American Sniper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de Clint Eastwood. Pour le livre de Chris Kyle, voir American Sniper (autobiographie).
American Sniper
Titre québécois Tireur d'élite américain
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Jason Dean Hall
Acteurs principaux
Sociétés de production 22 & Indiana Pictures
Mad Chance Productions
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Biopic
Guerre
Durée 132 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

American Sniper ou Tireur d'élite américain au Québec[1] est un film de guerre américain, coproduit et réalisé par Clint Eastwood, sorti en salles en 2014 aux États-Unis et en 2015 en France.

C'est l'adaptation de l'autobiographie homonyme du tireur d'élite américain et ancien membre des SEAL, Chris Kyle. Ce film est le plus gros succès commercial de la carrière de cinéaste de Clint Eastwood.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Chris Kyle est un champion de rodéo vivant au Texas. Après les attentats de Nairobi, il décide de s'engager dans les Forces armées des États-Unis. Il suit alors l'entrainement des SEAL où il devient un sniper de l'unité. Il rencontre Taya Renae, qui devient sa femme. Chris est envoyé en Irak. Sa précision et son adresse au tir sauvent de nombreux soldats américains, qui le surnomment très vite « La Légende ».

Faisant plusieurs séjours en Irak, il devient le sniper américain avec le plus grand nombre de coups au but. Mais sa femme souffre de ses longues absences. Après avoir défait un sniper ennemi redoutable et avoir failli être capturé, Kyle décide de quitter l'armée. Revenu aux États-Unis, il ne s'adapte pas tout à fait à la vie civile. Souhaitant continuer à aider l'armée, il s'investit auprès de vétérans de guerre et les accompagne dans l'apprentissage du tir de précision, mais est assassiné par l'un d'eux au cours d'une session de tir.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[4].

Production[modifier | modifier le code]

Chris Kyle en 2012.

Développement[modifier | modifier le code]

En mai 2012, il est annoncé que la Warner a acquis les droits du livre de Chris Kyle et que Bradley Cooper est pressenti pour produire le film et interpréter le rôle principal[5]. En septembre 2012, David O. Russell exprime son intérêt pour réaliser le film[6]. Le , il est finalement annoncé que Steven Spielberg réalisera le film[7],[8]. Cependant, le réalisateur quitte le projet quelques mois plus tard, notamment en raison d'un budget trop limité selon lui[9]. Quelques jours plus tard, Clint Eastwood est annoncé pour reprendre le flambeau[10]. Le projet se concrétise enfin, bien que le réalisateur tourne d'abord le film musical Jersey Boys, qui sort en juin 2014.

Casting[modifier | modifier le code]

Le , Sienna Miller rejoint la distribution[11], suivie par Kyle Gallner quelques jours plus tard[12]. Le , c'est au tour de Cory Hardrict[13]. Le , Navid Negahban, Eric Close, Eric Ladin, Rey Gallegos et Jake McDorman intègrent le casting.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le à Los Angeles[14]. Plusieurs scènes seront ensuite tournées au Maroc[15]. Le , le Los Angeles Times rapporte qu'il y aura dix jours de tournage pour des scènes dans un village afghan au Blue Cloud Movie Ranch près de Santa Clarita[16].

Le 14 mai 2014, quelques scènes sont tournées à Culver City[17]. Le 30 mai 2014, Bradley Cooper et Sienna Miller sont aperçus en train de tourner une scène de mariage à bord d'un yacht à Marina Del Rey[18].

