Amiral Gorchkov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amiral Gorshkov)
Aller à : navigation, rechercher
INS Vikramaditya
Image illustrative de l'article Amiral Gorchkov

Autres noms Bakou (1982)
Amiral Gorchkov (1990)
INS Vikramaditya (2004)
Type Porte-avions
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Naval Ensign of India.svg Marine indienne
Chantier naval Chernomorskiy, Mykolaïv
Quille posée
Lancement
Armé
Statut Livré à l'Inde le 16 novembre 2013
Caractéristiques techniques
Longueur 273 m
Maître-bau 31 m
Tirant d'eau 8,2 m
Déplacement 45 000 t à pleine charge
Vitesse 32 nœuds (59 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement En 2013 : 8 Kashtan CIWS
Rayon d'action 22 000 kilomètres (11 879 nmi)
Aéronefs 30 aéronefs dont : 12 MiG-29K, HAL Tejas (prévisions), Kamov Ka-31, HAL Dhruv

L’Amiral Gorchkov est un porte-avions de classe Kiev (type STOVL). Il a servi entre 1987 à 1991 dans la marine soviétique sous son nom original Baku, puis de la marine russe de 1992 à 2004 et a été vendu en 2004 à la marine indienne. Il a été livré à la marine indienne le 16 novembre 2013 sous le nom d’INS[1] Vikramaditya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Projet 11433 / Bakou / Amiral Gorchkov[modifier | modifier le code]

Les performances limitées du Yak-38 Forger poussent au développement du Yakovlev Yak-141 supersonique ; la construction d'un navire de classe Kiev adapté à cet avion est décidé : le deuxième exemplaire du Projet 11433 (tête de série, Novorossiisk) est équipé d'un armement anti-navire alourdi et amélioré dans son design[2].

Le Yak-141 en vol lors du salon aéronautique de Farnborough de 1992.

La quille du Bakou (pour Bakou) est posée fin 1978 aux chantiers Chernomorskiy de Nikolaïev en Ukraine. Quelques erreurs du système de commandement entraînent un retard de mise en service, qui intervient en 1987. En 1990, l'effondrement du bloc soviétique permet à certaines républiques de devenir indépendantes (dont l'Azerbaïdjan). Le navire ne peut plus s'appeler Bakou car il s'agit maintenant de la capitale (Bakou en français) d'un pays étranger. Ainsi, le Bakou est renommé Amiral Gorchkov, en l'honneur de l'amiral Sergueï Gorchkov, mort en 1988, qui a été commandant en chef de la Marine soviétique.

L'effondrement de l'URSS bloque le développement du Yak 141 et cet avion ne pourra équiper l' Amiral Gorchkov.

En 1994, une explosion de la chaudière impose des réparations.

La vente du navire[modifier | modifier le code]

Le 29 janvier 2004 après des années de négociations, la Russie et l'Inde signent un accord pour la vente de l'Amiral Gorchkov. Le porte-avions est cédé gratuitement mais l'Inde doit payer 947 millions de dollars pour les équipements du navire (plus 800 millions pour le moderniser). Les équipements comprenaient les systèmes d'armements (missiles, artillerie et torpilles) mais aussi des aéronefs (16 MiG-29 et 4 Kamov Ka-27). Le contrat prévoit, en outre, la livraison de pièces de rechange et la formation du personnel indien. En novembre 2007, la Russie réclame 1,2 milliard de dollars au lieu des 947 millions, portant le coût d'acquisition à 2,2 milliards, qu'accepte l'Inde en décembre 2008. En février 2009, le chantier naval russe demande une nouvelle rallonge de 700 millions pour finaliser la modernisation, ce qui porterait le coût du bâtiment à 2,9 milliards de dollars[3].

INS Vikramaditya[modifier | modifier le code]

Le INS Vikramaditya durant ses essais le 16 novembre 2013.
Des MiG-29 de la INAS 303 à bord du INS Vikramaditya le 14 juin 2014.

La marine indienne décide de transformer le porte-avions pour lui permettre de récupérer les avions à décollage et atterrissage horizontal (STOBAR). Ainsi, l'INS Vikramaditya pourra emporter des avions classiques à décollage relativement court en les faisant décoller à l'aide d'un tremplin et en les récupérant grâce à des brins d'arrêt. Mais ces modifications (et autres modernisations) entraînent un retard de livraison et une hausse des coûts, lesquels s'établissent finalement à 2,3 milliards de dollars américains, contre 771 millions de dollars initialement[4].

Initialement prévue pour 2008, l'entrée en service de l'INS Vikramaditya est finalement intervenue le 16 novembre 2013. Elle entraîne la prolongation de vie de l'INS Viraat et de ses 7 Sea Harrier encore disponibles (dont souvent un seul reste opérationnel) jusqu'en 2016[5].

La première escadrille de l'aéronavale indienne équipée de cet appareil est déclarée opérationnelle le 11 mai 2013, la Indian Naval Air Squadron (INAS) 303 Black Panther se compose de 12 MiG-29 K monoplaces de combat et de 4 KUB biplaces d'entrainement[6]. 45 MiG-29K ont été livrés au total entre 2009 et 2017[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Sheldon-Duplaix, Histoire mondiale des porte-avions : des origines à nos jours, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), ETAI, (ISBN 2-726-88663-9)
  1. INS : Indian Naval Ship
  2. Sheldon-Duplaix 2006, p. 146-147
  3. (en) Pranab Dhal Samanta, « Russians want another $700 mn for Gorshkov », The Indian Express,‎ (lire en ligne)
  4. AFP, « La Russie a finalement livré un porte-avions à l'Inde », sur La Libre Belgique, (consulté le 22 novembre 2013)
  5. (en) « INS Viraat to be decommissioned in 2016 », The Hindu,‎ (ISSN 0971-751X, lire en ligne)
  6. Helen Chachaty, « Première escadrille de MiG-27 K/KUB », sur Le journal de l'aviation, (consulté le 22 novembre 2013)
  7. Yannick Smaldore, « Déclin ou renaissance des ailes indiennes », Défense et Sécurité internationale, no 54H,‎ , p. 81-82.

Sur les autres projets Wikimedia :