Amina J. Mohammed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Amina J. Mohammed
Illustration.
Fonctions
5e vice-secrétaire générale des Nations unies
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 15 jours)
Prédécesseur Jan Eliasson
Ministre de l'Environnement du Nigéria

(1 an, 1 mois et 4 jours)
Président Muhammadu Buhari
Prédécesseur Lawrencia Laraba-Mallam
Successeur Ibrahim Usman Jibril
Biographie
Nom de naissance Amina J. Mohammed
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance État de Gombe (Nigeria)
Nationalité Nigériane
Parti politique APC

Amina J. Mohammed
Vice-secrétaires généraux des Nations unies

Amina J. Mohammed, née le , est une femme politique nigériane travaillant dans le domaine du développement et de l'environnement depuis plus de 30 ans, à la fois dans le secteur public et le secteur privé. Elle est notamment conseillère spéciale de Ban Ki-moon pour la planification du développement, puis ministre de l'environnement au Nigeria à partir de novembre 2015. Elle est vice-secrétaire générale des Nations unies depuis janvier 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amina Mohammed est née en 1961 dans l'État de Gombe, au nord-est du Nigeria, d'un père nigérian et d'une mère britannique. Elle a six enfants[1].

Entre 1981 et 1991, elle travaille pour l'entreprise Archcon Nigeria, une société d'ingénierie. En 1991, elle fonde le consortium Afri-Projets, une firme multidisciplinaire d'ingénieurs et de métreurs, dont elle est la directrice générale de 1991 à 2001. Elle est alors mariée à Kabir Az-Zubair, et est appelée Amina Az-Zubair[2],[3].

À partir de 2002, elle travaille comme conseillère principale auprès du président du Nigeria sur les objectifs du millénaire pour le développement, au sein du groupe de travail sur l'égalité des sexes et l'éducation de 2002 à 2005, puis sur la conception et la développement des projets du gouvernement pour réduire la pauvreté dans le pays, et sur l'allègement de la dette[3],[4]. Elle voit se succéder trois présidents, Olusegun Obasanjo, Umaru Yar'Adua, puis Goodluck Jonathan. Elle fonde ensuite et dirige le think thank Center for Development Policy Solutions, et en tant que professeur adjoint à l'université de Columbia.

Le 7 juin 2012, elle est nommée conseillère spéciale du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon[5],[3].

Le 11 novembre 2015, elle est nommée ministre de l'environnement par le président nigérian Muhammadu Buhari[6]. Elle siège également dans de nombreux comités consultatifs internationaux et des organismes tels que la Fondation Bill-et-Melinda-Gates ou le Conseil collaboratif pour la fourniture en eau et l'hygiène, rattaché aux Nations unies, qu'elle préside.

Le , le secrétaire général des Nations unies élu, António Guterres, annonce qu'il la choisit comme vice-secrétaire générale[7],[8]. Le , elle succède à Jan Eliasson à ce poste.

En 2018, elle est listée parmi les 100 Women de la BBC[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Nigeria’s Amina Mohammed is UN Deputy Secretary-General », Vanguard (Nigeria),‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Nigeria: MDGs and Amina Az-Zubair's Footprint », Daily Trust, Allafrica.com,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c (en) « Amina Mohammed, Special Adviser to the UN Secretary-General on Post-2015 Development Planning », ProsperCSIS,‎ (lire en ligne)
  4. Marion Douet, « Politique économique : les six atouts du président Buhari », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Secretary-General Appoints Amina J. Mohammed of Nigeria as Special Adviser on Post-2015 Development Planning », United Nations Press Release,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Nigeria's President Buhari Has Sworn in a New Cabinet at Last », Quartz Africa,‎ (lire en ligne)
  7. Gérald Mounomby, « Amina Mohamed, Nigériane, N° 2 de l’ONU », Gabon Review,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « Next UN chief names three women to senior posts », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  9. (en-US) « Amina Mohammed, Bola Tinubu... four Nigerians make BBC 100 Women list », sur TheCable, (consulté le 10 janvier 2019)