Association des amis du Musée maritime de La Rochelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les adhérents de l'association embarquent sur le Joshua.

L’Association des amis du Musée maritime de La Rochelle (AAMMLR) créée en 1986, avait pour objectif de créer un musée dans le port de La Rochelle[1]. Celui-ci réalisé, l'Association a élargi ses activités à presque tous les domaines du patrimoine maritime. Forte de plus de 700 adhérents, elle entretient et fait naviguer : Joshua et le Capitaine de frégate Leverger ainsi que plus de cinquante petits bateaux de sport qui représentent l'histoire de la voile légère. Joshua, classé monument historique[2] navigue environ 150 jours par an et embarque 500 personnes. Un important projet de restauration est en cours : celui du Damien, également classé comme monument historique[2]. Les autres aspects du patrimoine maritime pratiqués par cette association sont les chants de marin, les instruments de musique embarqués, notamment l'accordéon diatonique. De nombreux autres ateliers fonctionnent régulièrement comme Carnets de voyage qui réunit les aquarellistes et les dessinateurs. D'autres plus ponctuels concerne la cuisine de la mer, le matelotage ou la navigation. De nombreuses sorties sur des thèmes maritimes sont organisés et presque chaque année un voyage, en général à destination d'un autre musée maritime. Un local sur le bassin des chalutiers de La Rochelle permet d'accueillir les visiteurs dans une bibliothèque spécialisée de plus d'un millier de volumes et une exposition de peinture ou photographie qui change chaque mois. Des conférences suivies d'un dîner rassemblent chaque premier lundi du mois environ 150 personnes. Enfin les amis du Musée maritime participe à la quasi-totalité des manifestations locales ou non concernant le patrimoine maritime.

L'association est déclarée d'intérêt général depuis 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'association est abritée dans les locaux de l'Encan.

Au milieu des années quatre-vingt un renouveau d'intérêt pour le patrimoine maritime est sensible en France. En 1985 ouvre à Port-Rhu (Douarnenez) un port-musée à flot et le rassemblement de bateaux en 1986 dans ce même port connait un succès populaire inattendu. Une revue spécialisé dans le patrimoine maritime : le magazine Chasse-Marée connait aussi un rapide développement. À La Rochelle un groupe travaille à la reconstruction de bateaux traditionnels (BTLG Bateaux traditionnels entre Loire et Gironde) et à Rochefort commencent les travaux de reconstruction de la Corderie Royale. C'est dans ce contexte que quelques passionnés : plaisanciers, marins professionnels, pêcheurs et autres se rassemblent autour de Patrick Schnepp, Marie-Christine Pardonneau, Gilbert Maurel… pour organiser le sauvetage de la dernière drague à vapeur (TD6), il leur vint l'idée que le passé maritime prestigieux de La Rochelle mérite un musée. L'association se nomme alors : Association des amis du musée de la Marine de commerce et de pêche de La Rochelle. Le maire Michel Crépeau ayant encouragé le projet, le 19 juin 1988, entra dans le bassin des chalutiers, la frégate France I, navire météorologique acheté par la mairie et remise en état par les « amis »[3] dont ce fut le premier chantier et… le premier musée maritime avec ses 2 300 m2 d'exposition. Cette même année, l'association Musée maritime de La Rochelle prenait le relais des « amis » pour embaucher les premiers salariés.

Activités[modifier | modifier le code]

Des bateaux de l'association (Petite Plaisance) dans le chenal de La Rochelle.

« L'important, c'est que notre association milite pour le patrimoine maritime pris dans sa globalité : les bateaux, les hommes, les aménagements du littoral, les monuments en bord de mer. » Alain Barrès, président honoraire [4].

Joshua[modifier | modifier le code]

Joshua, bateau du célèbre navigateur Bernard Moitessier fut drossé à la côte 8 décembre 1982 sur les côtes du Mexique. Début 1990, Emmanuel de Toma, rédacteur en chef adjoint de Voiles et Voiliers prévient Patrick Schnepp qu'il a retrouvé Joshua à Seattle. Le ketch appartient à Johanna Slee qui souhaite que le bateau, restauré, soit acheté par un musée français. L'Association des amis bloque la vente avec un chèque de 50 000 francs. Jacques Bourdin et Michel Mercadier vont trouver les 350 000 francs nécessaires. Le ketch arrive en France sur un cargo, quelques jours avant le Grand Pavois de La Rochelle (salon nautique international annuel à flot du port des Minimes [5]),[6]. Après hésitation, Bernard Moitessier accepte de rejoindre le salon depuis le port de La Pallice à la barre de Joshua. Ils entrent au milieu d'une foule immense de milliers de spectateurs parfaitement silencieux tant l'émotion est palpable[7].
Le ketch est classé monument historique depuis 1993. Propriété du Musée maritime de La Rochelle, il fait partie de la flotte du Yacht Club Classique. Il est entretenu par les services du musée et une équipe de bénévoles de l'Association des amis du Musée maritime de La Rochelle. L'association le fait aussi naviguer : plus de 150 jours par an. pour des sorties de la journée dans les pertuis rochelais où des manifestations nautiques : Semaine du Golfe du Morbihan, Défi des ports de pêche, Voiles de l'Espoir, départ du Vendée Globe, Gujan-Mestras, Brest-Douarnenez, Route de l'Amitié, Fêtes de Brest, Douarnenez, La Flotte, Yeu, etc.

