Amiati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Amiati
Thérèse Amiati.jpg
Photo d'Amiati (1876)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 38 ans)
Le RaincyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Photo d'Amiati en costume d'homme (vers 1879)[n. 1].
Photo d'Amiati (vers 1880)
Portrait d'Amiati ( vers 1885)

Marie Thérèse Victoria Adélaïde Abbiate dite Thérèse Amiati ou Amiati, née le à Turin[1] et morte le au Raincy est une chanteuse française d'origine italienne.

Elle se rendit célèbre, après la défaite de 1871 et la perte de l'Alsace-Lorraine, comme divette, en interprétant des chansons revanchardes. Elle fut pensionnaire à l'Eldorado et à la Scala, se produisant également aux Ambassadeurs.

Identification[modifier | modifier le code]

L'identification, aujourd’hui acquise[r. 2], d'Amiati à Marie Thérèse Victoire Adélaïde Abbiate, n'allait pas de soi pour ses contemporains. La confusion vient en partie du choix d'un premier nom de scène, Fiando, pour ses débuts artistiques. Ainsi, Gaston Senner affirmait-il dans La Presse en 1899, à l'occasion de l'érection d'un « monument » à la mémoire d'Amiati, que « le vrai nom de l'artiste était Fiando[h. 4] », alors même que son journal avait publié dix ans plus tôt que ce « vrai nom » était « Abiate » [h. 5],[n. 2]. Par ailleurs, le lieu de naissance de l'artiste, aujourd'hui établi comme Turin[r. 3], faisant l'objet de diverses hypothèses : Fernand Movel[h. 7], suivi par Constant Saclé[h. 8], croyait Amiati née à Florence. Jules Lemaître, de son côté, pensait qu'elle venait de Rome[h. 9]. Il y a aussi quelques discordances sur sa date de naissance : Le Gaulois, dans son édition du 30 octobre 1889[h. 6], précisait qu'Amiati avait débuté à 14 ans, ce qui aurait impliqué qu'elle fût née en 1852[Quoi ?]. Dix ans plus tard, à l'occasion de l'inauguration du monument funéraire d'Amiati, Le Gaulois maintenait, en affirmant qu'elle était morte en 1889 à 37 ans[h. 10].

Enfance[modifier | modifier le code]

Peu de choses sont connues de la vie d'Amiati avant ses débuts dans la chanson. Selon Le Gaulois, « son père était un brave homme — mais il buvait — sa mère la battait — mais elle l'aimait quand même[h. 6] »,[n. 3] Un autre journal d'époque affirme qu'elle avait été blanchisseuse avant d'être chanteuse[h. 11]. Jules Lemaître, enfin, écrit qu'elle n'avait pas eu de première instruction et qu'à ses débuts d'artiste, elle était « encore incapable de déchiffrer le moindre morceau[h. 12] ».

En réalité, son père Charles (Carlo) Abbiate (Oleggio 1821-Paris 1889) était professeur de musique et sa mère Innocente (Innocenza) Franchi (Turin 1832-Paris 1902) femme au foyer. Le couple aura 9 enfants.

Débuts lyriques sous le nom de Fiando[modifier | modifier le code]

Amiati débute sur scène en 1866, au théâtre Saint-Pierre[h. 6], dans un emploi comique, sous le nom de Fiando. Dans la revue Tout Paris la verra, jouée 170 fois[h. 13], elle interprète « avec une crânerie pleine de promesses […] le rôle du Coq gaulois[h. 14] ». Elle passe ensuite au Concert Béranger[h. 7], « en paysanne en sabots et jupon court[r. 4] ». Devenue rapidement l'étoile de cette salle, elle est signalée par son professeur de musique, Ludovic Benza[h. 7],[h. 15], au directeur de l'Eldorado, lequel la fait débuter en 1869, toujours dans le genre dit paysannerie[h. 7].

