Amos Tutuola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant nigérian
Cet article est une ébauche concernant un écrivain nigérian.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Amos Tutuola
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
IbadanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Amos Tutuola était un écrivain nigérian d’expression anglaise, né à Abeokuta le et décédé le .

Tutuola a été un des premiers auteurs africains à ne pas écrire selon le modèle littéraire européen. Ses romans s’inspirent des contes traditionnels yoruba. Dans une certaine mesure, ils comportent également une dimension intertextuelle faisant référence à la mythologie occidentale, gréco-romaine[1]. Ils sont écrits dans un anglais imparfait, très proche de l’oral. Cela a d’abord valu à Tutuola une critique sévère de certains de ses compatriotes qui pensaient que cela jetait un discrédit sur le Nigeria. Son succès l’a conduit par la suite à traduire ses ouvrages en yoruba.

Son roman le plus célèbre, L’Ivrogne dans la brousse, a été publié à Londres en 1952. Il a été traduit en français par Raymond Queneau en 1953. Son auteur était si peu connu à l’époque que certains ont cru que c’était Queneau lui-même qui se dissimulait sous un pseudonyme.

Il a fallu attendre 1988 pour que quelques autres romans soient traduits en français.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français:

  • The palm wine drinkard (1952), trad. L’Ivrogne dans la brousse (1953)
  • My life in the bush of ghosts (1954), trad. Ma vie dans la brousse des fantômes (1988)
  • Simbi and the Satyr of the Dark Jungle (1955), trad. Simbi et le satyre de la jungle noire (1998)
  • The Feather woman of the jungle (1962), trad. La femme plume (2000)

Adaptations[modifier | modifier le code]

L’œuvre d’Amos Tutuola a donné lieu à plusieurs adaptations théâtrales :

Influences[modifier | modifier le code]

Le roman Ma vie dans la brousse des fantômes a inspiré l’album My Life in the Bush of Ghosts de David Byrne et Brian Eno.

Guidée par le même roman (Ma vie dans la brousse des fantômes), la photographe espagnole Cristina de Middel réalise une série de photographies dans le quartier lacustre de Makoko (quartier de Lagos/Nigeria). Le livre de la série intitulé "This is what hatred did" paraîtra en septembre 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Servilien Ukize, Du mythique au romanesque chez Tutuola. Approche intertextuelle de L'Ivrogne dans la brousse, Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, , 89 p. (ISBN 978-613-1-53447-8)