Amr Diab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diab.
Amr Diab
عمرو دياب
Description de cette image, également commentée ci-après
Amr Diab
Informations générales
Surnom Le Père de la musique méditerranéenne, El Hadaba
Nom de naissance Amr Abdel Basset Abdel Aziz Diab (عمرو عبد الباسط عبد العزيز دياب
Naissance (56 ans)
Port-Saïd
Activité principale Chanteur, Compositeur
Genre musical Pop, Musique Latine, House, Rock, Musique Arabe, R&B, World, Flamenco, Dance
Instruments Guitare, Oud, Piano
Années actives 1983 - présent
Labels Delta Sound, Alam El Phan, Rotana, Nay for Media
Site officiel http://amrdiab.net/

Amr Diab (arabe : عمرو دياب  prononciation  : [ˈʕɑm.ɾedˈjæːb]) né Amr Abdel Basset Abdel Aziz Diab (عمرو عبد الباسط عبد العزيز دياب  [ˈʕɑm.ɾe ʕæbdelˈbɑːsetˤ ʕæbdelʕæˈziːz deˈjæːb]) est un chanteur, acteur et compositeur égyptien, né le à Port-Saïd. Il est l'un des chanteurs les plus populaires en Égypte et dans le Monde arabe. Avec plus de trente albums à son actif et trente cinq ans de carrière, Amr Diab reste une icône de la chanson arabe moderne.

Il est l'artiste arabe ayant vendu le plus de disques et celui qui détient le record du nombre des World Music Award remportés. Par ailleurs, plusieurs de ses chansons (notamment Tamally Ma'ak, Nour El Ain et Osad Ainy) ont été traduites et reprises par de nombreux autres chanteurs croates, roumains, turques, indiens, russes... voire anglais et espagnols.

Amr Diab qui est surnommé par les critiques européens comme le Père de la musique méditerranéenne est avant tout un innovateur dans l'histoire de la musique arabe, ayant introduit plusieurs genres musicaux occidentaux dans la chanson arabe, mais aussi ayant développé la notion de clip vidéo.

Amr Diab est connu aussi par son soutien aux jeunes talents ayant introduit plusieurs artistes qui sont devenus des stars de la composition et de l'écriture dans leur pays (Amr Mostafa, Aymen Bahgat Amar, Amir Taema, Ahmed Ali Moussa, Khaled Ezz...).

Biographie[modifier | modifier le code]

Début[modifier | modifier le code]

Le père de Amr, Abdel Basset Abdel Aziz Diab, occupe un poste à responsabilité dans la gérance du Canal de Suez alors que sa mère Rokaya est professeur de français. Amr Diab effectue sa première prestation de chant pour la radio égyptienne et interprète l’hymne national de son pays à l’occasion du 23e festival du Port-Saïd en 1967. Le gouverneur de la ville lui offre une guitare. Conscient de son talent de chanteur, il entame des études de musique à l’université d’art du Caire, et obtient son diplôme de fin d’études en 1986.

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1983, il sort son premier album grâce à Hany Shenouda. "Ya Tareeq" (1983) est empreint de musique des années 70 (disco, hawaïen, pop baroque et musique arabe). Cet album sera suivi de deux autres : "Ghany Men Albak" (1984), "Hala hala" (1986). Œuvres qui explorent la musique Jeel qui marque une rupture avec la musique arabe classique (tarab). Son album "Khalseen" (1987) est un retour aux sources folkloriques de la musique égyptienne et arabe avec la participation du musicien Fathy Salama (gagnant d'un Grammy).

La renommée vient avec son cinquième album "Mayal" (1988). La chanson de l'album connaît un grand succès et sera même traduite. Amr Diab devient un chanteur populaire dans tout le monde arabe. Continuant toujours dans la même veine de "Mayal", il sort "Shawa'na" (1989) qui contient la fameuse chanson We Eh Ya'ani, ainsi que Layli inspirée de la chanson La Lambada du groupe Kaoma.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Entre 1990 et 1993, Amr Diab sort cinq albums ("Matkhafish" (1990), "Habiby" (1991), "Ayamna" (1992), "Ice Cream Fe Glym" (1992), "Ya Omrena" (1993)) où la musique orientale domine (surtout le rythme dit Maqsoum).

En 1991, Amr Diab représente son pays aux  Ve Jeux africains où il chante Africa tant en arabe, en anglais qu'en français. Ce concert est retransmis par satellite dans tout le monde arabe et sur CNN.

