Amokrane Ould Aoudia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mokrane.
Amokrane Ould Aoudia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflit

Amokrane Ould Aoudia (né en 1925 et mort le à Paris) est un avocat algérien. Un des premiers membres du collectif d'avocats défenseurs des militants FLN pendant la guerre d'Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

À partir de 1955, il forme avec Mourad Oussedik, Abdessamad Ben Abdallah et Jacques Vergès un collectif d’avocats du FLN[1]. Fort d’une centaine de membres, le collectif se charge durant la guerre de libération de défendre les droits des militants du FLN de la fédération de France. Bientôt, ils seront rejoins par Roland Dumas ou encore Gisèle Halimi. L'avocat Jean-Jacques de Félice devient aussi le collaborateur de Mourad Oussedik. Lors du retentissant procès du « Réseau Jeanson », le collectif défend une vingtaine de « porteurs de valises », ces Français qui ont pris fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie et y ont concouru depuis la France.

Le 8 septembre 1958, avec Jacques Vergès, Amokrane Ould Aoudia écrit à André Malraux pour lui soumettre deux cas de tortures en France même.

Amokrane Ould Aoudia est abattu le 24 mai 1959 devant la porte de son cabinet, sur ordre des autorités françaises, sur ordre des services secrets français, par le SDECE dans le cadre d'une Opération homo[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Gérard, Dictionnaire historique et biographique de la guerre d'Algérie Éditions Jean Curtuchet - 2001 - (ISBN 9782912932273)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]