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

American Sniper a obtenu dans l'ensemble un accueil favorable des critiques professionnels, avec 73 % d'avis positifs sur le site Rotten Tomatoes, sur la base de 187 critiques et une moyenne de 6,910[19] et un score de 72100 sur le site Metacritic, pour 46 critiques[20] . En France, l'accueil est également positif puisque le site AlloCiné, ayant recensé 36 titres de presse, lui attribue une moyenne de 3.85[21].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 350 126 372 $[22] 27
Drapeau de la France France 3 130 825 entrées[23] 15
Monde Monde 547 426 372 $[22] 27
Box-office mondial par pays
du film American Sniper (par ordre décroissant)[24]
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis 350 126 372 Drapeau de l'Italie Italie 21 390 500 Drapeau de la France France 21 273 403
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 20 735 943 Drapeau du Japon Japon 18 144 178 Drapeau de l'Australie Australie 15 072 802
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 11 437 055 Drapeau de l'Espagne Espagne 10 316 322 Drapeau du Mexique Mexique 7 870 217
Drapeau du Brésil Brésil 5 328 132 Drapeau de la République de Chine Taïwan 4 199 701 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2 668 469
Drapeau de la Pologne Pologne 2 304 309 Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 1 922 403 Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis 1 894 585
Drapeau du Danemark Danemark 1 893 244 Drapeau de la Suède Suède 1 886 983 Drapeau de la Colombie Colombie 1 874 311
Drapeau de la Belgique Belgique 1 866 858 Drapeau du Venezuela Venezuela 1 854 691 Drapeau de la Suisse Suisse (langue allemande) 1 681 443
Drapeau de Hong Kong Hong Kong 1 619 567 Drapeau de l'Autriche Autriche 1 613 686 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1 593 405
Drapeau de Singapour Singapour 1 340 733 Drapeau du Portugal Portugal 1 244 695 Drapeau de la Suisse Suisse (langue française) 1 065 833
Drapeau de la Grèce Grèce 1 044 887 Drapeau du Chili Chili 1 015 000 Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 1 013 743
Drapeau de la Russie Russie 759 730 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 757 734 Drapeau de la Finlande Finlande 741 466
Drapeau du Pérou Pérou 689 010 Drapeau de l'Inde Inde 602 924 Drapeau de la Norvège Norvège 596 652
Drapeau de la Roumanie Roumanie 439 960 Drapeau de la Turquie Turquie 415 908 Drapeau du Liban Liban 407 452
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 241 611 Drapeau d'Oman Oman 238 596 Drapeau de l'Uruguay Uruguay 213 866

D'abord distribué en exploitation limitée lors des fêtes de Noël dans quatre salles aux États-Unis, American Sniper prend la 22e place du box-office le week-end de sa sortie avec 633 456 $, pour une moyenne de 158 364 $ par salle, pour un total de 873 667 $ de recettes engrangées[22],[25],[26]. Le week-end suivant, il gagne 676 909 $ supplémentaires, soit une hausse de 6,9 % de ses bénéfices et une moyenne de 169 227 $ par salle, pour un cumul de 2 229 288 $[22], ce qui est la deuxième plus grande moyenne par salle jamais enregistrée[Quand ?] pour un film à prises de vue réelles (place précédemment détenue par Moulin rouge!)[27]. Durant ces trois week-ends lors de sa sortie limitée, American Sniper a déjà engrangé 3 174 669 $[22].

Distribué dans plus de 3 500 salles la troisième semaine de janvier pour sa première semaine en sortie nationale, American Sniper prend directement la première place du box-office américain en week-end avec 90 205 000 $ engrangés à cette période (soit un ratio de 25 374 $ par salle et un cumul de 93 630 000 $ au cours de son exploitation)[22],[28]. Il s'agit du meilleur démarrage d'un film sorti en janvier, battant ainsi le record de Mise à l'épreuve, en 2014, et ses 41 500 000 $ de recettes à la même période pour son démarrage[29]. Il s'agit également du meilleur démarrage de la carrière de Clint Eastwood en tant que réalisateur, qui lui permet de battre le record de Gran Torino, qui, six ans auparavant, n'avait engrangé que 29 500 000 $ à la même période, et le quatrième plus grand succès du réalisateur sur le territoire américain[30]. Il atteint les 110 millions de $ de recettes lors du Martin Luther King Day et les 135 millions de $ en quatrième semaine, dont la première pour sa sortie nationale[22]. Pour son second week-end en sortie large, il garde la tête du box-office avec 64 365 000 $ de recettes engrangées estimées, lui permettant de franchir le cap des 200 millions de $[22], devenant ainsi le plus grand succès commercial de Clint Eastwood en tant que réalisateur, détrônant ainsi Gran Torino et ses 148 095 302 $ de recettes engrangées en 2008[31],[32]. Lors de son troisième week-end le film atteindra les 30,7 millions de $ de recettes générées pour un total de 248,9 millions de $. Bien que délogé de la première place du box-office américain en septième semaine, il franchit le cap des 300 millions de $ lors de son huitième week-end[22]. Lors de son onzième week-end d'exploitation aux États-Unis, il dépasse les 337 millions de dollars de recettes et devient ainsi le plus grand succès de l'année 2014 devant Hunger Games : La Révolte[33]. Au total, après vingt-six week-ends d'exploitation, le film aura cumulé plus de 350 millions de dollars de recettes (350 126 372).