Damien[modifier | modifier le code]

Le cotre Damien dessiné par l'architecte britannique Robert Tucker a quitté le port de La Rochelle le 25 mai 1969 avec à son bord trois équipiers décidés à vivre ensemble une belle aventure après avoir armé le bateau, ce qui était déjà en cela une aventure ! Deux équipiers : Gérard Janichon et Jérôme Poncet boucleront le périple en cinq ans et 55000 milles. Le 22 septembre 1973, Damien revenait à La Rochelle et était présent pour la première édition du Grand Pavois. C'est à ce 1° Grand Pavois qu'ils rencontrent le chanteur Antoine qui partira lui aussi ensuite vivre des aventures maritimes grâce aux Damien. Damien est classé monument historique depuis 2002 [2]. Il compte pour beaucoup dans l'histoire de la plaisance à La Rochelle car de nombreuses entreprises rochelaises avaient aidé à l'armement du bateau. À l'initiative du grand Pavois et avec la complicité de son propriétaire, Hubert de Chevigny, et au vu de son état la DRAC Poitou-Charente s'est immédiatement porté partenaire du projet [8] pour engager sa restauration. Le projet de restauration s'appuie sur l'Association des amis du Musée maritime de La Rochelle qui est devenu copropriétaire majoritaire et coordonne celui-ci. Elle collecte et centralise les dons de façon à mener l'opération à bien avec le Grand Pavois, Hubert de Chevigny et la DRAC Poitou Charentes. Le musée maritime de La Rochelle s'est également lancé dans l'aventure. Damien a été exposé au Grand Pavois 2012 et reviendra s'y amarrer pour les éditions 2013 et 2014. Au terme de sa restauration, l'Association des amis du Musée maritime assurera, comme c'est déjà le cas pour le Joshua qui embarque des équipiers à bord, la navigation de Damien[9]. Pour les détails du projet cf.le site web "sauvons Damien"[10] et pour le récit de l'aventure du Damien le [11] site web de Gérard Janichon.

La Petite Plaisance[modifier | modifier le code]

Des bateaux de la Petite Plaisance exposés dans le hall de l'Encan.

L'atelier Petite Plaisance s'est développé spontanément quand quelques « amis » du musée ont offert leur ancien dériveur à l'association. Un 505, un youyou, un Sharpie 9 m2, un Moth, un Mousse ont ainsi constitué le début d'une flottille. Il y a aujourd'hui (2013) plus de cinquante unités. C'est l'une des plus belles collections de France. Elle réunit des bateaux pour la plupart antérieurs aux années 1960, des embarcations représentatives de la démocratisation de la plaisance. Pour faire face à la demande et pour concilier performances et économies les architectes ont alors rivalisé d'intelligence. Tous les architectes navals s'y sont essayés apportant beaucoup d'innovation[12]. Pour entretenir ces bateaux et les restaurer, un atelier associatif a été créé qui réunit environ 25 volontaires. Certains travaux sont confiés à des professionnels ou réalisés selon leurs conseils. Mais l'objectif prioritaire reste de faire naviguer ces bateaux lors de manifestations locales ou nationales ou tout simplement lorsque le temps le permet. Côté restauration deux projets phares sont en cours : la restauration d'un Caneton Brix des années 1930 et la reconstruction d'un Star de 1910 à partir d'une coque de 1962. Voir le catalogue de la collection sur le site des « amis du Musée maritime de La Rochelle »[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Le bassin des chalutiers et la flotte des yachts classiques.

Les amis du Musée maritime de La Rochelle publient mensuellement une brève sur Internet : Bruits de coursive et quatre fois par an une revue : La Lettre des amis du Musée maritime de La Rochelle.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue Cabestan, 20 ans, octobre 2006
  2. a, b et c liste des bateaux classés monuments historiques : bateaux classés
  3. Yves Gaubert, « Avec le Musée maritime, La Rochelle retrouve son histoire » in Cabestan octobre 2006
  4. Philippe Baroux : j'accompagne le désir in Sud-Ouest du 14 mars 2011
  5. Site web du Grand Pavois
  6. Yves Gaubert : Joshua au musée in LDA no 65, automne 2012
  7. témoignage de Patrick Schnepp lors d'une conférence de presse tenue pour le départ du Vendée Globe aux sables d'Olonne, le 7 novembre 2012
  8. Site de la Drac Poitou-Charente
  9. Ensemble Sauvons Damien in Zig Zag no 14 septembre-octobre 2012
  10. Site web "sauvons Damien"
  11. Site web de Gérard Janichon
  12. Les amis de la petite plaisance à La Rochelle in Le Chasse-Marée no 204, avril 2008
  13. Inventaire de la collection Petite Plaisance des amis du Musée maritime de La Rochelle