Anagenèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Deux modalités de la spéciation : selon la théorie gradualiste (en), elle se fait par anagenèse. Selon la théorie ponctualiste, elle se fait par cladogenèse.

Dans les théories de l'évolution, l’anagenèse, appelée aussi évolution phylétique ou spéciation phylétique, est un terme popularisé par Bernhard Rensch et correspond à la transformation lente et continue, généralement considérée comme graduelle, d'une espèce. L'évolution temporelle et graduelle d'une lignée unique qui se transforme progressivement peut donner naissance à une nouvelle espèce (spéciation), sans qu'il y ait ramification. Dans ce cas, une espèce descendante remplace une espèce ancestrale dans la continuité, formant une lignée évolutive (notion de pseudoextinction (en) et de chrono-espèce, espèce paléontologique dont la transformation morphologique est sufisamment rapide pour apparaître dans les registres fossiles)[1].

En physiologie, l'anagenèse correspond à la régénération de tissus vivants ayant été détruits.

Origine[modifier | modifier le code]

Les termes « anagenèse » et « cladogenèse » sont utilisés par Rensch dans la première édition allemande de son livre Neuere Probleme der Abstammungslehre (1947)[2]. Ils sont repris dans la traduction anglaise Evolution Above the Species Level (1959)[3] basée sur la seconde édition allemande (1954)[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cédric Grimoult, L'évolution et les évolutionnistes de A à Z, Editions Ellipses, , p. 12
  2. (de) Bernhard Rensch, Neuere Probleme der Abstammungslehre, 1re édition, Enke, Stuttgart, 1947, p. 95.
  3. (en) Bernhard Rensch, Evolution above the species level, Columbia University Press, New York, 1959.
  4. (de) Bernhard Rensch, Neuere Probleme der Abstammungslehre, 2e édition, Enke, Stuttgart, 1954.
  5. (en) Warren D. Allmon, « Species, lineages, splitting, and divergence: why we still need ‘anagenesis’ and ‘cladogenesis’ », Biological Journal of the Linnean Society, Linnean Society, vol. 120, no 2,‎ , p. 474-479 (ISSN 0024-4066, DOI 10.1111/bij.12885).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]