Distribué dans 412 salles en France, American Sniper prend la première place des nouveautés le jour de sa sortie avec 160 462 entrées[34], offrant le meilleur démarrage en premier jour de la carrière d'Eastwood au box-office français[35]. Le film reste à la première place du Box-office français pour sa première semaine d'exploitation avec 1 083 056 d'entrées, offrant ainsi le meilleur démarrage en première semaine dans les salles hexagonales de la filmographie du réalisateur américain[36]. Toujours en tête du Box-office à l'issue de sa troisième semaine d'exploitation, le film passe la barre des 2 millions d'entrées (2 230 211) et intègre le top 5 des plus grands succès d'Eastwood en France[37]. En septième semaine, il dépasse les 3 millions d'entrées (3 051 663)[38]. Au total, sur quinze semaines d'exploitation, il aura gardé la tête du box-office français durant quatre semaines et cumulé plus de 3,1 millions d'entrées (3 130 825).

Autour du film[modifier | modifier le code]

Différences avec le livre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : American Sniper (autobiographie).

Dans l'article du Figaro publié le 17 février 2015, le journaliste Maurin Picard, qui avait rencontré le véritable Chris Kyle au moment de la sortie de son autobiographie, American Sniper (livre), en 2012, a souligné plusieurs différences entre le film et la réalité[39] :

