Analyse du comportement appliquée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé. (mars 2014).

Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article).

L'analyse du comportement appliquée, ou ABA (en anglais : Applied Behavior Analysis), est un champ d'étude et une prise en charge issue de la psychologie comportementale. L'ABA se base sur l'observation directe, la mesure précise et l'analyse fonctionnelle, elle est particulièrement appliquée dans le champ de l'autisme, mais également l'addiction, ou d'autres pathologies.

Généralités[modifier | modifier le code]

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme anglais Behavior modification (en) a été précédemment employé[1]. D'autres termes connexes renvoient à l'ABA : The University of California at Los Angeles Young Autism Project model (YAP), early intensive behavioural intervention (EIBI), ou programme Lovaas.

Domaines concernés[modifier | modifier le code]

L'analyse du comportement appliquée peut s'adresser aux troubles envahissants du développement, aux troubles du comportement, au développement du langage, des conduites sociales, etc. Elle est en particulier connue dans le traitement de l'autisme, avec l'approche intensive développée par Ole Ivar Lovaas. En effet, utilisant le conditionnement opérant, l'ABA permet de favoriser les apprentissages chez les personnes n'ayant pas encore acquis de langage.

L'évaluation[modifier | modifier le code]

L'ABA porte une attention particulière à l'évaluation. Cet aspect permet des interventions ciblées, précises et efficaces[non neutre]. L'impact de l'intervention est également mesuré, permettant d'évaluer l'efficacité, et au besoin de réajuster la procédure utilisée.

Analyse fonctionnelle[modifier | modifier le code]

L'analyse fonctionnelle sert à définir les relations entre un type spécifique d’événement environnemental et un comportement et obtenir des informations sur le rôle du comportement pour la personne qui l’émet. On l’utilise pour identifier les sources de renforcement d’un comportement. La fonction d'un comportement c'est le type de conséquence que celui-ci permet d'obtenir. Il y a différentes fonctions :

  • Le renforcement social positif (l'attention)
  • Le renforcement positif par le tangible
  • Le renforcement positif automatique (l'autostimulation)
  • Le renforcement social négatif (l'échappement)

Si on peut déterminer la relation de cause à effet entre un événement environnemental et un comportement, on peut s’en servir pour diminuer la fréquence d’un comportement problème.

On peut observer et mesurer séparément les effets des antécédents et des conséquences. On parle d’évaluation analogique car des antécédents et des conséquences similaires à ceux qui sont naturellement présent dans l’environnement sont présentés de manière systématique mais l’analyse n’est pas conduite dans un contexte naturel (pour que l’analyse ai un meilleur contrôle sur les variables environnementales). Analogique réfère aux arrangements de variables plutôt qu’à la situation dans laquelle l’évaluation à lieu. Les recherches ont montré que les Analyses fonctionnelles conduites en environnement naturel donnaient généralement les mêmes résultats qu’en simulations.

En général une analyse fonctionnelle comporte 4 conditions :

  • 3 conditions test : attention contingente, échappement contingent et seul
  • 1 condition contrôle dans laquelle on s’attend à ce qu’il y ait peu de comportement problème car les renforcements sont disponibles gratuitement et qu’il n’y a pas de demandes.

Chaque condition test contient une motivating operation et une source potentielle de renforcement du comportement problème. Elles sont présentées systématiquement une par une en séquence alterné pour identifier dans quel condition on a le plus de comportement problème.

Elle présente plusieurs avantages :

  • Démonstration claire des variables qui affecte la fréquence du comportement
  • Méthode standard la plus utilisé (scientifique)
  • Valide

Et limitations :

  • L’évaluation peut augmenter temporairement la fréquence d’un comportement indésirable à un niveau qui peut devenir inacceptable ou faire acquérir au comportement une nouvelle fonction
  • Acceptabilité de l’analyse fonctionnelle : arranger délibérément des conditions qui font augmenter le problème
  • Comportement trop peu fréquent : pas d'analyse fonctionnelle possible
  • Conduite dans un environnement artificiel donc certaines variables idiosyncrasique peuvent ne pas être détecté et représenté dans la FA
  • Long

Description du comportement[modifier | modifier le code]

Pour être décrit de façon objective et précise, le comportement peut être observé sous plusieurs aspects :

  • la fréquence ;
  • le taux, ou débit ;
  • la durée ;
  • la latence ;
  • la topographie ;
  • la force ;
  • la localisation.