Succès sous le nom d'Amiati[modifier | modifier le code]

Durant la Commune, elle est déjà connue sous le nom de scène d'Amiati, le Journal officiel relevant qu'elle « se bisse toute seule, ce qui ne manque pas d'une certaine originalité[h. 16] ». En mars 1871, elle crée à l'Eldorado [n. 4] Qu'on se souvienne[r. 5] ; en avril, Maudite soit la guerre et La Voix de la France[r. 5] ; en mai, avant l'entrée des Versaillais dans Paris, Assez de sang. Cri patriotique appelant à la réconciliation nationale[r. 6],[2]. Elle est déjà une vedette de l'Eldorado[r. 6]. Elle achèvera de s'y rendre célèbre[r. 7] dès la même année en se spécialisant dans des chansons revanchardes. À ce titre, elle est considérée comme une des représentantes principales du genre « chanson patriotique », un emploi bien défini du café-concert[n. 5], voire « la prêtresse consacrée[h. 18] » d'un chauvinisme naïf[h. 19]. En effet, après la guerre franco-allemande, « la chanson devient patriotique, appelle la revanche, marque le malaise des âmes populaires[h. 20] ». Amiati représenta éminemment ce genre, s’enveloppant littéralement dans le drapeau tricolore[r. 7],[h. 21], sorti « soudain on ne sait d'où[h. 22] », pour chanter La Marseillaise[r. 9],[n. 6] ou des chansons revanchardes comme Alsace et Lorraine[r. 11],[r. 12],[r. 13] (1871), reprise après Chrétienno, qui faisait « venir des larmes[h. 23] » à Adrien Bernheim, le chroniqueur du Figaro, avec son refrain fameux :

Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine
Et, malgré vous, nous resterons français
Vous avez pu germaniser la plaine
Mais notre cœur, vous ne l'aurez jamais[h. 24].

À partir de 1874, selon un chroniqueur de L'Orchestre, on entend moins souvent à l'Eldorado des chansons patriotiques[h. 17]. Bientôt, selon un article de L'Art lyrique en 1896, les programmes des cafés-concerts reviendront à des chansons plus sentimentales[h. 20]. Amiati s'adaptera et ajoutera à son répertoire, avec succès[h. 25], des chansons « anacréontiques »[h. 26], telle Ça coûte un baiser (1885). D'autres succès « dramatiques et mélodiques[h. 8] » furent, selon Saclé, Le Baiser des adieux (1874)[n. 7], La Fille de l'hôtesse, N't'en va pas Madeleine ! (1874), L'Amour frileux, Valse maudite (1878)[n. 7], Amour, Folie (1880), Le bon temps, Stella d'Amore[h. 8].

Outre l'Eldorado, elle se produit aussi aux Ambassadeurs et à la Scala[h. 27]. En 1884, Amiati est pensionnaire à la Scala, un établissement situé en face de l'Eldorado, dont les propriétaires, les époux Allemand, achèteront l'Eldorado en 1887[r. 14]. En 1885, Le Gaulois observe que le succès de la Scala est « considérable[h. 28] », qu'on « continue à [y] refuser du monde[h. 28] » et que ses étoiles, dont Amiati, « la cantatrice aux accents émus[h. 29] » qu'on « accueille avec des bravos[h. 29] », attirent « tout Paris[h. 28] ». Le Temps rapporte que la chanteuse suscite « d'indescriptibles enthousiasmes[h. 12] ». Pourtant, la mode change : même au café-concert, le public préfère les pièces de théâtre. Il « n'écoute plus les chansons qui firent autrefois la fortune de ces établissements. Ils attendent la pièce de la fin et considère le reste comme des hors-d'œuvre, plus ou moins mauvais[h. 30]. » En conséquence, « les étoiles lyriques [comme] Amiati […] n'ont plus de pouvoir réel sur la recette. On les écoute, on les applaudit, parce qu'ils font mieux que les autres ; mais on ne se dérange plus pour venir les voir et les entendre[h. 30] ». En 1887, certains considèrent Amiati comme « une étoile à son déclin »[h. 31], même si Le Gaulois continue à rapporter qu'elle « obtient, tous les soirs, un très grand succès[h. 32] » avec un nouveau chant patriotique de Paul Déroulède.

Parmi les derniers succès d'Amiati, Saclé relève Loin des jaloux, Le bon vieux maître d'école (qu'il décrit comme une suite du Maître d'école alsacien), La plus belle fille du monde et La Prière d'une Alsacienne[h. 8].

