Amici Naturae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amici Naturae
Image illustrative de l'article Amici Naturae

Devise : « Pour vivre heureux, vivons cachés »

Région Neuchâtel (Suisse)
Création 1893
Type Société d'étudiants
Langue Français
Invitation à une séance publique du Club des Amis de la nature le jeudi avec Jean Piaget, Gustave Juvet et M. Reichel.

La société Amici Naturae (d’abord « Société des jeunes Amis de la Nature » et « Club des Amis de la Nature ») est une société suisse d'étudiants à Neuchâtel fondée en 1893 à l'instigation de Pierre Bovet et Albert Loosli.

Historique[modifier | modifier le code]

Les deux fondateurs ont 15 ans en 1893. Ils veulent réunir des élèves des écoles secondaires qui partagent leurs observations et étudient ensemble. Un décision a été prise le de créer un club « qui s’occuperait de sciences naturelles dans le but de s’instruire mutuellement dans les branches de la botanique, la zoologie, etc… ». La première séance a lieu à Pierre-à-Bot le (en forêt sur la commune de Neuchâtel), avec Bovet, Georges Brandt, Georges Dumont et Georges de Salis[1].

À la différence des sociétés d'étudiants habituelles, ce groupe est un club scientifique. La devise de la société est « Pour vivre heureux, vivons cachés », elle montre une intention de rester discrets[2].

Les membres se réunissent tous les quinze jours, ils font des exposés sur un thème d'histoire naturelle, échangent sur des questions philosophiques, chantent et font des excursions. Leur mentor est jusqu'en 1911 Paul Godet, naturaliste et directeur du Musée d'histoire naturelle de Neuchâtel. Ils entreprennent une classification des batraciens du canton en 1913.

Deux anciens de Amici Naturae : Pierre Bovet et Jean Piaget (au premier plan), à Genève en 1925 devant l’Institut Jean-Jacques Rousseau.

Jean Piaget est membre du groupe de 1910 à 1915 (de quinze à dix-neuf ans), il étudie en particulier les mollusques, et les membres du groupe considèrent son travail comme le plus sérieux et le plus scientifique. Ce qui ne l’empêche pas d'apporter une note humoristique dans la vie du groupe. Un autre membre de 1912 à 1916 est Gustave Juvet (1896-1936), un futur mathématicien, ami de Piaget. Juvet et Piaget animent des débats philosophiques opposants le déterminisme et le réductionnisme mécaniste (Juvet) à la philosophie de l'élan vital et l'idée d'« évolution créatrice » de Bergson (Piaget)[2].

En 1975, la société présente les résultats d’un travail pratique d’analyse des eaux du bassin du Seyon, montrant que les phosphates provenaient pour près de la moitié des résidus des détergents, et les nitrates en majorité de l’agriculture[3],[4]. Dans les années 1980 et 1990, la société décerne un prix pour le meilleur baccalauréat de biologie en section scientifique[5]. La société aurait vécu une longue léthargie jusqu’en 1986, et serait alors l’unique société d’étudiants mixte du canton[6].

Avec le temps, la société devient mixte, ses domaines d’intérêt s’élargissent, ses activités diminuent et finalement manquerait d’esprit scientifique. Une association des membres honoraires est créée. La société commémore ses cent ans d’existence en 1993, elle totalise alors 278 membres. Une plaque offerte par les membres honoraires est apposée à la roche erratique de Pierre-à-Bot[7],[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cl.-P. Ch., « Les cents ans d’Amici Naturae : De la plaque à l’agneau : À côté des plus grands », L’Express,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  • Cl.-P. Ch., « Centenaire : Les « Amiciens » en fête à Pierre-à-Bot : Une tradition d’après nature », L’Express,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  • Nicolas Guinand, Roland Lüscher, Pierre Bovet et al., Amici Naturae : un siècle, une histoire, Club des amis de la nature, [Damien Reichen, , VII+170 p.
    Document publié à l'occasion du 100e anniversaire de la fondation du Club des Jeunes amis de la nature.
  • Fernando Vidal, « Jean Piaget Ami de la Nature », dans J.-M Barrelet et A.-N. Perret Clermont, Jean Piaget et Neuchâtel, l'apprenti et le savant, Lausanne, Payot, , p. 95-110.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L’Express, 18.9.1993.
  2. a et b Piaget et les Jeunes Amis.
  3. L’Express, 14 juin 1975.
  4. F. Straub et Th. Edye, Étude de l'importance relative des sources de phosphates et de nitrates dans le bassin supérieur du Seyon (NE), Neuchâtel, Amici Naturae, , 76 p. (lire en ligne).
  5. L’Express, 6 juillet 1979 et au moins jusqu’en 1995.
  6. L’Express, 2 juin 1988.
  7. L’Express, 21.9.1993.

Lien externe[modifier | modifier le code]