Ambazonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Ambazonie est une région du Cameroun non reconnue officiellement constitué par l'ancien Southern Cameroons.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon le Dictionnaire de l'origine des noms et surnoms des pays africains[1] :

« Le nom Ambazonia a été préféré à Southern British Cameroons afin de ne pas confondre cette zone avec la région territoriale du sud (Southern Cameroon). Les « autonomistes ambazoniens » avaient à cœur de trouver un nom local afin de bannir « Cameroun » qu’ils considéraient comme le symbole du lourd fardeau de l’héritage colonial. Pour cela, ils ont fouillé dans les livres d’histoire et inventé le nom Ambazonia. Celui-ci dérive d’Ambas, nom donné à la région de l’embouchure du fleuve Wouri. Ce site, en forme de baie, avait alors reçu le nom anglais Ambas Bay[1]. »

Histoire[modifier | modifier le code]

L'évolution territoriale du Cameroun entre 1901 et 1962.
Article détaillé : Histoire contemporaine du Cameroun.

Le British Southern Cameroons est la partie sud de l'ancien territoire sous mandat dénommé Cameroun britannique, qui a été uni à la « République du Cameroun » (ancien Cameroun français) en 1961 au sein d'une « République Fédérale du Cameroun » à la suite d'un référendum, durant lequel la partie nord de ce Cameroun britannique (British Northern Cameroons) opta pour son rattachement au Nigeria.

En 1972, à la suite d'un nouveau référendum, le premier président camerounais Ahmadou Ahidjo supprime l'État fédéral et le remplace par un État unitaire.

Néanmoins, indépendantistes et autonomistes remettent en cause cette décision, arguant que les droits de la minorité anglophone ne sont pas respectés par la majorité francophone du pays. Parmi eux, les plus radicaux[2] pensent que l'indépendance est nécessaire pour garantir ces droits[3].

À l'opposé, les tenants de l'unité du territoire camerounais font valoir le fait, généralement occulté par les sécessionnistes, que le Cameroun était une entité autonome et non divisé en zones linguistiques avant la Première Guerre mondiale.

De 1884 à 1914, le territoire camerounais a en effet été un protectorat allemand sous la nom de Kamerun. La défaite de l'empire allemand en 1918, entraina son démantèlement et la répartition des territoires entre français et britanniques au titre de mandat de la Société des Nations.

En procédant à ce que les sécessionnistes vont appeler « annexion », le président Ahidjo affirma qu'il ne revenait qu'à cet état antérieur du pays tel qu'il était avant le premier conflit mondial. Pour le gouvernement d'Ahidjo comme pour celui de Biya, la période 1916-1961 n'a été enfin de compte qu'une parenthèse dans la longue histoire moderne du Cameroun, une parenthèse que fermera définitivement Biya en 1984 en effaçant toute référence à la partition antérieure du pays dans sa dénomination : « République Unie du Cameroun » laissera la place à République du Cameroun.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Ambazonie regrouperait les provinces camerounaises du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

Il serait situé entre le Nigéria à l'ouest et au nord, et le Cameroun à l'est.

Cette région couvre une superficie de 43 000 kilomètres carrés.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants de cette région sont essentiellement anglophones et sont approximativement 6 millions de personnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arol Ketchiemen. Dictionnaire de l’origine des noms et surnoms des pays africains, Favre, 2014. p. 78-81
  2. « Journal Du Cameroun.com: Plus de 80 sécessionnistes interpellés au Sud-Ouest du Cameroun », sur www.journalducameroun.com (consulté le 17 mai 2016)
  3. « Le sud anglophone boycotte la présidentielle | Slate Afrique », sur Slate Afrique (consulté le 17 mai 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh, Mark W. Delancey, « Ambazonia (Ambazania)», in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, 2010 (4e éd.), p. 36 (ISBN 9780810873995)

Liens externes[modifier | modifier le code]