart des sources, ainsi que la plaque commémorative apposée sur son lieu de naissance à Paris, indiquent 1820.
  2. Site des amis et passionnés du Père-Lachaise : appl-lachaise.net

Liens externes[modifier | modifier le code]