American Darling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
American Darling
Auteur Russell Banks
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman
Version originale
Langue Anglais américain
Titre The Darling
Éditeur HarperCollins
Lieu de parution New York
Date de parution 2004
ISBN 978-0-06019-735-3
Version française
Traducteur Pierre Furlan
Éditeur Actes Sud
Collection Lettres anglo-américaines
Lieu de parution Arles
Date de parution 2005
Nombre de pages 392
ISBN 978-2-7609-2505-2

American Darling (en anglais The Darling) est un roman de l'écrivain américain Russell Banks, paru en 2004.

La traduction française est parue chez Actes Sud en 2005.

Résumé[modifier | modifier le code]

Hannah Musgrave, 59 ans, revient d’abord sur sa vie de jeune bourgeoise américaine et militante, puis sur sa fuite au Liberia, petit pays d’Afrique coincé entre la Sierra Leone (à l’ouest), la Guinée (au nord), et la Côte d'Ivoire (à l’est). Elle raconte tout d’abord, son engagement dans les années 1960-70, dans divers mouvements, notamment en faveur des droits civiques. En raison de ses actions pour servir les causes qu’elle défend, elle est contrainte à modifier d’abord son nom, pour adopter celui de Dawn Carrington, puis de quitter les États-Unis.

La jeune femme est entraînée par son camarade Zach à Accra, au Ghana. Mais afin de poursuivre sa quête, de trouver réellement sa liberté, elle se sépare de Zach et s’envole alors pour le Liberia. Là, elle fait la rencontre de Woodrow Sundiata, ministre délégué à la Santé publique dans le gouvernement de William Tolbert. Woodrow lui offre de travailler pour un laboratoire où des chimpanzés sont utilisés pour tester des produits pour le compte de grands laboratoires pharmaceutiques américains. Hannah possède une formation médicale et peut donc travailler dans ce laboratoire ; en échange, Woodrow lui promet de ne pas la livrer aux autorités américaines présentes au Liberia.

Ainsi débute sa nouvelle vie dans l’ouest africain. Elle épouse très vite Woodrow, avec qui elle aura trois enfants. Mais les événements politiques du pays ne l'empêche de rester là-bas. Lorsque la guerre civile éclate, elle va tout perdre et rentre aux États-Unis.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Hannah Musgrave

Issue d’une famille aisée de la banlieue bostonienne, c’est une enfant très intelligente, mais aussi dotée d’une certaine froideur qui, en réalité, lui sert surtout d’enveloppe protectrice. Lorsqu’elle devient étudiante, à la fin des années 1960, elle s’engage auprès des Weathermen, groupe révolutionnaire opposé à la guerre au Vietnam : « J’étais une petite Yankee innocente et idéaliste toute imprégnée de la décomposition au parfum de magnolia et du frisson de violence raciale qui me venaient de lectures approfondies de William Faulkner et de Flannery O’Connor. Rebelle juste sortie de l’œuf, le visage juvénile l’âme romantique, j’ai pris le bus vers le sud avec des centaines de gens comme moi, cet été là, pour me rendre dans le Mississippi. J’étais sûre que nous allions parvenir à purifier le monde raciste et tyrannique de nos parents par notre idéalisme et par la simple force de notre travail. » En raison de ses actions violentes (bombe, attaques à main armée) pour servir les causes qu’elle défend, elle est poursuivie par la justice fédérale américaine et contrainte d'entrer dans la clandestinité, avant de quitter les États-Unis. Au Liberia, elle fait la connaissance de Woodrow Sundiata, ministre dans le gouvernement du président Tolbert, et qui devient son mari. Elle reste près de dix ans dans ce pays de l’ouest africain et travaille dans un laboratoire. Mais Hannah se découvre un amour et un besoin de protection pour ces chimpanzés, ces « rêveurs » comme elle les appelle. Pour Hannah, ils sont plus « nos cousins proches que nos parents éloignés ». Elle prend soin d’eux et leur crée un sanctuaire pour les protéger. Hannah donne trois enfants à Woodrow. Pourtant, bien qu’elle aime ses fils, elle ne connaît pas l’instinct maternel, ne le ressent pas. Étrangement, la maternité la pousse à s’interroger sur son identité, alors qu’elle communique de façon si naturelle avec ses « rêveurs ».

