Ambiorix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ambiorix
Ambiorix
Statue d'Ambiorix à Tongres, en Belgique.

Origine Éburons (Celto-Germain)
Conflits Guerre des Gaules
Faits d'armes Bataille d'Aduatuca
Hommages Monument à Ambiorix, par Jules Bertin, sur la Grand-place de Tongres
Autres fonctions Roi des Éburons

Ambiorix est un chef des Éburons du Ier siècle av. J.-C., peuple belge du nord de la Gaule (Gaule belgique dans la terminologie antique).

Selon Jules César, il partage ce commandement avec Catuvolcos « roi de la moitié des Éburons »[1]. Les Éburons sont établis « entre la Meuse et le Rhin » selon César[2], dans la région de Tongres - à l'époque Atuatuca Tungrorum, située « au centre du territoire »[3] - ainsi qu'à Liège, dans l'Ardenne et en Campine.

Ambiorix inflige une cinglante défaite aux légions romaines en , peut-être dans la vallée du Geer. Il passe pour un chef rusé, qui réussit à échapper à César.

Ambiorix est devenu un des héros nationaux de la Belgique dans la deuxième moitié du XIXe siècle, porté par le même mouvement nationaliste et romantico-historique que celui qui toucha Vercingétorix pour les Français. Le poète et académicien Johannes Nolet de Brauwere van Steeland en fit cinq chants en 1841 qui connurent un grand succès et furent traduits cinq ans plus tard en vers français par le Dr Pierre Lebrocquy (docteur en droit et professeur de linguistique)[4] (Gand 1797 - Nivelles 1864).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Ambiorix est d'origine celtique, avec un sens toujours discuté. Comme les Éburons avaient deux rois, le principal portant le titre de « double roi », Ambiorix n'est peut-être que ce titre : si rix est le mot gaulois bien connu pour « roi », l'élément amb(i) (qui se retrouve dans ambactos « serviteur ») peut signifier « autour, alentour, contour » ou bien « double, des deux côtés, de part et d'autre », comme dans la forme grecque Ἀμφικτύον / Amphictyon : « voisin, habitant autour » ; quant à ambio-, forme thématisée, elle peut se comprendre comme « enclos »[5]. Cette double-royauté est peut-être dûe à la réunion de deux tribus sur le territoire des Éburons.

Les Éburons étaient principalement de langue celtique comme l'indiquent les noms des différents personnages connus (Ambiorix, Catuvolcos et d'autres) et le substrat toponymique des régions qu'ils ont habitées (leur capitale Atuatuca Tungrorum / Aduatuca[6]). Aucun indice onomastique antique ne montre qu'une langue germanique ait pu être parlée dans la région avant le Bas Empire.

Historique[modifier | modifier le code]

Ambiorix sculpté par A.-F Bouré sur une porte d'Anvers.

La Guerre contre Rome[modifier | modifier le code]

Depuis , la région semble pacifiée par les troupes romaines, mais en -54, l'assassinat, commandité par Jules César du chef gaulois Dumnorix, et les difficultés liées à une récolte de blé désastreuse conduisent à un mécontentement qui se retourne contre l'occupant alors en quartiers d'hiver. C'est le point de départ d'un soulèvement des Éburons, commandés par Ambiorix, ainsi que de plusieurs autres tribus belges (Atuatuques, Nerviens...), à l'instigation du chef trévire Indutiomaros. Grâce à un stratagème, Ambiorix entraîne la XIVe légion romaine de Cotta et Sabinus dans un guet-apens et l'anéantit à la bataille d'Aduatuca, entre Glons et Boirs, dans une profonde vallée. Cette défaite est le plus important revers subi par les Romains à l'occasion de la guerre des Gaules. Puis Ambiorix et ses hommes marchent sur le camp de Quintus Cicéron, frère du célèbre homme d'État du même nom. Les troupes romaines, assiégées, tiennent bon. César intervient juste à temps pour les délivrer.

La Traque[modifier | modifier le code]

Ambiorix parvient à s'enfuir et se réfugie chez les Germains, mais les légions de César se livrent à des représailles si importantes (les habitants sont déportés, vendus comme butin de guerre) que le peuple des Éburons - pourtant encore attesté par Strabon[7]- finit par disparaitre en tant que tel des sources, intégré dans la civitas des Tongres[8].