Décès[modifier | modifier le code]

À l'été 1889, elle perd son époux, Eugène Maria[n. 8] « ruiné dans une entreprise lyrique[h. 10] ». Fort affectée par ce décès, déjà très éprouvée par la mort de plusieurs de ses enfants enlevés par le croup[h. 35] l'année précédente[h. 36], elle continua, bien qu'enceinte, à chanter jusqu'à la fin de la saison[h. 8]. Elle tenait à désintéresser tous les créanciers de son défunt époux[h. 10]. Son salaire mensuel n'y suffisant pas[n. 9], elle dut emprunter la moitié de ses appointements de trois années[h. 37]. Elle meurt à l'hiver suivant, à la suite d'un accouchement[h. 35], d'une péritonite puerpérale[h. 5], dans le dénuement[h. 37], laissant « 13 fr. 15 c » à quatre[n. 10] jeunes orphelins[h. 10]. Elle est enterrée dans la fosse commune[h. 40] au cimetière du Raincy[r. 15]. En 1898, Le Moniteur des spectacles prend l'initiative d'une souscription destinée à accueillir ses restes au cimetière du Raincy[h. 40] et orner sa tombe d'un médaillon en bronze d’Élisa Bloch[r. 15]. Le monument est inauguré en 1899[h. 41].

Thématique[modifier | modifier le code]

Nombre de ses premières chansons évoquaient des faits de bravoure de l'armée française durant la guerre, telle Les Turcos, qui « faisait battre les cœurs[h. 42] » en célébrant l’héroïsme des turcos à la bataille de Forbach-Spicheren[h. 43], avec le refrain suivant :

Les Turcos, les Turcos sont de bons enfants
Mais il ne faut pas qu'on les gêne
Autrement la chose est certaine
Les Turcos deviennent méchants[h. 43].

Le culte des « héros de nos désastres[h. 44] », célébrés « les cheveux tragiquement défaits[h. 44] », fit la gloire d'Amiati[h. 45]. Ainsi, Ne dansez plus, des Français dorment là (1872), une chanson que Bonnefont juge plus triste que la précédente « parce qu'elle exprime la douleur des pertes subies sans passer par l'enthousiasme du combat[h. 46] » et dont les derniers vers sont les suivants :

Ne troublez pas la phalange endormie,
Ne dansez plus où la fleur poussera.
N'éveillez pas ces fils de la patrie,
Découvrons-nous, des Français dorment là[h. 45] !

Le Maître d'école alsacien (1872), une « chanson patriotique très sentimentale[h. 47] » et un autre de ses succès, également écrite, avec Lucien Delormel, par Gaston Villemer dont elle était considérée comme la « muse[h. 48] », était invariablement salué par « une salle en délire, des yeux qui brillent, qui pleurent, des bras qui se tendent frémissants vers un horizon lointain[h. 49] ». L'émotion suscitée était si vive que la chanson fut, selon Bonnefont, un moment interdite dans les concerts, ainsi, précise-t-il, « que d'autres chansons exhalant trop vivement la haine, toujours regrettable, mais si compréhensible, du vaincu contre un vainqueur arrogant[h. 50] ». Le même Bonnefont, la comparant à la précédente chanson, la trouve « plus navrante encore, exprimant, pire que la mort, l'amer regret de ceux qui ont perdu la patrie… au moins pour longtemps[h. 50] ». Voici son refrain :

La patrouille allemande passe,
Baissez la voix, mes chers petits :
Parler français n'est plus permis
Aux petits enfants de l'Alsace[h. 51].

Dans le même registre, les derniers vers du Fils de l'Allemand, une chanson plus tardive (1882), sont restés célèbres[r. 16],[r. 7] pour leur outrance :

Va, passe ton chemin, ma mamelle est française,
N'entre pas sous mon toit ; emporte ton enfant ;
Mes garçons chanteront plus tard La Marseillaise,
Je ne vends pas mon lait au fils d'un Allemand[h. 51]!

Plusieurs autres de ses chansons patriotiques, telles Maudite soit la guerre (1871), Les Émigrants (1871), Le Blessé (1878), L'Appel après le combat, Une tombe dans les blés (1872) et surtout[n. 11] Le Clairon (1873), écrite par Paul Déroulède, furent imprimées à plus de cent mille exemplaires[h. 7]. Parmi ses autres premiers succès, L'Enfant de Paris (1874), Le Cheveu blanc, La ferme aux fraises[h. 8], ainsi que Le Bouquet tricolore et Mère et patrie[r. 7].