  • Chris Kyle était bien un dresseur d'étalons dans des rodéos, mais il ne s'est pas engagé dans l'armée après les attentats en 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie. Déjà, à sa sortie du lycée, il voulait être soldat et a tenté sa chance, criblé de dettes à force de faire la fête tous les soirs[39].
  • Il a tout d'abord été écarté par les recruteurs de l'US Navy, du fait des nombreuses blessures causées par des broncos en rodéo. Il est finalement rappelé et autorisé à postuler chez les SEAL, le corps d'élite de la marine américaine[39].
  • Chris et Taya Kyle n'ont pas interrompu leur mariage à cause de l'annonce d'un départ imminent de Chris au combat, le couple s'étant marié juste avant que son premier déploiement prévu en Irak ne débute[39].
  • La scène d'ouverture du film ne s'est pas déroulée ainsi dans la réalité : en mars 2003, à Nassiriya, Chris Kyle a abattu la femme, mais pas l'enfant, et n'a pas éprouvé de remords à la suite de son acte, qualifiant la femme kamikaze de « démon » et, tous les Irakiens de « sauvages »[39].
  • La scène où Kyle et ses hommes s'invitent chez une famille, pour découvrir finalement que le père est un sniper insurgé, a été inventée de toutes pièces pour le film[39].
  • Mustafa, le sniper insurgé et ancien athlète olympique syrien, a été lui aussi inventé, servant de fil rouge au récit. Il est le déclencheur du départ de Kyle en Irak une quatrième fois, afin de venger son ami Ryan Job, abattu d'une balle en pleine tête par Mustafa[39].
  • Ryan Job, l'un des meilleurs amis de Kyle, a bien été blessé en 2006, comme on le voit dans le film. Mais il ne meurt pas aussitôt après dans un hôpital militaire. Il succombe en 2009 des suites d'une opération chirurgicale de reconstruction faciale qui a mal tourné, après s'être marié[39].
  • Jason Hall, le scénariste du film, a admis avoir exagéré dans le film l'utilisation du téléphone satellitaire par Chris Kyle, notamment quand il téléphone à sa femme, au beau milieu d'une opération de guerre, encerclé par les insurgés sur les toits de Bagdad[39].
  • Le film mélange les différents intervenants du conflit lorsqu'il enchaîne les scènes d'action relatant les quatre déploiements de Chris Kyle en Irak. Dans le film, Kyle affronte les rebelles sunnites à Falloujah et les miliciens chiites de « l'armée du Mahdi » de Moqtada al-Sadr dans le quartier de Saddam City, à Bagdad. Mais il retrouve à chaque fois le même sniper, Mustafa le Syrien. Le film mélange donc les frères ennemis sunnites et chiites d'Irak, ce qui est une incohérence ; cette modification est sans doute justifiable pour simplifier le scénario d'un film hollywoodien grand-public, mais c'est en dépit de la réalité historique[39].
  • Chris Kyle a bien réalisé en 2008 un tir longue-distance de 1 920 m à Saddam City. Néanmoins, sa cible n'était pas un sniper insurgé, Mustafa dans le film, mais un milicien armé d'un lance-roquettes RPG, prêt à faire feu sur un convoi américain qui arrivait[39].
  • Dans la scène du film qui incite Chris Kyle à jeter l'éponge et retrouver sa famille, celui-ci n'a jamais été impliqué dans une version irakienne de « Fort Alamo » en pleine tempête de sable. Dans son autobiographie, il déclare que ses tremblements incontrôlés aux mains commençaient à réduire sensiblement sa précision au tir et que sa femme Taya l'avait menacé de divorce[39].

Controverse[modifier | modifier le code]

Michael Moore[modifier | modifier le code]