  • Woodrow Sundiata

Woodrow occupe une place importante dans la société libérienne puisqu’il est ministre délégué à la Santé du gouvernement. Il est issu de la tribu des Kpellés et sa famille vit à Fuama, un petit village à quatre-vingt kilomètres de la capitale, Monrovia. Son père ayant plusieurs femmes, Woodrow « pense avoir au total quarante-deux frères et sœurs. Peut-être davantage ». Il possède deux cultures libériennes différentes en lui. En effet, sa mère et sa grand-mère sont des Américanos, c’est-à-dire des descendants directs des Afro-Américains fondateurs de la République du Liberia. Son père et son grand-père sont des « Kpellés pur sang », ils sont chefs de tribus descendants de chefs de tribus. Comme tous les membres du gouvernement libérien, Woodrow connait les rouages de la corruption. Lorsque la guerre civile survient, il cherchera à protéger sa famille, surtout ses trois fils – sa fierté – mais son opportunisme ne le sauvera pas.

  • Les enfants Sundiata

Hannah et Woodrow Sundiata ont trois fils. L’aîné s’appelle Dillon ; les jumeaux sont William et Paul. Même si ces trois personnages sont évoqués tout au long du livre, on a constamment la sensation que ce sont des fantômes. L’auteur ne leur donne quasiment pas la parole et d’ailleurs, ils communiquent relativement peu avec leur mère Hannah. Comme si leur personnalité était inscrite dès leur naissance. Les événements en feront des enfants soldats à l’âge de 14 et 15 ans, peut-être convaincus de venger ainsi la mort atroce de leur père; ils porteront finalement les noms de Mouche, Pire-que-la-mort et Démonologie.

  • Parents d'Hannah

Russell Banks a placé les parents au second plan du récit, on les « voit » peu. Cependant, Hannah les évoque très souvent, soit à travers des souvenirs, soit à travers des échanges épistolaires qu’elle a eu avec eux et dont elle nous fait part. Hannah a toujours eu une relation distante, voire froide, avec sa mère. Elle grandit en fille unique sous l’œil observateur de son père, pédiatre de renommée internationale. Même si elle montre une admiration certaine pour son père, elle a longtemps eu la sensation d’être surtout un objet d’études pour lui : « […] pendant une grande partie de mon enfance, je me suis moins sentie sa fille que son banc d’essai, sa preuve vivante, le jeu de pièces à conviction permettant de démontrer à un public en adoration la sagesse des théories du Dr Musgrave et leur aptitude à favoriser une éducation progressiste, empreinte d’humanité, en plein milieu du XXe siècle aux États-Unis. »

En réalité, malgré les divergences ou la distance qu’elle peut avoir avec eux, ses parents restent un point de repère essentiel dans sa vie.
  • Personnages historiques

La plupart des personnalités politiques mentionnées dans le livre sont des personnes ayant réellement existé et ayant modifié dans un sens ou dans l’autre l’Histoire du Liberia :

  • William Tolbert : président du Liberia de 1971 jusqu’à son assassinat par Samuel Doe et ses hommes en 1980.
  • Samuel Doe : homme politique libérien qui a mené le coup d’État en 1980.
  • Prince Johnson : chef rebelle et acteur dans la guerre civile du Liberia.
  • Charles Taylor : président du Liberia de 1997 à 2003. Il a également été un acteur de la guerre civile au Liberia.
  • Les chimpanzés

Bien qu’ils ne soient pas des êtres humains, les chimpanzés occupent une place extrêmement importante dans le roman. En effet, pour Hannah ils sont « nos cousins très proches ». De fait, lorsqu’elle les voit pour la première fois dans leur cages étroites dans le laboratoire, elle est bouleversée. Elle les nomme "mes rêveurs". Elle se décide donc à les sauver et à prendre soin d’eux. En raison de leur longue captivité et des mauvais traitements qu’ils ont reçus, Hannah ne peut pas les relâcher dans la nature ; elle va donc leur créer un sanctuaire. Plus tard, au moment de la guerre civile, elle les emmène sur une petite île, près de Monrovia, afin qu’ils échappent à la sauvagerie des hommes. Elle ne se doute alors pas qu’elle ne pourra pas revenir les chercher.

Lieux et époque[modifier | modifier le code]

Hannah Musgrave fait le récit de sa vie depuis sa jeunesse dans la banlieue de Boston dans les années 1960 jusqu’à la période où elle est en train de raconter sa vie, c’est-à-dire les années 2000 ; elle est alors âgée de 59 ans. Outre les États-Unis et le Liberia, le lecteur suit ses traces pour une courte période au Ghana.

Au moment où Hannah raconte sa vie, elle exploite une ferme dans les Adirondacks (état de New York), acquise avec l'héritage de ses parents. Russell Banks y situera également son roman "La Réserve".

Liens externes[modifier | modifier le code]