Amours (roman de Récondo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le roman de Paul Léautaud, voir Amours (roman).

Amours
Auteur Léonor de Récondo
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Éditions Sabine Wespieser
Date de parution
Nombre de pages 276
ISBN 978-2848051734

Amours est un roman de Léonor de Récondo paru le aux éditions Sabine Wespieser et ayant reçu le Grand prix RTL-Lire et le prix des libraires en 2015[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire prend place au debut du XXe siècle, à Saint-Ferreux sur Cher, une ville imaginaire sur les bords du fleuve homonyme.

Le livre débute sur une scène de viol entre Anselme, le maître de la maison et Céleste, une bonne.

Nous assistons ensuite au réveil de Victoire, la femme d'Anselme aux côtés d'Huguette, également servante. Alors qu'elle doit se rendre à l'hôpital pour une réunion, (ils sont riches et font régulièrement des dons), elle fait un malaise et doit revenir plus tôt que prévu.

Quelques semaines plus tard, Céleste se rend compte qu'elle est enceinte et tente de dissimuler sa grossesse en empruntant un corset à Victoire. Cependant, celle-ci la surprend, la voyant nue dans sa chambre. Elle est alors aussi choquée par le corps de Céleste que par son ventre.

Lors d'un repas avec des amis, elle révèle que Céleste est enceinte. Anselme est alors bouleversé tandis que l'avorteuse ne peut faire avorter Céleste car elle est enceinte depuis plus de 6 mois. Victoire et Anselme décident d'adopter l'enfant. Après sa naissance, Victoire ne prend pas soin du bébé prénommé Adrien si bien qu'il devient mourant. Céleste, une nuit, vole à son secours en le prenant dans la chambre où Victoire dormait. Quelques instants plus tard, Victoire rejoint Céleste et Adrien. C'est alors un véritable amour qui se tisse entre les deux femmes et le bébé ne semble plus qu'un prétexte pour se voir.

Victoire se veut être moderne: elle brûle tous ses vieux corsets et part à Paris avec Céleste pour acheter une robe chez un couturier. C'est alors l'apogée de leur amour lors de ce voyage de deux jours en tête à tête.

Une nuit, peu après leur voyage, Victoire se fait surprendre par Anselme alors qu'elle tentait de rejoindre Céleste comme chaque nuit. Il comprend alors qu'elle ne l'aime plus et que son mariage arrangé n'était pas une réussite.

Lors du baptême d'Adrien, Victoire se confie au père Gabriel, un prêtre qui l'a accompagné durant sa jeunesse et l'informe de sa grossesse dissimulée et de sa relation avec Céleste. Il lui conseille fermement de chasser Céleste et de se consacrer pleinement à Anselme, alors qu'il va trouver Céleste dans la cuisine et l'insulte. Se sentant trahie, celle-ci fuit vers l'église la plus proche dans laquelle elle passera la nuit puis y trouvera un organiste le lendemain matin, atteint de la phtisie. Contracter sa maladie lui semble être la seule échappatoire pour rejoindre la Vierge à qui elle voue un culte assidu. Elle devient de plus en plus malade, tente de dissimuler sa maladie en revenant à la maison familiale.

Une nuit, elle demande à Pierre, le cocher et mari d'Huguette, de l'emmener dans une clairière, lieu à laquelle elle pensait quand elle était victime d'Anselme. Elle y meurt en pensant à Adrien et à la Vierge: " Je suis la Vierge, je suis toi ".

Distinctions[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Édition poche
Livre audio, lu par l'auteure

Notes et références[modifier | modifier le code]