Techniques d'observation[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs types de grilles d'observation. Celles-ci varient selon les dimensions du comportement observées. Par exemple, le comportement peut être mesuré dans sa fréquence : on choisira alors une unité de temps durant laquelle on comptera le nombre d'occurrences du comportement[réf. souhaitée].

L'intervention[modifier | modifier le code]

L'intervention peut porter sur l'antécédent ou sur la conséquence du comportement cible. L'occurrence du comportement cible augmente lorsqu'il est suivi d'un élément renforçateur, et diminue lorsqu'il est suivi d'un élément punitif. C'est ici la définition même du renforcement et de la punition.

Techniques d'intervention[modifier | modifier le code]

Le renforcement, qu'il soit positif ou négatif, constitue toute procédure visant à augmenter l’occurrence d'un comportement. À l'inverse la punition, positive ou négative, constitue les procédures visant à diminuer un comportement défini.

Choix du renforçateur[modifier | modifier le code]

Les renforçateurs sont classés en deux catégories :

  • les renforçateurs primaires renforcent un comportement sans qu'il y ait eu d'apprentissage préalable. Ils peuvent être nourriture, sommeil, stimulations, etc.
  • les renforçateurs secondaires (ou conditionnels) dépendent d'une association préalable avec un renforçateur primaire.

Plans d'intervention[modifier | modifier le code]

L'apprentissage[modifier | modifier le code]

Les conséquences sont les variables manipulées pour contrôler le comportement. Rappelons que le conditionnement opérant explique tout apprentissage, et l'ABA en utilise les propriétés dans un programme transparent. L'objectif doit demeurer l'apprentissage et l'autonomie, c'est-à-dire le bien-être présent et futur de la personne. De plus, l'évaluation de la validité sociale permet d'assurer à l'intervention une éthique correspondant aux valeurs de la société plutôt qu'à celles du psychologue.


Centres et écoles ABA dans le monde[modifier | modifier le code]

Centres et écoles ABA en France[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, des structures de prises en charge ABA émergent en France. Elles sont généralement créées par des associations de parents d'enfants autistes qui, refusant les prises en charges psychiatriques institutionnelles et ne trouvant pas de structure ABA, les mettent en place elles-mêmes.