Les couvertures des petits formats de ces chansons « se veulent symboliques du sentiment national face à l'envahisseur[r. 17] » :

Le thème de la réforme de l'enseignement avait également de l'importance dans son répertoire, alors même qu'elle n'avait pas eu de première instruction et qu'à ses débuts lyriques, elle était « encore incapable de déchiffrer le moindre morceau[h. 12] ». Elle interprétait « avec une conviction religieuse[h. 53] » le refrain d'Homme ! Nous allons nous instruire :

Homme ! Nous allons nous instruire.
Marche avec nous dit un enfant.
Un peuple est fort quand il sait lire,
Quand il sait lire, un peuple est grand !

Créations[modifier | modifier le code]

Témoignages[modifier | modifier le code]

« Grande, élancée, les cheveux noirs, les yeux superbes, elle captivait par le double charme de la femme et de l'artiste[h. 4] », rappelle Gaston Senner. Fernand Movel, l'auteur de sa première biographie dans La Chanson en 1880, confirme, relevant « la beauté correcte et grave de Mlle Amiati et l'accent dramatique sans emphase qu'elle sait donner à chacune des compositions qu'elle interprète[h. 7] ». Jules Lemaître la décrit ainsi: « C'était une grande fille brune, le visage à la fois tragique et ingénu, une voix généreuse, étoffée, avec de belles notes de contralto »[h. 53]. Et ailleurs: « Profondément admirée des ouvriers et des petits bourgeois, elle représentait, au café-concert, la littérature morale et élevée. Plusieurs de ses camarades m'ont dit que c'était une excellente et honnête créature. Je lui ai moi-même parlé une fois, et j'ai été frappé de son air de candeur. Elle était grave et se sentait une mission »[h. 54]. Ailleurs encore: « Amiati fut la vestale populaire de la chanson patriotique. C'est évidemment son répertoire qui l'a sauvegardée »[h. 55]. Maxime Rude les contredit partiellement: « Blonde, avec de grands yeux bleus frangés de longs cils, élancée, frêle en apparence, voici Amiati, une idole du public des concerts »[h. 56]. André Chadourne est plus vague: « Une taille élégante, une figure régulière, un air de vague mélancolie »[h. 18]. Un journaliste de l'Univers illustré ajoute: « Lorsqu'elle apparaissait, avec sa tête expressive, mélancolique, le corps drapé sérieusement dans une robe noire aux plis sérieux, les blagues cessaient »[h. 57]. Selon Le Gaulois, « le registre de sa voix n'était pas étendu, mais elle savait en tirer des effets surprenants[h. 10] ». Gaston Bonnefont évoque « une voix sonore et sympathique — une belle voix étendue, vibrante[h. 58] ».« Sa voix était généreuse, particulièrement dans le registre grave[h. 5] », précise Bridaine de La Presse, qui ajoute que son émotion était « communicative » et « d'un réel effet ». elle était aussi ce que les contemporains appelaient une « diseuse[h. 59],[h. 60],[h. 61] », c'est-à-dire qu'elle alternait « avec art[h. 59] » les parties dites et chantées, avec le souci d'« illuster le côté théâtral de la chanson[r. 18] ». Un chroniqueur du Temps ajoute qu'Amiati « possède une qualité, rare aux cafés-concerts, c'est que l'on entend à peu près tout ce qu'elle dit : elle le dit avec une largeur exagérée, mais encore a-t-elle quelque sentiment[h. 26] ».

Panégyrique[modifier | modifier le code]

Le critique et dramaturge[h. 62] Edmond Sée fit en 1899, à l'occasion de l'érection du monument funéraire d'Amiati, son éloge panégyrique :

« Amiati !... C'était la chanson bourgeoise et guerrière. L’enthousiasme du dessert au nougat. Elle soulevait les salles. Par son apparence de belle fille bien grasse, elle suscitait toutes les ardeurs des spectateurs médiocres et populaires, qu'elle détournait ensuite facilement et à l'aide d'un refrain de victoire sur un sentiment toujours prêt de patriotique candeur. On désirait à la fois la Bourgeoise et la Revanche, et on acclamait le tout. Ils avaient la perception de ce qu'était une noble et forte femme très décolletée et l'idée obscure que pour chanter ainsi d’elle-même tous les beaux refrains qu'ils pensaient entre hommes, elle devait bientôt venir au milieu d'eux et ne pas être difficile. On l'aimait. Ainsi s'explique le succès de la défunte chanteuse et son monument. Elle le mérite, car c'était une brave femme, et ses pensées de ménagère, enflammées quotidiennement par des revendications tricolores, durent se reposer dans la vie et ne jamais dépasser un idéal autoritaire, honorable, et tout rempli d'une saine tendresse, d'une intimité semblable et parallèle à son art[h. 63]. »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit vraisemblablement du personnage de Hoche (un nom qui rime avec boche, comme le fait remarquer Jean-Max Guieu[r. 1]) dans la revue La-é-ou-u ? de Louis Péricaud et Delormel jouée à L'Eldorado en 1879. Amiati y personnifie « le général Hoche et, sous le costume du jeune héros républicain »[h. 1] chante « sur de vieux airs, couronnés par celui de la Marseillaise, l'immortelle gloire, fugitive comme un éclair d'épée, du héros républicain[h. 2] ». Deux années plus tard, elle sera « très applaudie dans sa double incarnation du Tambour de 1792 et de la Statue de la République »[h. 3] dans Ici, Bertrand, une autre revue des mêmes auteurs.
  2. Cette confusion sur l'identité d'Amiati n'est pas isolée. Dans une nécrologie de 1889, Le Gaulois affirme : « Amiati s'appelait de son vrai nom Friando[h. 6] »
  3. Le même article soutient toutefois que cette mère était « à la porte[h. 6] » durant la première audition, en 1866 au théâtre Saint Pierre, alors que Fernand Movel soutient que Fiando, le nom de scène de l'artiste, la même année au même théâtre, était le nom de ses parents d'adoption[h. 7]
  4. L'Eldorado était « le premier Café-Concert du monde »[h. 17], de par le nombre et la notoriété de ses pensionnaires, leur répertoire (« composé, pour la presque totalité, d'œuvres inédites [...] fournies par deux cents auteurs : paroliers et musiciens »[h. 17]), l'importance de son orchestre (35 musiciens, « parmi lesquels plusieurs musiciens de la Garde républicaine »[h. 17] dirigés par M. Hervé puis par Charles Malo, qui composa plusieurs chansons pour Amiati) et sa taille-même (il pouvait accueillir 1 200 spectateurs[h. 17]). Outre des « refrains obscènes »[h. 17], on pouvait y entendre ceux « qui exaltèrent l'amour de la patrie [et] le sacrifice au devoir »[h. 17].
  5. Selon Joachim Sistig, Amiati, Chrétienno et Marius Richard étaient les principaux interprètes du « répertoire cocardier »[r. 8]. Léon Senner, chroniqueur théâtral de La presse allait jusqu'à considérer Amiati comme la créatrice du « genre patriotique »[h. 4].
  6. La Marseillaise sera promulguée hymne national en 1879[r. 10].
  7. a et b Caradec et Weill signalent également le succès de ces chansons, ainsi que de Mon bien-aimé (1879) et Bientôt[r. 4].
  8. En 1879, à une période de sa carrière où elle est, selon un chroniqueur de L'Orchestre, « l'artiste favorite du public » de l'Eldorado[h. 33], elle avait, à l'occasion d'un contrat à l'Alcazar de Marseille arrangé par Paulus, rencontré Eugène Maria, le directeur de ce théâtre, et l'avait épousé[h. 34].
  9. Le salaire mensuel d'Amiati était à l'époque de 1 500 francs[h. 37] à 2 000 francs[h. 38], à comparer avec d'une part 200 francs par mois pour les « levers de rideau » et, d'autre part, 50 à 300 francs par soirée pour les étoiles[h. 12].
  10. Le Journal des débats compte non pas quatre mais « cinq petits orphelins » et précise: « On assure que M. Dorfeuil a pris l'aîné ; le second est chez M. Benoît, éditeur de musique ; M. Limat, régisseur de l'Eldorado, s'est chargé du troisième. Il en reste encore deux, dont le dernier est âgé de huit jours »[h. 37]. De manière quelque peu contradictoire, Le Figaro évoque en 1895, sous la plume de Georges Boyer, « les trois bambins d'Amiati, recueillis par Limat, le régisseur de l'Alcazaz d'Été[h. 39] ».
  11. Paulus rapporte l'anecdote suivante à propos du succès du Clairon: « A la première, un zouave qui était aux galeries supérieures, empoigné, ne sachant comment exprimer son admiration, a jeté sa chéchia sur la scène et, si on ne l'avait retenu à temps, il se précipitait, — non pour reprendre ce bouquet d'un nouveau genre, mais pour baiser les mains de celle qui venait de faire vibrer son cœur et mouiller ses yeux. »[h. 52]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les date et lieu de naissance figurent dans l'acte de son mariage célébré le 11 novembre 1884 à Neuilly-sur-Seine.
  2. [1]

