American Israel Public Affairs Committee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'AIPAC ou American Israel Public Affairs Committee est un lobby crée en 1951 aux États-Unis visant à soutenir Israël et l'idéologie sioniste [1].

L'AIPAC soutient fortement la droite israélienne, et est réputé proche du Likoud. L'AIPAC s'appuie sur un réseau de plus de soixante-dix organisations qui lui sont affiliées, dont les représentants siègent à son comité directeur. Chaque année, l'AIPAC organise une conférence à Washington avec la présence de haut responsables politiques des deux pays tels que Hillary Clinton, Bill Clinton, Barack Obama, Joe Biden, George W. Bush, Benjamin Netanyahu, Paul Ryan, Ariel Sharon ou Ehud Olmert.

Il est considéré comme un des lobbies les plus puissants des États-Unis [2],[3],[4],[5].

Présentation[modifier | modifier le code]

Objectifs principaux[modifier | modifier le code]

  • Faire du lobbying auprès du Congrès américain et de la Maison Blanche pour préserver les intérêts israéliens
  • S'assurer du veto des États-Unis contre toute résolution de l'ONU condamnant les actions israéliennes
  • Assurer une aide financière et militaire généreuse envers Israël
  • Préparer la future génération de leaders pro-Israéliens
  • Surveiller les votes et les propos des élus américains concernant les affaires liées de près ou de loin à Israël
  • Coordonner et orienter les donations des donateurs juifs américains pour les candidats aux élections

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines et fondation[modifier | modifier le code]

En 1951, soit 3 ans après la naissance de l'État d’Israël, Isaiah Leo "SI" Kenen un employé du ministère des affaires étrangères israélien lance le American Zionist Committee For Public Affairs. L'organisation devient une aile du Zionist Council of America.

En 1963, le Département américain de la justice de l'administration Kennedy ordonne à l'American Zionist Committee de s'enregistrer comme un agent étranger.

La même année, le lobby décide alors de changer de nom pour devenir le American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) [6] et il reformé sous un nouveau nom par Isaiah Leo Kenen, Isadore Breslau et Joseph Ottenstein [6].

Pour David Siegler, professeur de Sciences Politiques à UCLA :

  • « La tension entre l'administration Eisenhower et les sympathisants d'Israël était si forte, qu'il y avait des rumeurs (qui s'avèrent non fondées) au sujet de l'imminence d'une enquête des autorités américaines sur le Conseil sioniste d'Amérique. Ainsi a été constitué un lobby indépendant, qui des années plus tard a été renommé AIPAC ».

En 1975, Morris Amitay remplace Isaiah Kenen en tant que directeur exécutif de l'AIPAC.

Sous sa direction puis sous celle de Tom Dine, l'AIPAC se renforce considérablement.

Affrontement avec H.W. Bush[modifier | modifier le code]

En 1989, le secrétaire d’État James Baker déclare devant le lobby AIPAC en 1989 qu'Israël devrait abandonner ses "politiques expansionnistes".

Le premier ministre Israélien insiste pour obtenir de l'argent, et entre en conflit politique avec H.W. Bush. Pour le Washington Post, le président Bush a perdu les élections présidentielles de second mandat à cause de son opposition à Israël [7].

Pour Jacob Heilbrunn, éditorialiste au New York Times : "Il n'a pas été capable de tenir à cause de son refus d'accorder les prêts à Israël. C'était un seul bonhomme face à un énorme lobby. Il n'a pas tenu le coup. George Bush s'est fait crucifier [8]"

Affaire Rosen - Weissman[modifier | modifier le code]

En août 2005, Steven J. Rosen qui avait servi pendant 23 ans comme cadre dirigeant de l'AIPAC et Keith Weissman, un autre cadre dirigeant, sont inculpés pour des violations de la loi américaine sur l'espionnage[9]. Ils auraient reçu d'un membre de l'Office of Special Plans au Pentagone, Lawrence Franklin, des documents classés secret-défense de la politique américaine vis-à-vis de l'Iran et les auraient transmis à Israël.

En janvier 2006, Lawrence Franklin, ancien assistant de l'ancien sous-secrétaire à la Défense Douglas Feith, est condamné à 12 ans et 7 mois d'emprisonnement[10].

En 2009, les accusations contre Rosen et Weissman sont finalement abandonnées. Selon le New York Times « l'affaire avait soulevé des questions politiques délicates sur le rôle joué par les partisans juifs américains d'Israël et leur étroite relation, derrière les coulisses, avec de hauts responsables du gouvernement »[11].

Livre de Stephen Walt[modifier | modifier le code]

En 2006, la publication par deux professeurs d'université américains Stephen Walt (Harvard) et John Mearsheimer (université de Chicago) d'un article, puis d'un livre sur le lobby pro-israélien aux États-Unis déclenche un véritable scandale[12]. Les deux universitaires y jugent disproportionnée l'influence de l'AIPAC sur la politique étrangère des États-Unis[12] et reprochent le soutien inconditionnel de l'AIPAC au Likoud, le parti conservateur israélien[12], ainsi que son manque de soutien aux efforts de paix avec les Palestiniens. Le livre a aussi montré les divisions qui existent au sein de la communauté juive américaine[12]. En 2008, un lobby juif progressiste, J Street, est ainsi né pour défendre les objectifs des Américains pro-israéliens pacifistes auprès du Congrès américain[13].

Affrontement avec l'administration Obama sur l'Iran[modifier | modifier le code]

Fin 2013, l'AIPAC fait part de sa méfiance à l'égard du rapprochement entamé entre le président Barack Obama et le nouveau président iranien Hassan Rohani[14].

En 2015, le lobby affronte l'administration Obama sur la question de l'accord avec l'Iran sur son programme nucléaire.