Pendant cette décennie, il mène également une carrière d'acteur en interprétant des rôles principaux dans trois films : "Al Afaret" avec Madiha Kamel, film culte du cinéma pour enfants; "Ice Cream Fe Glym" (« crème glacée à Glym») avec Ashraf Abdelbaki et Simone, film où Diab met un blouson Perfecto et monte une 650 Thunderbird (comme Marlon Brando dans L'Équipée sauvage); "Dihk w Li'b w Gad w Hob" (« Rire, Jeu, Sérieux et Amour ») avec Youssra et Omar Sherif. De ces expériences résultent deux albums : "Ice Cream Fe Glym" en 1992 (où l'on trouve la chanson très populaire Raseif Nimra Khamsa) et "Zekrayat" (1994). Ce dernier contient entre autres des remixes de son tube Mayal et sa chanson Africa (qu'il a chanté aux jeux sportifs africains).

Il est alors consacré par plusieurs chaînes de télévision arabes comme le meilleur chanteur arabe des années 1990 et réalise des ventes à chaque fois plus importantes.

Les albums "We Yeloumouni" (1994) et "Ragein" (1995) confirment sa vocation pour le renouveau de la musique arabe moderne. Le premier connaît sa première expérience flamenco (deux chansons) et le second contient de nombreux styles musicaux (la samba, le reggae, la ballade sentimentale et les rythmes du Golfe) et plusieurs collaborations fructueuses (comme le grand maestro Yasser Abderrahman, le poète et scénariste Medhat al-Adl).

En 1996, la sortie de "Nour El Ain" le propulse sur le devant de la scène mondiale. La version anglaise "Habibe" est un vrai phénomène mondial, connu dans des pays comme l'Inde, l'Argentine, le Chili, la France, et l'Afrique du Sud. La chanson remixée est diffusée dans les boites de nuit européennes. Le clip vidéo , produit comme la chanson par Alam El Phan, est le plus coûteux des clips arabes et est devenu le clip par excellence.

L' année suivante, il gagne un triple disques de platine avec "Nour El Ain". Le 6 mai 1998, il reçoit sa première World Music Award du Prince Albert II de Monaco avec Mariah Carey et Céline Dion et autres. Ces récompenses confirment la renommée internationale du chanteur arabe.

L'album suivant "Awedoony" est sorti en 1998, produit par Hamid El Shaery et est enregistré au Caire. C'est sa dernière œuvre avec la maison de disques Delta Sound. Le clip vidéo est tourné sur les berges du Nil. Comme l'album précédent "Awedoony" connaît un énorme succès et augmente la popularité de l'artiste dans le monde arabe et à l'étranger. La chanson "Mahma Kibirt Sughier" extraite du "Best of Amr Diab" est, en fait, un hommage aux grands Oum Kalthoum, Abdel Halim Hafez et Mohammed Abdel Wahab. En juillet 1999, "Amarain" sort des nouveaux studios d'Amr Diab. On y trouve un duo avec la star du Rai Khaled (célèbre avec Didi) et la diva grecque Angela Dimitrou. La vidéo Amarain est la seule à être diffusée à la télévision et confirme sa place de leader.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Avec la sortie de "Tamally Ma'ak" (album Pop latino par excellence), en juillet 2000, la popularité d'Amr Diab augmente encore. La vidéo est tournée en République Tchèque. Elle est considérée par les fans comme étant la plus réussie. Déjà, il apparaît avec un nouveau look et un style nouveau. La chanson sera traduite et reprise dans plusieurs langues.

En 2001, il sort un autre album "Aktar Wahed" qui contient son fameux tube Wala ala baloo; une fusion entre la musique techno et la musique arabe classique. L'album, où Amr a opté pour une musique plutôt Pop, connaît un succès extraordinaire et lui vaut sa deuxième World Music Award. Dans son album suivant, Amr se tourne vers la musique R&B, très prisée à cette époque. Ainsi "Allem Alby" (2003), devient l'album le plus apprécié des fans du chanteur. Son clip tournée en Angleterre est un chef-d'œuvre.

Amr Diab recevant sa troisième World Music Award

Après avoir quitté la maison de production Alam El Phan, il signe avec Rotana et sort son fameux album Leely Nehary (2004). Amr Diab entame alors une nouvelle période de succès. Une vidéo avec des plateaux de tournage au souffle de la mer, un look très sportif et des danses chorégraphiques. L'album contient des chansons très rythmés, marquées par la Dance-pop qui se marient parfaitement à la saison estivale. En 2005, Amr Diab sort un album qui contraste avec son précédent, plus sombre et à la musique plus douce et sobre. "Kamel Kalamak" son vingt-deuxième album est un mélange de plusieurs genres musicaux : pop rock, soft rock, cha-cha-cha, pop latino (avec le guitariste Juan Cerro), Jazz et bien sûr la musique orientale.