En , César écrit qu'Ambiorix vit à proximité de la forêt d’Ardenne, dans une maison construite au milieu des bois, ce qui lui a permis d'échapper à une attaque-surprise tendue par Basilus, sur ordre de Jules César :

« Basilus suivit exactement ses instructions ; et, après une marche aussi prompte qu'inattendue, il prit au dépourvu un grand nombre d'ennemis répandus dans la campagne : sur leurs renseignements, il se dirigea vers le lieu où l'on disait qu'était Ambiorix avec quelques cavaliers. La fortune peut beaucoup en toute chose, et surtout à la guerre. Car si ce fut un grand hasard de surprendre Ambiorix sans préparatifs de défense, et avant qu'il eût rien appris de l'approche des Romains par le bruit public ou par des courriers, ce fut aussi pour lui un grand bonheur, qu'après s'être vu enlever tout l'attirail de guerre qu'il avait autour de lui, et prendre ses chars et ses chevaux, il pût échapper à la mort. C'est pourtant ce qui arriva, parce que sa maison étant située au milieu des bois (comme le sont généralement celles des Gaulois, qui, pour éviter la chaleur, cherchent le voisinage des forêts et des fleuves), ses compagnons et ses amis purent soutenir quelque temps, dans un défilé, le choc de nos cavaliers. Pendant ce combat, quelqu'un des siens le mit à cheval ; et les bois protégèrent sa fuite. Ainsi la fortune se plut à la fois et à le jeter dans péril et à l'y soustraire[9]. »

En 51 avant Jésus-Christ, après la mort de leur chef, les Trévires restèrent au côté d'Ambiorix[10] Ambiorix court encore, au grand dam de César, qui lui consacre quelques lignes où on sent poindre un profond ressentiment mêlé d'un certain respect[11], information reprise par les autres auteurs antiques[12]. Dans les Commentaires sur la Guerre des Gaules, Aulus Hirtius, auteur du livre VIII, écrit à propos de César :

« Pour lui, il alla dévaster les terres d'Ambiorix. Désespérant de réduire en son pouvoir cet ennemi fugitif et tremblant, il crut, dans l'intérêt de son honneur, devoir détruire si bien, dans les états de ce prince, les citoyens, les édifices, les bestiaux, que désormais en horreur à ceux qui échapperaient par hasard au massacre, Ambiorix ne pût jamais rentrer dans un pays sur lequel il aurait attiré tant de désastres.
Lorsque César eut distribué ses légions et ses auxiliaires sur toutes les parties du territoire d'Ambiorix, que tout y eut été détruit par le meurtre, l'incendie, le pillage, et qu'un grand nombre d'hommes eurent été pris ou tués, il envoya Labiénus avec deux légions chez les Trévires […]. »

— Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, Livre VIII, 24,25.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Ambiorix en embuscade, 1893, détail du tableau de Karel De Kasel.

Le nom Ambiorix est utilisé par :

  • une bière belge ;
  • une marque de chaussures ;
  • un musée ainsi qu'une promenade portent son nom ;
  • le United HC Tongeren utilise son visage comme logo et est surnommé Ambiorix ;
  • un géant de la Ducasse d'Ath est son effigie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Un square de verdure de Bruxelles, du quartier européen, porte ce nom ainsi qu'une rue à Liège.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre VI, 31.
  2. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre III, 24.
  3. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre VI, 32.
  4. Johannes Nolet de Brauwere van Steeland, Ambiorix, 1846
  5. Pierre Sanchez, L'amphictionie de Delphes et des Pyles, Franz Steiner Verlag, 2001, p. 34.
  6. Il peut s'expliquer par *ad-uātu-cā « lieu où l'on prophétise » [?], in Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003. p. 307, alors qu'aucune explication par le germanique n'est envisageable.
  7. Strabon, Géographie IV, 5, 3.
  8. Il se peut que les Éburons s'appelaient eux-mêmes Tungri (ceux qui parlent notre langue)
  9. Source : Jules César, Guerre des Gaules, livre VI, 30
  10. Cassius Dio, LX:31.
  11. cf. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, Livre V 26-51, Livre VI, 43, Livre VII, 24
  12. Dion Cassius XL. 7-11 ; Florus III, 11.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :