Amiante-ciment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'amiante-ciment ou ciment-amiante ou encore fibrociment est un matériau constitué d'un complexe de fibres d'amiante dispersées dans un liant hydraulique qui est du ciment; Il a servi à produire des plaques, dalles, murs anti-bruit (au Canada), tôle-ondulées de couverture, tuiles, tuyaux servant au drainage pluvial ou d'aqueduc, tuyaux d'évacuation de conduits de cheminées, évents, etc.

Les producteurs[1] ont d'abord affirmé qu'il s'agissait d'un produit très stable et sans risque, ce qui ne s'est pas avéré. Pour exemple, les tuyaux de cheminées dont le ciment se dégrade sous l'effet des vapeurs acides libèrent des fibres d'amiante.

Par rapport à plusieurs matériaux alternatifs, le poids des tuyaux d'amiante-ciment en rend le transport onéreux ainsi que son installation (tuyaux de 23 mm et plus).

Les deux principaux producteurs français étaient le groupe Eternit et Saint-Gobain.

Réglementation[modifier | modifier le code]

Ce produit est interdit en France et dans divers pays depuis 1996 suite au scandale de l'amiante, mais le Québec continue, suite à un accord passé avec les producteurs canadiens d'amiante d'en promouvoir un usage sécurisé.

Risques et dangers[modifier | modifier le code]

Selon l'INRS, « les maladies liées à l’amiante représentent aujourd’hui la deuxième cause de maladies professionnelles et la première cause de décès liés au travail (hors accidents du travail) ».[2] Ce produit devient dangereux dans toutes les conditions où il doit être coupé, percé, poncé, meulé, cassé, broyé, démoli, déplacé sans précaution... et quand on l'utilise en milieu acide, en flocage ou fibres libres, ou en panneaux dans la construction (dans un tel cas il est sujet au sciage pour des ajustements ou pour y percer des trous, ou peut l'être par les futurs occupants du bâtiment non informés des risques).
Au moment de la démolition, et après un diagnostic-amiante, des précautions spéciales doivent aussi être prises car des fibres peuvent être libérées lors du bris et transports. L'usage de sas, masques, espace clos, systèmes spéciaux d'aspiration, d'emballage étanche pour le transport, changement de vêtements et douche avant de sortir du sas, etc. sont indispensables et obligatoires dans un certain nombre de pays.
La tendance a été au renforcement des contrôles et de la réglementation depuis la fin du XXe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'affaire de l'amiante, Roger Lenglet, Editions La Découverte, 1996.
  • Danger ! Amiante, Collectif Intersyndical sécurité des universités-Jussieu CFDT,CGT, FEN, Maspéro, 1977.
  • "Face à l'amiante" photographies et témoignages, V.Truglia, 2009, auto édité, 134 pages, 20cmx25cm, quadrichromie. Informations sur le site [1]
  • Amiante : un scandale improbable. Sociologie d'un problème public, Emmanuel Henry, 2007, Presses universitaires de Rennes
  • Scared to Death : From BSE to Global Warming, Christopher Booker et Richard North, ed. Continuum, novembre 2007

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Poussière mortelle, le grand procès de l'Amiante, de Niccolo Bruna et Andrea Prandstraller. Documentaire relatant et diffuse des témoignages du procès à Turin, qui opposait les ouvriers victimes de l'amiante dans une usine du Groupe Eternit à Casale Monferrato en Italie. Il démontre également les conditions de travail des ouvriers du même groupe au Brésil[3].
  • " Cent Mille cercueils " Le Scandale de l'amiante: documentaire réalisé en 2009 par José Bourgarel.100 000 morts en France d'ici 2025.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]