Sources récentes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Max Guieu, « « L'hydre au casque pointu sournoisement s'avance ... » », dans Mémoires et antimémoires littéraires au XXe siècle: la Première Guerre mondiale : colloque de Cerisy-la-Salle, Peter Lang, (lire en ligne), p. 197
  2. (en) Michael Peschke, International encyclopedia of pseudonyms, vol. 1, Walter de Gruyter, , p. 2
  3. Yves Borowice, « La chanson française, un art de métèques ? », Amnis, vol. 7,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Caradec et Weill 2007, p. 194
  5. a et b Brécy 1991, p. 92
  6. a et b Brécy 1991, p. 94
  7. a b c et d (en) Charles Rearick, « Song and Society in Turn-of-the-Century France », Journal of Social History, vol. 22, no 1,‎ , p. 51 (lire en ligne [abonnement nécessaire])
  8. (de) Joachim Sistig, « Sprache als Identitätsmuster in Liedern und Chansons. Deutsch-französische Imagologie im Spiegel elsässischer Mentalitätsgeschichte », Lied und populäre Kultur / Song and Popular Culture,‎ , p. 144 (lire en ligne [abonnement nécessaire])
  9. (en) Bettina Knapp, « The Golden Age of Chanson », Yale French Studies, vol. 32,‎ , p. 87 (lire en ligne [abonnement nécessaire])
  10. « La Marseillaise », France - Diplomatie (consulté le 29 décembre 2011)
  11. (de) Paloma Cornejo, Zwischen Geschichte und Mythos: La guerre de 1870/71 en chansons, Königshausen & Neumann, (ISBN 9783826028403, lire en ligne), p. 97
  12. France Vernillat et Jacques Charpentreau, La chanson française, Presses Universitaires de France, (présentation en ligne), p. 50
  13. Christophe Didier et Christian Baechler, Orages de papier, 1914-1918: les collections de guerre des bibliothèques, Somogy, (présentation en ligne), p. 210, 212
  14. Caradec et Weill 2007, p. 256
  15. a et b « Le Raincy (93): ancien cimetière », Cimetières de France et d'ailleurs (consulté le 14 décembre 2011)
  16. Brécy 1991, p. 161
  17. Serge Dillaz, « Diffusion et propagation chansonnières au XIXe siècle », Romantisme, vol. 23, no 80,‎ , p. 61, 63 (lire en ligne)
  18. Gilles Schlesser, Le cabaret "rive gauche": 1946-1974, L'Archipel, , p. 53

Sources d'époque[modifier | modifier le code]

