Ambrosiaster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ambrosiaster
Biographie
Activités
Période d'activité

Ambrosiaster, ou Pseudo-Ambroise, est le nom attribué à un auteur latin inconnu qui aurait écrit notamment des Commentaires sur treize Épîtres de Paul de Tarse sous le pontificat de Damase Ier (366-384).

Historique[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIe siècle, on a attribué ces Commentaires à Ambroise de Milan. C'est le cas d'Augustin d'Hippone dans une note sur les commentaires de l'Épître aux Galates. Le rejet de cette attribution à Ambroise remonte à Érasme d'après les commentateurs modernes, mais sans donner de références précises. Il semble que ce soit le jésuite Franciscus Turrianus (ou Torres) qui ait le premier, en 1572, émis des doutes sur l'attribution à l'évêque de Milan. Cette critique a été reprise par Benedictus Pererius (ou Pereyra), Ioannes Maldonatus (ou Maldonnato), André Schott et le cardinal Bellarmin.

Le terme « Ambrosiaster  » apparaît pour la première fois dans une notice de 1686-1690 rédigée par les Bénédictins de l'abbaye de Saint-Maur, Du Frische et Le Nourry. Elle est reprise dans la Patrologia Latina, de Jacques-Paul Migne, en 1866[1].

L'Ambrosiaster fait l'exégèse du texte des Épîtres pauliniennes et tente de l'appliquer aux besoins et préoccupations de ses contemporains.

On attribue également à l'Ambrosiaster d'autres écrits exégétiques, dont les Quaestiones Veteris et Novi Testamenti ; cet ouvrage, longtemps attribué à Augustin, explique des passages difficiles de la Bible et, à l'occasion, polémique contre les cultes païens orientalisants et aussi contre le clergé chrétien de Rome.

Copies anciennes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Hoven, « Notes sur Érasme et les auteurs anciens -V Saint Ambroise ou L'Ambrosiaster ? », dans L'Antiquité Classique, 1969, tome 38, no 1, p. 169-174 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Germain Morin, « L'Ambrosiaster et le juif converti Isaac, contemporain du pape Damase », dans Revue d'histoire et de littérature religieuses, 1899, tome 4, p. 97-121 (lire en ligne)
  • Dom Germain Morin, « Hilarius l'Ambrosiaster », dans Revue bénédictine, 1903, volume 20, p. 113-131 (lire en ligne)
  • Franz Cumont, « La polémique de l'Ambrosiaster contre les païens », dans Revue d'histoire et de littérature religieuses, 1903, tome 8, p. 417-436 (lire en ligne)
  • Franz Cumont, « Appendice : L'Ambrosiaster et le droit romain », dans Revue d'histoire et de littérature religieuses, 1903, tome 8, p. 437-440 (lire en ligne)
  • Dom Germain Morin, «  Qui est l'Ambrosiaster? Solution nouvelle », dans Revue bénédictine, 1914-1919, volume 31, p. 1-34
  • Ferdinand Cavallera, « Note sur Ambrosiaster et l'attribution faite par Dom Morin de cet ouvrage à Evagrius d'Antioche », dans Nouvelle revue théologique, 1914, tome 46, p. 248
  • Dom Germain Morin, « La critique dans une impasse: à propos du cas de l'Ambrosiaster », dans Revue bénédictine, 1928, volume 40, p. 251-255
  • Prosper Schepens, « Ambrosiastre et saint Eusèbe de Verceil », dans Recherches de science religieuse, 1950, tome 37, p. 295-299 (lire en ligne)
  • Marie-Pierre Bussières, Ambrosiaster. Contre les païens (Question sur l’Ancien et le Nouveau Testament 114) et Sur le destin (Question sur l’Ancien et le Nouveau Testament 115) Introduction, texte critique, traduction et notes, Le Cerf (collection Sources chrétiennes 512), Paris, 2007, (ISBN 978-2-204-08423-9), compte rendu par Hervé Savon,dans L'Antiquité Classique, 2009, tome 78, p. 355-357
  • (en) Alexander Souter, A Study of Ambrosiaster, University Press, Cambridge, 1905 (lire en ligne)
  • (en) Alexander Souter, The earliest Latin commentaries on the Epistles of St. Paul, p. 39-95 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]