Amigurumi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).


L'amigurumi (編みぐるみ?, littéralement peluche tricotée ou crochetée) est l’art japonais du tricot ou du crochet de petits animaux et de créatures anthropomorphes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’un mot-valise formé des mots japonais ami, signifiant crocheté ou tricoté, et nuigurumi, signifiant peluche. Le terme occidental correspond à la prononciation originale en japonais[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’association Crochet Guild of America fait état de poupées crochetées ou tricotées retrouvées en Chine, qui sont les exemples les plus anciens de modèles tridimensionnels au crochet[3].

Lors de recherches sur les origines des amigurumis, Yoshihiro Matushita relate l’existence depuis 1185 de techniques textiles antérieures au tricot et au crochet. Sous l’ère Edo, entre 1603 et 1867, le Japon commerce avec les Pays-Bas, et la technique du tricot pourrait avoir été introduite en Asie à ce moment-là.

Les Samouraïs contribuent aussi au développement du tricot et du crochet, pour leurs accessoires (bourses, cordons, étuis) ou leurs sous-vêtements, confectionnés à partir de fil de soie ou de coton[4].

Sous l’ère Meiji, entre 1868 et 1912, le Japon entame une transition d’un système féodal vers un modèle de société plus moderne, qui signe le début de l’industrialisation du pays. Les japonaises sont alors invitées à apprendre les travaux d’aiguilles occidentaux[5].

Après la Seconde Guerre mondiale, le Japon traverse une grave crise économique. La diffusion de nouvelles techniques de tricot et de crochet offre alors une alternative pour les familles souhaitant créer des jouets pour leurs enfants.

Les amigurumis restent cependant très peu connus en dehors du Japon jusqu’en 2003[2]. En 2006, ils figurent parmi les produits les plus populaires sur la plateforme de vente en ligne Etsy, où ils se vendent pour 10 à 100 $[2]. Depuis, leur popularité continue à augmenter[6], notamment sur les sites internet comme Pinterest ou Ravelry, qui permettent et facilitient la diffusion de photos, d’explications ou de modèles[7].

Style[modifier | modifier le code]

Les amigurimi sont la plupart du temps des animaux (comme des ours, lapins, chats, chiens…), mais ils comprennent aussi de petits objets qui correspondent à des usages humains comme des bonnets, de petits sacs, etc.

Détournés de leur origine de peluches ou de poupées, la plupart des amigurumi sont fabriqués ou achetés pour leur aspect décoratif[8].

Ce qui ressort généralement de l’esthétique des amigurumi, c'est leur caractère « mignon ». Pour mieux rendre cet effet, les animaux amigurumi présentent typiquement des têtes sphériques surdimensionnées rattachées à des corps cylindriques pourvus d’extrémités de tailles réduites.

Il n’y a cependant pas de contraintes concernant la taille ou l’apparence des ouvrages.

Techniques[modifier | modifier le code]

Les amigurumi peuvent être soit tricotés soit crochetés. Ces dernières années, les amigurimi crochetés sont plus populaires et on les rencontre plus souvent.

Les amigurumi sont typiquement crochetés ou tricotés à partir d’un fil (en laine, coton ou en fibres synthétiques). Les plus simples sont fabriqués en spirale. Contrairement aux techniques de crochet occidentales, les rangs de mailles sont souvent travaillés continument, en spirale, et non joints par des mailles coulées. Cela permet d’éviter des jonctions de rang disgracieuses. Ils sont également fabriqués avec un crochet de plus petite taille que celle indiquée sur les pelotes de fil à crocheter, en mailles serrées, de façon à créer un maillage très serré et sans trous, et à éviter des fuites de rembourrage.

Les amigurumi sont fabriqués par éléments (tête, corps, membres) qui sont ensuite assemblées, sauf pour des modèles plus simples qui n’ont qu’une tête et un torse fusionnés en une seule pièce. La base et les extrémités sont parfois rembourrées avec de petites billes en plastique pour les équilibrer et obtenir un rendu plus vivant. Le reste est rembourré avec de la fibre synthétique ou naturelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jennifer Ramirez Saldarriaga, Amigurumi, Helsinki, Finland, The Sun and the Turtle, , 5 p. (lire en ligne) :

    « The word Amigurumi comes from Ami- meaning crocheted or knitted and Nuigurumi meaning stuffed doll. In the west we call them Amigurumi, which are the original phonetics of 編みぐる in Japanese language. »

  2. a, b et c (en) Mary Belton, Craft: Transforming Traditional Crafts, "O'Reilly Media, Inc.", (ISBN 9780596529284, lire en ligne), p. 42
  3. « Crochet History - Crochet Guild of America (CGOA) », sur www.crochet.org (consulté le 3 janvier 2017)
  4. (en) Yoshimi Kihara, « Knitting in Japan, Part 1, Page 4 », sur www.knitjapan.co.uk,‎ (consulté le 3 janvier 2017)
  5. (en) Dai Watanabe, « Quick survey on the origin of Amigurumi » (consulté le 3 janvier 2017)
  6. (en) « Amigurumi sur Google Trends », sur Google Trends (consulté le 3 janvier 2017)
  7. (en) Jennifer Ramirez Sardarriaga, Amigurumi, Helsinki, The Sun and the Turtle, , p. 5
  8. (en) Mary Beth Temple, Hooked for Life: Adventures of a Crochet Zealot, Andrews McMeel Publishing, (ISBN 9780740790331, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :