Anastylose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'anastylose (mot féminin) est un terme archéologique qui désigne la technique de reconstruction d'un monument en ruines grâce à l'étude méthodique de l'ajustement des différents éléments qui composent son architecture. La reconstruction est faite en utilisant les fragments trouvés sur place avec des matériaux modernes, de couleur et de qualités différentes, de sorte que l'on puisse distinguer à l’œil nu l'ancien du moderne et préserver les pierres antiques de l'altération (par exemple en utilisant des matériaux légers).

Cette technique doit évidemment être sujette à précautions de la part des archéologues, dans la mesure où il s'agit seulement d'hypothèses de restitutions originales. L'anastylose doit donc obéir au principe de réversibilité, c'est-à-dire qu'on puisse démonter la reconstitution en cas d'erreur.

Description[modifier | modifier le code]

Il peut aussi s’agir d’éléments reconstitués en matériaux contemporains pour présenter un détail de construction donnant l’échelle d’un édifice, comme cela a été le cas pour l'anastylose du site de Glanum à Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône (reconstitution de la partie frontale et sud-est du plus petit des temples géminés). Si l’anastylose est assez souvent possible pour les monuments antiques en grand appareil, où chaque bloc avait une place définie, il est beaucoup plus difficile à réaliser pour des monuments aux pierres interchangeables comme les édifices médiévaux. L’anastylose partielle de ceux-ci n’est possible que pour les parties trouvées en connexion (généralement en fouilles). Quand des éléments sont manquants, on peut avoir recours à des ajouts d'éléments modernes (ciment, plâtre, résine…)

La prudence est cependant de mise pour retenir la solution de l'anastylose, et dans tous les cas le choix de cette technique doit être précédé d'une étude scientifique préalable collégiale. En effet elle pose un certain nombre de questions :

  • Quelque rigoureuse que soit l'étude préalable à l'anastylose, une erreur d'interprétation peut mener à reconstituer le monument d'une manière erronée.
  • Les dégâts éventuels (souvent minimes) que peuvent subir les éléments durant l'assemblage.
  • Le fait que l'anastylose puisse hypothéquer, voire empêcher, un développement ultérieur des fouilles.
  • Le fait qu'un même élément puisse avoir été utilisé dans différents monuments à différentes périodes. Utiliser cet élément dans une construction, c'est nier les autres.

Sites et monuments restaurés par la technique de l'anastylose[modifier | modifier le code]

L'un des premiers sites à avoir été restauré grâce à la technique de l'anastylose est le trésor des Athéniens, dans le sanctuaire oraculaire panhellénique d'Apollon Pythien à Delphes, par l'École française d'Athènes, et cela à partir de 1901[1].

Exemples d'anastylose :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. JOCKEY Philippe, L'archéologie, Belin, 2013, p.205
  2. (el) « The American School of Classical Studies at Athens », sur www.ascsa.edu.gr (consulté le 20 août 2015).
  3. Vat Phu