Amphithéâtre de Poitiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amphithéâtre de Poitiers
Amphithéâtre de Poitiers.JPG

Les vestiges de la galerie nord.

Présentation
Type
Style
Construction
Ier ou IIe siècle
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Poitiers
voir sur la carte de Poitiers
Red pog.svg

L'amphithéâtre de Poitiers (en latin, Limonum Pictonum ; parfois nommé arènes de Poitiers par synecdoque[Note 1]) est un amphithéâtre gallo-romain construit au Ier ou IIe siècle à Poitiers, dans le département français actuel de la Vienne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aquarelle des vestiges, 1699.

Les arènes sont datées du IIe siècle apr. J.-C., selon la notice du ministère de la Culture qui lui est consacrée[1], « vers le commencement du siècle, et sous les empereurs Adrien ou Antonin », estime en 1844 Antonin Bourgnon de Layre, membre de la Société des antiquaires de l'Ouest[2]. Jean-Hiérnard, professeur d'histoire ancienne à l'université de Poitiers, et Jean-Claude Golvin, directeur de recherche au CNRS, datent toutefois l'édifice de « la première moitié du Ier siècle », durant l'époque julio-claudienne[3],[4].

Poitiers est à cette époque chef-lieu de la cité des Pictons, sous domination romaine.

D'après les travaux du capitaine Mangon de la Lande, qui datent du XIXe siècle, l'amphithéâtre pouvait accueillir environ 22 000 personnes[5]. D'autres estimations évoquent une capacité de 30 000 places[4].

L'édifice a probablement été transformé en citadelle par les Wisigoths[1]. Les invasions barbares du Ve siècle, selon Mangon de la Lande et Antonin Bourgnon de Layre, auraient progressivement conduit à la ruine de l'amphithéâtre, vers la fin du siècle[5],[6].

Au moins dès le XIVe siècle, l'emplacement de l'amphithéâtre, encore imposant, est occupé par divers habitations et jardins particuliers[4]. Des écrits du 6 février 1624 témoignent de la subsistance, à cette époque, de nombreuses arcades et voûtes[7]. En 1757, trois arceaux sont mentionnés par les religieux de l'abbaye de Noaillé ; en 1844, il n'en reste qu'un[8]. En janvier 1857, les hospices de Poitiers, bénéficiaires d'un bail emphytéotique (depuis 1757) puis propriétaires de l'amphithéâtre[8], se séparent des restes du monument : des immeubles d'habitation sont construits en lieu et place de l'ancien édifice[4].

Le premier classement au titre des monuments historiques, portant sur les arènes, intervient par la liste de 1840 ; il est complété en 1935 (vestiges subsistants) et 1962 (certains vestiges en sous-sol)[1]. Ne demeurent aujourd'hui que des vestiges de l'entrée voutée du nord de l'arène[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Long de 142 mètres et large de 125 mètres (gradins et galeries compris), l'édifice était de forme elliptique[1],[9]. Il était d'une taille très importante pour l'époque[10],[11]. À chaque extrémité – nord et sud – se situait une large entrée voutée et pentue, donnant dans l'arène, tandis que l'axe est-ouest était doté de deux entrées de moindre envergure[12].

Les murs de la voûte nord se composaient de « pierres carrées de petit appareil », tandis que sa base était constituée d'imposantes pierres « taillées en corniche »[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les arènes sont en effet le cœur de l'amphithéâtre (son enceinte), exempt des gradins et couloirs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice no PA00105584, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Bourgnon de Layre 1844, p. 20
  3. « Un monument énorme : l'amphithéâtre romain de Poitiers », La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le 27 juillet 2014)
  4. a, b, c et d Lumeau 2008, p. 44
  5. a et b M. Langon de la Lande, Mémoires de la société des antiquaires de l'Ouest, 1837, cité dans Émile-Victor Foucart, Poitiers et ses monuments, A. Pichot, , 144 p. (lire en ligne), p. 24
  6. Bourgnon de Layre 1844, p. 21-22
  7. Procès-verbal de visite du 6 février 1624, cité dans Bourgnon de Layre 1844, p. 35-36
  8. a et b Bourgnon de Layre 1844, p. 37
  9. Société royale des antiquaires de France 1838, p. 43
  10. Philippe Le Bas et Augustin François Lemaitre, France : Dictionnaire encyclopédique, Firmin Didot frères, , p. 182
  11. « Rapport sur les monuments de la Vienne », Bulletin monumental, Société française d'archéologie, vol. 9,‎ , p. 387
  12. Bourgnon de Layre 1844, p. 3
  13. Société royale des antiquaires de France 1838, p. 44-45

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Mémoires de la Société royale des antiquaires de France, vol. 14, Société royale des antiquaires de France,
  • Antonin Bourgnon de Layre, L'amphithéatre romain ou les arènes de Poitiers avec des plans et une explication architectonique dressés, Poitiers, Société des antiquaires de l'Ouest, Saurin, , 137 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pauline Lumeau, « L’amphithéâtre retrouvé », L’Actualité Poitou-Charentes, no 82,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]