Après deux années de labeur, El Hadaba (surnom d'Amr Diab) sort son album à grand succès "El Lilady" (2007), avec son tube Ne'ol Eh, une chanson tribal house (la première au monde arabe) dont la vidéo est tournée aux Etats-Unis. L'album obtient sa troisième World Music Award. Amr Diab offre une ambiance plus joyeuse avec des styles latinos (Jazz cubain, Rumba, Bossa Nova, Reggaeton, Tango) et même une chanson pop rock avec une steel guitar (Khalleek Ma'aya).

En 2009, "Wayah" devient l'un des albums les plus vendus au monde arabe et obtient 3 African music award. Amr Diab a su produire un mélange de styles house, latino et oriental. Par ailleurs, il sort deux clips pour ses chansons Wayah et Ba'adem Alby.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Amr Diab avec ses 7 World Music Awards

Après la victoire de l'équipe nationale de l'Égypte à la CAN 2010, Amr Diab a été convoqué au Cairo Stadium pour faire un concert pour les joueurs de l'équipe nationale de l'Égypte en guise de remerciement pour la prestation des joueurs égyptiens pendant la CAN. La même année, il tente une expérience très audacieuse mais réussie en sortant un mini-album qui contient une seule chanson avec son remix et sa musique seule. "Aslaha Betefre" a un grand succès en Espagne grâce à sa musique house accompagnée d'une guitare flamenca.

A la fin de l'année 2011, Amr Diab sort un nouvel album préférant continuer à travailler malgré les événements politiques. "Banadeek Ta'ala", dont Amr compose la majorité des chansons, est un album expérimental où il met en œuvre de nouvelles techniques de composition et de production musicale (avec la collaboration du producteur Adel Hakki). L'album contient ainsi des chansons EDM (electro house, latin house, dance house, disco), latino (reggaeton, son montuno, boléro) et d'autres genres comme le pop rock, la musique grecque et orientale.

En 2014, Amr Diab remporte 4 World Music Award grâce à son album "El Leila" sorti en 2013 (meilleur chanteur égyptien, meilleur chanteur arabe, album le plus vendu au Moyen-Orient, meilleur chanteur arabe par vote). L'album contient de nombreux hits notamment El Leila, mélange de musique latine, de flamenco et de musique électronique (son clip est tourné à Mykonos), Khalina Lewahdina; une chanson dance house, la très sentimentale Sebt Faragh Kibeer et bien d'autres chansons aux rythmes joyeux.

La même année, Amr sort son dernier album produit par Rotana, "Shoft El Ayam". L'album tient la première place dans le classement Billboard catégorie World music[1] (le seul chanteur arabe à avoir atteint cette place). Il tient de même la première place sur iTunes pour plusieurs semaines dans la plupart des pays arabes. Dans cet album, Amr dédie une chanson à sa fille Jana.

Après avoir quitté Rotana, Diab crée sa propre maison de disques Nay. Elle produit le clip de son single (2015) El Qahira; un duo avec Mohamed Mounir en promotion de la capitale égyptienne. Un an après, il sort son album très rock (quatre titres sur douze; une première dans la carrière du chanteur), "Ahla W Ahla". Sur la couverture, Amr en véritable rock star met un blouson Perfecto noir avec un t-shirt blanc et des bottines chukka. L'album contient aussi deux tubes inspirés de la musique zumba, mais aussi une chanson qui trouve ses sources dans la tradition du mawwal (Amentak).

A l'occasion du mois sacré du Ramadan 2016, il sort un album assez spécial réunissant des prières islamiques[2] "Mn Asmaa Allah Al Hosna", tous écrits par son ami de toujours le poète Magdy El Naggar (mort en 2014) et composés par Amr lui-même.

Amr Diab recevant son certificat Guinness

Le 28 September 2016, le chanteur égyptien inscrit son nom dans le Livre Guinness des records comme étant le chanteur arabe avec le plus de World Music Awards[3].

Suivant le succès éclatant de son premier album avec Nay, il sort en 2017 son trentième album intitulé Meaddy El Nas qui tient d'emblée la première place sur l'iTunes de plusieurs pays arabes, la deuxième place dans le classement Billboard catégorie World music[4] et ses chansons dépassent un million de vue dès les premiers jours sur Youtube. Dans cet album Amr offre une variété de genres musicaux comme la tropical house, le moombahton, le new flamenco, la salsa et le rock symphonique.