  1. 2005 L'association Pas à Pas crée le Centre Camus[2] à Villeneuve-d'Ascq. Pas à Pas[3] est la plus ancienne association française dans le traitement de l'autisme avec l'ABA. Elle est rattachée au seul master de formation ABA en France actuellement[4].
  2. 2005 L'IME des Petites Victoires existe depuis 2005 à Paris[5].
  3. 2005 L'association bébébulle 76 située à Yerville, seine-maritime.
  4. 2006 L'association LéaPourSamy (renommée depuis "Vaincre L'Autisme" crée Futuroschool à Paris. D'autres, basées sur le même modèle d'organisation et de financement, sont en projet sur d'autres sites de cette association.
  5. 2006 L'association OVA met en place une structure ABA en France et en SuisseGenève)
  6. 2007 L'association Les Amis de P. M. D. »Une microstructure est mise en place dans Paris 18e. La ville de Paris et les parents en assurent le financement. Trois puis 6 enfants y sont accueillis. [6] puis en 2011 l'association se renomme et ouvre un IME experimental baptisé MAIA à Paris. Accueillant à ses débuts 6 enfants, elle compte depuis 2011 16 enfants. L'IME a déménagé en mars 2011 et est maintenant situé dans le 12e arrondissement au 47-49 avenue du Dr Arnold Netter.
  7. 2008 Ouverture du Service d'accompagnement comportemental spécialisé (SACS) à Villeneuve-d'Ascq prenant la relève du centre Camus, en partenariat étroit avec l'association Pas à Pas. Premier centre ABA ayant reçu l'agrément du CROSM pour mettre en place ce traitement[7].
  8. 2008 La Fondation Autisme, Agir et vaincre[8], soutenue par la Mairie de Paris, ouvre une école de prise en charge ABA pour accueillir des enfants affectés par l'autisme.
  9. 2008 L'association P'TIT DOM met en place une structure ABA à Gradignan, près de Bordeaux, créée par des associations de parents d'enfants autistes.
  10. Un IME situé à Carros près de Nice a également ouvert [9]. Baptisée Les coteaux d'azur, cette structure accueille une vingtaine d'enfants.
  11. 2009 L'association Croix Rouge Française a ouvert en octobre un SEDAC (Service Expérimental D'Accompagnement Comportemental) accueillant 6 enfants de 3 à 12 ans. Il est situé à Seynod (74600).
  12. 2009 L'association AIME 77 [10] a ouvert un IME baptisé ECLAIR à Bussy-Saint-Georges. Cet IME mitoyen du groupe scolaire Louis Braille accueille une dizaine d'enfants à temps plein.
  13. 2010 L'association ECLA a ouvert un SESSAD[11] : le SESSAD ECLA accueille 20 enfants avec une prise en charge personnalisée, au 90 rue Saint-Jean à Roubaix, 59100.
  14. 2011 L'association Autisme Ouest 44 [12] a ouvert en septembre une école ABA à Nantes : située 19 rue des plantes, cette école, intégrée dans une école ordinaire, accueille pour l'instant 5 enfants.
  15. 2011 L'association OVA France [13] a ouvert en septembre deux centres : à Annecy, accueillant 8 enfants et Annemasse, accueillant cinq enfants. Neuf places sont encore en attente de financement.
  16. 2011 L'association MAIA Autisme a ouvert en septembre un centre à Paris 12e accueillant 16 enfants entre 3 et 18 ans, l'IME expérimental MAIA : Maison pour l'apprentissage et l'intégration des enfants avec autisme[14].
  17. 2013 L'association OVA France [13] obtient 9 places de plus en septembre 2013, soit 22 places au total, réparties entre Annecy (Quintal - 10 places) et Annemasse (Monnetier-Mornex - 12 places).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J.M Johnston, Richard M Foxx, John W Jacobson, Gina Green et James A Mulick, « Positive Behavior Support and Applied Behavior Analysis », The Behavior Analyst, vol. 29, no 1,‎ , p. 51–74 (PMCID 2223172)
  2. Site d'ABA France
  3. ABA France
  4. MASTER Sciences Humaines et Sociales : Mention Psychologie
  5. Les petites victoires quotidiennes des enfants autistes Séquence vidéo de l'INA sur http://www.ina.fr, publié le 14 mai 2008
  6. [1] MAIA autisme
  7. [2]
  8. Fondation autisme, Agir et vaincre, créée par des parents en 2004 sous égide de la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) reconnue d'utilité publique
  9. Site de aba-apprendre-autrement
  10. Site de AIME77
  11. « Sessad-Ecla, une première victoire pour les enfants autistes et leur famille », sur www.lavoixdunord.fr,‎
  12. Site d'Autisme Ouest 44
  13. a et b Site de l'association OVA
  14. MAIA Autisme

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rivière, Vinca. (2006) Analyse du comportement appliquée à l'enfant et à l'adolescent. Liège : Presses universitaires du septentrion.
  • Clément, Céline. (2006) Apprentissage et conditionnements. Paris : Dunod.
  • Cooper, J. O., Heron, T. E., & Heward, W. L. (2007). Applied behavior analysis.
  • Hanley, G. P., Iwata, B. A., & McCord, B. E. (2003). Functional analysis of problem behavior: A review. Journal of applied behavior analysis36(2), 147-185.
  • [Leaf et McEachin 2006] Ron Leaf et John McEachin (trad. de l'anglais par Agnès Fonbonne et Catherine Milcent), Autisme et A.B.A : une pédagogie du progrès Broché, Pearson, coll. « Psychiatrie », , 421 p. (ISBN 2744071579 et 978-2744071577)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]