Ce film défraie la chronique aux États-Unis[40]. Le réalisateur Michael Moore notamment, déclare que son oncle a été tué par un sniper durant la Seconde Guerre mondiale, et qualifie sur Twitter les tireurs d'élite de « lâches » qui ne sont « pas des héros »[41].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cinoche.com/films/tueur-d-elite-americain/index.html
  2. a et b http://boxofficemojo.com/movies/?page=daily&id=americansniper.htm
  3. « Fiche de classification d'AMERICAN SNIPER », sur cnc.fr (consulté le 17 février 2015)
  4. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 26 décembre 2014.
  5. « Bradley Cooper en tueur d'élite », sur AlloCiné.fr, (consulté le 23 juin 2014).
  6. (en) « Bradley Cooper and David O. Russell May Re-team for American Sniper », sur Collider.com, (consulté le 23 juin 2014)
  7. (en) « Steven Spielberg's Next Movie: American Sniper », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 23 juin 2014)
  8. « Le prochain Spielberg : American sniper avec Bradley Cooper », sur AlloCiné.fr, (consulté le 23 juin 2014).
  9. « Steven Spielberg lâche American Sniper et Bradley Cooper », sur AlloCiné.fr, (consulté le 23 juin 2014).
  10. « American Sniper : Steven Spielberg remplacé par Clint Eastwood ? », sur AlloCiné.fr, (consulté le 23 juin 2014).
  11. (en) « Sienna Miller Joins ‘American Sniper’ With Bradley Cooper », sur slashfilm, (consulté le 23 juin 2014).
  12. (en) « ‘Dear White People’ Star Kyle Gallner Joins Bradley Cooper in American Sniper », sur The Wrap, (consulté le 23 juin 2014).
  13. (en) « Daniel Bernhardt Joins 'Term Life'; 'American Sniper' Adds Cory Hardrict », sur Deadline.com (consulté le 23 juin 2014)
  14. (en) « On The Set For 3/31/14: Paul Feig and Melissa McCarthy Start ‘Spy’ and Michael Fassbender Wraps ‘Macbeth’ », sur Studiosystemnews.com (consulté le 13 avril 2014)
  15. (en) « ‘American Sniper’, starring Bradley Cooper, filming in Los Angeles this week », sur onlocationvacations.com, (consulté le 20 avril 2014)
  16. Richard Verrier, « Eastwood starts shooting 'American Sniper' at Santa Clarita ranch », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  17. (en) Danielle Gusmaroli, « Bradley Cooper shows off his bulkier frame on the set of American Sniper with co-star Sienna Miller after gaining a dramatic 40lbs for the role », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  18. (en) IONA KIRBY, « You may now kiss the bride! Sienna Miller looks stunning in a wedding dress while smooching Bradley Cooper for American Sniper scene », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « American Sniper (2014) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 22 janvier 2015)
  20. (en) « American Sniper », sur Metacritic (consulté le 22 janvier 2015)
  21. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-208041/critiques/presse/
  22. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « American Sniper », sur Box Office Mojo (consulté le 29 mai 2015)
  23. « American Sniper », sur Jp's Box-office (consulté le 3 décembre 2015)
  24. (en) « American Sniper », sur Box Office Mojo (consulté le 11 novembre 2016)
  25. (en) Ray Subers, « Weekend Report (cont.): Huge Limited Debuts for 'American Sniper,' 'Selma' », Box Office Mojo, (consulté le 17 janvier 2015)
  26. (en) Ray Subers, « Lowest-Grossing Best Picture Nominees Since Category Expansion », Box Office Mojo, (consulté le 17 janvier 2015)
  27. (en) Ray Subers, « Weekend Report: 'Hobbit' Finale Three-Peats on First Weekend of 2015 », sur Box Office Mojo (consulté le 5 janvier 2015)
  28. (en) Bryan Alexander, « 'American Sniper' smashes records with $90M weekend », sur usatoday.com, (consulté le 18 janvier 2015)
  29. « Box-office US du 18 janvier : énorme succès, American Sniper de Clint Eastwood bat des records en série », sur premiere.fr, (consulté le 18 janvier 2015)
  30. « "American Sniper" : le nouveau Clint Eastwood pulvérise le box-office », sur metronews.fr, (consulté le 18 janvier 2015)
  31. (en) « Box-office américain et mondial des films de Clint Eastwood par recettes », sur boxofficemojo.com (consulté le 26 janvier 2015)
  32. Claira Courbet, « American Sniper toujours en tête dans le box-office américain », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 26 janvier 2015)
  33. « American Sniper : Eastwood cartonne partout dans le monde ! »
  34. « Box-office 1er jour (18 février 2015) », sur Jp's Box-office (consulté le 21 février 2015)
  35. Maximilien Pierrette, « American Sniper meilleur démarrage français de Clint Eastwood », sur AlloCiné, (consulté le 21 février 2015)
  36. Maximilien Pierrette, « Box-office France : American Sniper détrône 50 nuances de Grey », sur AlloCiné, (consulté le 27 février 2015)
  37. Thomas Destouches, « Box office France : American Sniper résiste à Chappie », sur AlloCiné, (consulté le 20 mars 2015)
  38. Box-office : "Fast & Furious 7" signe le meilleur démarrage depuis 2012 par Kevin Boucher le 9 avril 2015 sur le site Ozap.com
  39. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « American Sniper de Clint Eastwood : petits arrangements avec la vérité », Maurin Picard, Le Figaro.fr - 17 février 2015 (consulté le 23 juin 2015).
  40. « "American Sniper" : héros américain ou tueur haineux ? ». France Culture, 21 janvier 2015.
  41. « “American Sniper” : énorme démarrage du dernier film de Clint Eastwood au box-office américain », Télérama - 20 janvier 2015.
  42. (en) CinemaCon: Clint Eastwood on why 'American Sniper' was so big par Amy Kaufman dans le Los Angeles Times du 22 avril 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]