Performances en concert[modifier | modifier le code]

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Depuis une vingtaine d'années, Amr Diab se produit en concert avec son propre groupe qui se compose des membres suivants :

Claviers : Ezz El Dakroury - Tarek El Tahtawy

Percussion : Ahmed El Nasser

Batterie : Ahmed Rabie

Basse : Yehia Ghannam

Guitares : Amr Tantawi - Mostafa Aslan

Ney : Nabil Bergas

Violon : Yehia El Mogy

Tabla : Ashraf Hassanein

Daf : Refaat Naguib

Choristes : Assem Fawzy - Alaa Abd Elkhalek - Hassan El Helw

Mais, il invite occasionnellement d'autres musiciens. Par exemple , Nader Hamdy (arrangeur musical) et Ahmed Fahmi lors de la tournée de son album "Leely Nehary", Osama El Hendy lors de la tournée de l'album "Ahla W Ahla" ou encore Ahmed Hussein lors des dernières tournées.

Déroulement des concerts[modifier | modifier le code]

Amr Diab lors d'un concert en 2005

Les concerts d'Amr Diab, auxquels assistent des milliers de ses fans, sont de véritables spectacles où le chanteur exploite toutes les capacités impressionnantes de sa voix, qui peut soutenir de longues notes et produire des mélismes compliqués surtout dans les mawwals. En effet, Amr peut transformer toute la chanson que ce soit en matière de composition, de musique (comme lorsqu'il chante Ana Ayesh, sa chanson R&B avec un rythme oriental; maksoum[5]), la conclure par un mawwal[6] ou ajouter un couplet exclusif.

Par ailleurs, Amr Diab fait des pauses pendant ses spectacles, pour discuter avec son public, présenter certains paroliers ou compositeurs présents dans un nouvel album ou expliquer l'histoire d'une chanson ou son genre musical (comme lorsqu'il explique, lors de la tournée de "Wayah", la différence entre le reggaeton et le rythme oriental dit malfouf).

Ses concerts sont aussi une occasion pour Amr de montrer sa bonne humeur et son sens de l'humour. De plus, il enflamme son public avec ses chansons rythmées (même lorsqu'il s'est produit, en 2016, dans l'Opéra Dubaï) et ses mouvements (sautillant sur place) incessants.

Durant chaque concert Amr chante deux medleys; celui réunissant ses classiques (Ragein, El Mady, Matkhafsh, Shawa'na...) et celui réunissant certaines de ses chansons rythmées (Law Ash'any, Nour El Ain, El Alem Allah, Gamalo, Leely Nehary...).

Chansons inédites[modifier | modifier le code]

De temps en temps, El Hadaba chante en exclusivité une nouvelle chanson live. Celle-ci peut sortir dans le prochain album, sinon elle la garde dans son archive pour un usage ultérieure. C'est le cas de plusieurs chansons très prisées par le public comme :

  • Al Fakrenak
  • Lessa Khayaly
  • Ha'adar Ab'id
  • Kan Bayen Mn Salamha
  • Amana Aleek
  • Hekayty Ma'ak
  • Mafeesh Haga Esmaha Ady
  • Balash Mat'olch
  • Ana w Heya

Documentaire[modifier | modifier le code]

En 2008, Trois chaînes de télévision (Rotana cinema, Rotana music et la première chaîne égyptienne) ont diffusé une émission en douze épisodes consacré à Amr Diab qui raconte ses 25 ans de carrière et qui s'appelle "El Helm" (Le rêve). La narration de l'histoire a été faite par l'acteur Izzat abou Aouf. L'émission contient de nombreuses interventions des grands de la critiques musicales, de la composition, du journalismes et de la musique en général.

Vie Privée[modifier | modifier le code]

Amr Diab s'est marié deux fois, la première avec l'actrice Shérine Reda et la deuxième avec Zeina Ashour. Il a quatre enfants, une fille Nour avec sa première épouse et 3 autres avec la deuxième (Jana, Abdellah et Kenzy).