  1. J. G., « Eldorado », L'Orchestre,‎ (lire en ligne)
  2. Jules Jouy, « Eldorado », Le Tintamarre,‎ (lire en ligne)
  3. Ange Pitou, « Eldorado », L'Orchestre,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c Gaston Senner, « Les planches », La Presse,‎ (lire en ligne)
  5. a b et c Bridaine, « Courrier des théâtres », La Presse,‎ (lire en ligne)
  6. a b c d et e « Diva de café chantant », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  7. a b c d e f et g Fernand Movel, « Galerie artistique: Mlle Amiati », La Chanson,‎ (lire en ligne)
  8. a b c d e et f Constant Saclé, « Souvenirs du passé : Amiati », L'écho des jeunes,‎ (lire en ligne)
  9. Jules Lemaître, « Feuilleton du Journal des débats », Journal des débats,‎ (lire en ligne)
  10. a b c d et e « Le monument d'Amiati », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  11. Antoine Louis, « La Semaine », Diane,‎ (lire en ligne)
  12. a b c et d « Les cafés-concerts de Paris — Les artistes », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  13. « Bruits de coulisse », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  14. « Bruits de coulisse », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  15. « Le théâtre et la ville », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  16. Littérature officielle sous la Commune : documents sur les événements de 1870-71, Paris, Librairie des bibliophiles, (lire en ligne), p. 124
  17. a b c d e f et g Maxime Guy, « Le café-concert », L'Orchestre,‎ (lire en ligne)
  18. a et b Chadourne 1889, p. 246
  19. Gustave Labarthe, Le théâtre pendant les jours du sìege et de la commune (juillet 1870 à juin 1871), Paris, Fischbacher, (lire en ligne), p. 10
  20. a et b « Potins de coulisse », L'Art lyrique,‎ (lire en ligne)
  21. « Refrains et ritournelles », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  22. Reynaldo Hahn, L'oreille au guet, Paris, Gallimard,
  23. Adrien Bernheim, « Trente ans de théâtre », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  24. Villemer et Delormel 1885, p. 22
  25. « En province », L'Art lyrique,‎ (lire en ligne)
  26. a et b « Chronique théâtrale », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  27. « Nécrologie », Journal des débats,‎ (lire en ligne)
  28. a b et c « Petit courrier », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  29. a et b « Petit courrier », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  30. a et b « Petit courrier », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  31. Ely-Edmond Grimard, « Opéra-populaire et cafés-concerts », Les Annales politiques et littéraires, vol. 9,‎ (lire en ligne)
  32. « Petit courrier », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  33. J. G., « Eldorado », L'Orchestre,‎ (lire en ligne)
  34. Paulus et Pradels 1908, p. 276
  35. a et b « Spectacles et concerts », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  36. « Spectacles et concerts », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  37. a b c et d « Théâtres et concerts », Le Journal des débats,‎ (lire en ligne)
  38. « La chanteuse de café-concert », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  39. Georges Boyer, « Courrier des théâtres », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  40. a et b A. Mercklein, « Spectacles et concerts », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  41. « La journée », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  42. Bonnefont, p. 299
  43. a et b Richard O'Monroy, Services de nuit, Paris, C. Lévy, (lire en ligne), p. 185
  44. a et b Félicien Champeaux, « La chanson parisienne », Le Figaro : Supplément littéraire du dimanche,‎ (lire en ligne)
  45. a et b Jules Mary, Sabre au clair !, vol. 1, Paris, J. Rouff, (lire en ligne), p. 333
  46. Bonnefont, p. 300
  47. « Eldorado », L'Orchestre,‎ (lire en ligne)
  48. « Chronique de l'Eldorado », La Feuille de Madame Angot,‎ (lire en ligne)
  49. Paulus et Pradels 1908, p. 181
  50. a et b Bonnefont, p. 301
  51. a et b Villemer et Delormel 1885, p. 8
  52. Paulus et Pradels 1908, p. 260
  53. a et b Jules Lemaître, Les contemporains : études et portraits littéraires., Paris, H. Lecène et H. Oudin, (lire en ligne), p. 311
  54. « Courrier de Paris », L'Univers illustré,‎ (lire en ligne)
  55. Jules Lemaître, « Billets du matin », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  56. Maxime Rude, Tout Paris au café, Paris, M. Dreyfous, (lire en ligne), p. 255-256
  57. « Courrier de Paris », L'Univers illustré,‎ (lire en ligne)
  58. Bonnefont, p. 297
  59. a et b « Courrier des spectacles », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  60. Paul Lenglois, « Le renouveau de la chanson française », La Presse,‎ (lire en ligne)
  61. Paulus et Pradels 1908, p. 112
  62. Joseph Hombert, « Edmond Sée. Le Théâtre français contemporain. », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 8, nos 8-1,‎ , p. 197 (lire en ligne)« Particulièrement qualifié pour dresser un tableau des principales productions dramatiques de notre époque »
  63. « Françoise », La Presse,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources récentes[modifier | modifier le code]

Sources d'époque[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :