Amy Chua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amy Chua
Description de cette image, également commentée ci-après

Amy Chua au festival du livre du Texas en 2007

Naissance (53 ans)
Champaign (États-Unis)
Activité principale
professeur de droit à Yale, écrivain

Amy L. Chua (chinois simplifié : 蔡美儿 ; chinois traditionnel : 蔡美兒 ; pinyin : Cài Měi'ér ; Wade : Ts'ai⁴ Mei³erh²), né en 1962 à Champaign dans l'Illinois, est professeur de droit à l'université Yale à New Haven, dans le Connecticut, aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amy est né le 26 octobre 1962 à Champaign dans l'Illinois. Comme jeune fille, elle est quelquefois sujet à des moqueries, pour son accent et son apparence. Ceci fait réagir sa mère, qui lui apprend à être fière de sa différence[1]

Elle devient professeure à la faculté de droit de Yale. Elle publie en 2003 un premier ouvrage Le monde en feu. Violences sociales et mondialisation, qui provoque de vives polémiques aux États-Unis notamment. Elle y explique que la conjonction d'un marché engendrant des inégalités disproportionnées et de la démocratie peut engendrer des haines ethniques à travers le monde. Le livre a été traduit en 2007 en français.

Début 2011, elle publie son livre L'Hymne de bataille de la mère tigre (Battle Hymn of the Tiger Mother) consacré à l'éducation parentale. Elle y évoque l’éducation très stricte qu’elle a reçu dans sa jeunesse et décrit comment sa tentative d’appliquer la même discipline envers ses propres filles a connu un niveau de succès aléatoire. Si une partie du livre est constitué d’anecdotes dans laquelle elle n’a pas toujours le beau rôle, elle y expose aussi comment, à son avis, la tendance voulant que l’emphase soit placé sur l’estime de soi de l’enfant au détriment de l’exigence s’avère contre-productive. Aux États-Unis, le livre suscite une réelle controverse et fait d'Amy Chua une personnalité médiatique[2],[3].

Amy est l'épouse de Jed Rubenfeld, également professeur de droit à Yale, de qui elle a eu deux filles Sophia et Louisa[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le monde en feu. Violences sociales et mondialisation, [« World on fire'. How exported Free Market Democracy Breeds Ethnic Hatred and Global Instability], trad. de Laurent Bury, Paris, Editions du Seuil, coll. « Les livres du nouveau monde », 2007 [2003].
  • L'Hymne de bataille de la mère Tigre, [« Battle Hymn of the Tiger Mother »], trad. de Juliette Bourdin, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Hors série Connaissance », 2011, 304 p. (ISBN 978-2-07-013313-0)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kira Cochrane, « The truth about the Tiger Mother's family », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  2. a et b Corine Lesnes, « La guerre des "moms" a commencé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Bastien Bonnefous, « Les parents étaient presque parfaits », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]