Engagements[modifier | modifier le code]

Amr Diab évite de parler de ses idées politiques, mais il a réalisé quelques chansons engagées au cours de sa carrière, comme "Raseif Nimra Khamsa" sortie en 1992 où il critique la privatisation des sociétés publiques en Égypte et les Accords de Camp David, "El Quds Di Ardena" en 2000 en soutien à l'Intifada en Palestine, "Wahed Minena" en 2010 en hommage à Gamal Abdel Nasser, (la chanson a été reprise par la télévision égyptienne officielle pour un clip de propagande pour Mubarak) et "Masr Alet" en 2011 en hommage aux jeunes morts lors des événements de la même année en Égypte.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • Ya tareeq (1983)
  • Ghany Men Albak (1984)
  • Hala hala (1986)
  • Khalseen (1987)
  • Mayal (1988)
  • Shawa'na (1989)
  • Matkhafish (1990)
  • Habiby (1991)
  • Ice Cream Fe Glym (1992)
  • Ayamna (1992)
  • Ya Omrena (1993)
  • Zekrayat (1994)
  • We Yeloumouni (1994)
  • Ragein (1995)
  • Nour Al Ain (1996)
  • Awedony (1998)
  • Amarain (1999)
  • Tamally Ma'ak (2000)
  • Aktar Wahed (2001)
  • Allem Alby (2003)
  • Leely Nehary (2004)
  • Kamel Kalamak (2005)
  • El Lilady (2007)
  • Wayah (2009)
  • Aslaha Betefre' (2010)
  • Banadeek Taala (2011)
  • El Leila (2013)
  • Shoft El Ayam (2014)
  • Ahla W Ahla (2016)
  • Meaddy El Nas (2017)

Albums live[modifier | modifier le code]

  • Ahla W Ahla live (2016)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Greatest Hits 1986-1995
  • Greatest Hits 1996-2003
  • Rewind (Bahebak) (2001)
  • Ahla ma Ghanna 2004-2014

Autres Albums[modifier | modifier le code]

  • Ya Helwa (1984)
  • Menin Ageeb Nas (1986)
  • Asef (1987)
  • Ahla W Ahla (summer edition) (2016)
  • Mn Asmaa Allah Al Hosna (2016)

Singles[modifier | modifier le code]

  • Sawt Wadi El Nil (1983)
  • Ala Eh (1995)
  • Mahma Kibirt Sugheir (1998)
  • Eleos (1999)
  • Roh Albey (2001)
  • Bahebak (2002)
  • Mana Olta'lak (2003)
  • Salemtelak (2003)
  • Ya Nasy Wa'adak (2004)
  • Sebtak (2006)
  • Allah Aleeha (2007)
  • We Hyat Einek (2008)
  • Heniet El Dunia (2008)
  • Ana Delwa'ty (2008)
  • Elli Beyni W Beynak (2009)
  • Law Ader (2009)
  • Leh (2009)
  • Makontsh Nawy (2009)
  • Enta El Waheed (2010)
  • Yama (2010)
  • El Helm Da Helmena (2010)
  • La Yestahel (2011)
  • Fi Haga Feek (2012)
  • We Redeet (2012)
  • Ayesh Ma'ak (2012)
  • Dawam El Haal (2013)
  • Ya Hob Dawebna (2015)
  • Mesh Kol Wahed (2015)
  • Balash Teb'ed (2015)
  • El Qahira (2016)
  • Al Fakrenak (live) (2017)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Assajinatan (Les Prisonnères, 1988)
  • Al Afaret (Les Lutins, 1990)
  • Ice Cream Fe Glym (Crème glacée à Glym, 1992)
  • Dihk w Li'b w Gad w Hob (Rire, Jeu, Sérieux et Amour, 1993)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, Amr Diab a reçu régulièrement des distinctions diverses. Parmi les récompenses les plus prestigieuses, on peut citer [7]:

  • 5 Disques de Platine (1990, 1991, 1992, 1993, 1996)
  • 7 World Music Award (1996, 2001, 2007, 2013 (4 trophées))
  • 6 African Music Awards (2009, 2010)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « World Music: Top World Albums Chart », Billboard,‎ (lire en ligne)
  2. Nay For Media, « Amr Diab - Al-Fattāh "The Opener" عمرو دياب - الْفَتَّاحُ »,‎ (consulté le 3 septembre 2017)
  3. (en) « Egyptian singer Amr Diab recognised by Guinness World Records for Most World Music Awards wins », Guinness World Records,‎ (lire en ligne)
  4. « World Music: Top World Albums Chart », Billboard,‎ (lire en ligne)
  5. Mazzika - مزيكا, « Ana Ayesh - Amr Diab أنا عايش - عمرو دياب »,‎ (consulté le 2 septembre 2017)
  6. Mazzika - مزيكا, « Tamally Maak - Amr Diab تملى معاك - حفلة هلا فبراير 2014- عمرو دياب »,‎ (consulté le 2 septembre 2017)
  7. (en) « Awards », sur amrdiab.net (consulté le 3 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]