En intervenant quelques jours avant les élections israéliennes devant le Congrès américain pour s'opposer au Président des Etats-Unis sur l'Iran, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou déclenche un scandale [15],[16]. 58 élus démocrates dont le Vice-Président Joe Biden n'assistent pas au discours de Netanyahu [17].

L'accord sur l'Iran doit faire l'objet d'un vote que le Sénat peut bloquer aux 2/3 [18].

L'AIPAC lance une campagne de lobbying intense et dépense entre 20 millions [19] et 30 millions [20] de dollars en publicités négatives contre l'accord dans les médias.

Les opposants républicains échouent finalement à obtenir les 60 voix nécessaires pour barrer la route au Président Obama [18].

Pour l'AIPAC, c'est une vraie défaite politique historique [21],[20],[22].

Élections américaines de 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, Hillary Clinton et Donald Trump se rendent à la conférence annuelle organisée par l’AIPAC [23].

Donald Trump assure dans son discours que si il est élu Président, Washington reconnaîtra Jérusalem comme la capitale d'Israël et promet de démanteler l'accord sur le programme nucléaire iranien [24].

Hillary Clinton assure que la sécurité d'Israël n'est pas négociable [24]. Elle assure que les Etats Unis doivent être capables d'imposer de vraies conséquences à la moindre violation de l'accord sur la politique nucléaire de l'Iran, y compris en employant la force [25].

Les candidats républicains Ted Cruz [26] et John Kasich [27] se rendent également devant l'AIPAC [28].

John Kasich affirme que Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël et critique Donald Trump pour avoir parlé de neutralité [29].

Ted Cruz critique Donald Trump pour avoir parlé de neutralité, promet d'annuler l'accord avec le nucléaire iranien le premier jour de sa présidence, et promet de s'opposer au mouvement de boycott d’Israël [30].

Autres groupes de pression[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Shirelle Phelps et Jeffrey Lehman, West's encyclopedia of American law, Éditeur Thomson/Gale, 2005, (ISBN 0787663670 et 9780787663674), p. 258 : « The American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) is a national advocacy group that lobbies for US support to the nation of Israel. »
  2. « Comment Israël influence le Congrès américain », sur Slate,‎
  3. (en) « And the winner is ... the Israel lobby », Asia Times,‎ (consulté le 5 octobre 2010) : « Former president Bill Clinton defined it as "stunningly effective". Former speaker of the House of Representatives Newt Gingrich called it "the most effective general-interest group across the entire planet". The New York Times as "the most important organization affecting America's relationship with Israel" »
  4. « L'intense lobbying de l'AIPAC », sur Courrier International,‎
  5. « Le poids du lobby pro-israélien aux Etats-Unis », sur Le Monde Diplomatique,‎
  6. a et b « Certificat of Incorporation of AIPAC » (consulté le 4 mars 2016)
  7. « A Beautiful Friendship? », sur The Washington Post,‎ © 2006 the washington post company
  8. « Heilbrunn says that Israel lobby ‘crucified’ George HW Bush over settlements », sur Mondoweiss,‎ (consulté le 4 mars 2016)
  9. Le Procès de l'AIPAC, James Petras, CounterPunch, 7/8 janvier 2006, trad. française
  10. Rice pourrait témoigner dans une affaire d'espionnage - Le Nouvel Observateur, 3 novembre 2007
  11. (en) U.S. to Drop Spy Case Against Pro-Israel Lobbyists - The New York Times, 1er mai 2009
  12. a, b, c et d La communauté juive américaine face à l'offensive d'Israël à Gaza, Le Point, 10 janvier 2009.
  13. États-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou - Quatre émissions de Daniel Mermet de février 2009
  14. Renaud Girard, « Le chemin de crête du négociateur en chef de la République islamique », in Le Figaro, vendredi 8 novembre 2013, page 2.
  15. « Le puissant lobby pro-israélien Aipac en perte d'influence face à Barack Obama », sur Le Monde,‎
  16. « En s'invitant au Congrès Nétanyahou déclenche une tempête à Washington », sur Le Figaro,‎
  17. « 58 members of Congress skipped Netanyahu's speech », sur CNN.com,‎
  18. a et b « Etats-Unis : le Sénat ne parvient pas à bloquer l’accord sur le nucléaire iranien », sur Le Monde,‎
  19. « AIPAC spent millions to Defeat the Iran Deal. Instead, It May Have Destroyed Itself. », sur The Nation,‎
  20. a et b « Influential Pro-Israel Group Suffers Stinging Political Defeat », sur New York Times,‎
  21. « How AIPAC lost the Iran deal fight », sur Washington Post,‎
  22. « After Iran Deal Defeat, How Do Pro-Israel Lobbyists Regain Clout? », sur NPR,‎
  23. « Présidentielle américaine : Hillary Clinton et Donald Trump s’affrontent sur Israël », sur Le Monde,‎
  24. a et b « Trump veut que Washington reconnaisse Jérusalem comme la capitale d'Israël », sur France 24,‎
  25. « Hillary Clinton attaque Donald Trump sur Israël », sur La Presse,‎
  26. « Ted Cruz at AIPAC: Eight takeaways », sur Washington Post,‎
  27. KYLE CHENEY, « Kasich’s AIPAC pitch: Experience », sur Politico,‎ 03/21/16
  28. « Ted Cruz And John Kasich Address AIPAC: Full Speeches », sur Real Clear Politics,‎
  29. « Kasich’s AIPAC pitch: Experience », sur Politico,‎ 03/21/16
  30. « Cruz courts AIPAC, swiping Trump in process », sur Politico,‎ 03/21/16
  31. (en) « Jewish Voice For Peace »,‎ (consulté le 17 août 2014)
  32. États-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou - Quatre émissions de Daniel Mermet de février 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]