Amaury de Hauteclocque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Hauteclocque.
Amaury de Hauteclocque
Image illustrative de l'article Amaury de Hauteclocque

Nom de naissance Amaury Jacques Bernard
Naissance (50 ans)
Paris, (12e arr.)
Origine Drapeau de la France France
Arme Police nationale
Grade Commissaire divisionnaire
Contrôleur général à titre fonctionnel
Années de service 1992-En disponibilité
Commandement RAID (2007-2013)

FIPN (2009-2013)

Faits d'armes Attentats de mars 2012 en France
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Chevalier de l'ordre national du Mérite
Famille Famille de Hauteclocque

Emblème

Amaury Jacques Bernard de Hauteclocque, né le à Paris (12e arr.), est un policier et un cadre dirigeant d'entreprise français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Amaury de Hauteclocque est issu d'une famille du nord de la France enracinée en terre d'Artois, noble depuis 1163, dont la devise est : On entend loing haulte clocque. Au début du XXe siècle, des membres de la famille de Hauteclocque se montrent sensibles aux valeurs et principes défendus par l'Action française, à savoir la restauration de la monarchie, la défense du catholicisme et du patriotisme[1].

Il est le petit-neveu du maréchal Philippe Leclerc de Hauteclocque, héros de la Seconde Guerre mondiale. Son père et son frère sont également officiers de carrière dans l'armée de terre[2]. Contrairement à leurs cousins, la branche d'Amaury de Hautelocque n'a pas hérité d'un château familial dans la Somme : son grand-père l'avait en effet vendu pour s'installer en Indochine afin d'exploiter l'hévéa[2]. La famille perd l'exploitation après l’indépendance et s'installe dans l'Ouest parisien, où grandit Amaury de Hauteclocque[3].

Son frère aîné, Wallerand de Hauteclocque, est un ami d'enfance de Frédéric Péchenard, fréquentant tous deux le lycée Carnot.

Il est marié avec Valérie de Hauteclocque, avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit immobilier, et père de deux enfants, Gauthier (né en 1996) et Domitille (née en 1999)[2].

Études[modifier | modifier le code]

Il étudie au lycée Carnot dans le 17e arrondissement de Paris. Le jeune Amaury, turbulent, est également envoyé quelque temps dans un pensionnat jésuite en Normandie[2].

Titulaire d'un diplôme d'études approfondies en droit pénal obtenu à l'Université Panthéon-Assas en 1991, il obtient le concours de commissaire et entre à l'École nationale supérieure de la Police de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or en 1992. Il en sort diplômé en 1994 au sein de la promotion Antoine de Saint-Exupéry[4].

À la faculté de droit d'Assas, il côtoie Marine Le Pen[5] et rencontre sa future épouse, Valérie.

Service militaire[modifier | modifier le code]

Amaury de Hauteclocque effectue son service militaire dans les commandos marine[2],[5]. Malgré une proposition d'engagement reçue de la Marine nationale, il préfère poursuivre son engagement dans la Police nationale, ayant déjà réussi le concours. Il dit avoir choisi la police pour l’activité qui y régnait. En effet, au début des années 1990, les opérations militaires extérieures étaient relativement rares[6]

Carrière[modifier | modifier le code]

Dans la Police nationale (1992 - 2013)[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière en 1994, au commissariat de quartier de Bel-Air, dans le 12e arrondissement de Paris[5]. Après avoir brièvement occupé ce premier poste, il entre dès 1994 au 36, quai des Orfèvres, à la Brigade criminelle, puis passe à la Brigade des stupéfiants avec laquelle il participe à une opération en Colombie. En octobre 2001, Frédéric Péchenard, directeur de la Brigade criminelle de Paris, lui propose de prendre la direction de sa section antiterroriste (SAT-PP)[7]. En 2005, il occupe la fonction de chef adjoint de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste.

En 2007, Frédéric Péchenard, alors devenu directeur général de la Police nationale, le nomme à la tête du groupe de Recherche, assistance, intervention, dissuasion (RAID). Son mandat est notamment marqué par l'assaut contre le terroriste islamiste Mohamed Merah, suite aux attentats de mars 2012 à Toulouse et à Montauban.

Il est nommé en mai 2013, sous-directeur des affaires internationales, transfrontalières et de la sûreté à la police aux frontières (PAF).

Dans le secteur privé (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

En disponibilité de la Police nationale, il intègre en juin 2013 le comité exécutif du groupe d'assurances mutualiste Covéa[8], qui regroupe MMA, la MAAF et la GMF, en qualité de directeur des stratégies coopératives du groupe auprès de la direction des ressources humaines[9].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il est de notoriété publique qu'Amaury de Hauteclocque est un ami proche de Frédéric Péchenard, lui-même ami de Nicolas Sarkozy[2],[5],[7]. Selon Le Figaro, il aurait adhéré en 2013 à la Droite forte, courant politique interne à l'UMP créé par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier. Selon le journal, il a assisté à une convention organisée par le mouvement qui se tenait le 17 décembre 2013 au siège de l’UMP sur le thème de la justice[10].

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Ordre national du Merite Chevalier ribbon.svg Médaille de la sécurité intérieure (France) échelon bronze.svg Medaille d'honneur de la Police nationale ribbon.svg Brevet Parachutiste.jpg

Intitulé des décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Leymarie et Jacques Prévotat, L'Action française : culture, société, politique, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, , 423 p. (ISBN 978-2-7574-0043-2), p. 135
  2. a, b, c, d, e et f « Amaury de Hauteclocque, raide dans ses bottes », sur Libération.fr (consulté le 5 janvier 2016)
  3. Nicolas Ungemuth, « Amaury de Hauteclocque, le visage du Raid », Le Figaro Magazine, semaine du 13 avril 2012, pages 58-60.
  4. « Covéa Amaury de Hauteclocque : Directeur des stratégies coopératives Groupe », sur www.covea.eu (consulté le 5 janvier 2016)
  5. a, b, c et d « Amaury de Hauteclocque, un grand flic qui assure - leJDD.fr », sur LeJDD.fr (consulté le 5 janvier 2016)
  6. « Le Patron du Raid a «ouvert les yeux sur la misère sociale» », sur www.leprogres.fr (consulté le 5 janvier 2016)
  7. a et b « Amaury de Hauteclocque, le visage du Raid », sur Le Figaro (consulté le 5 janvier 2016)
  8. Caroline Michel et Iannis Giakoumopoulos [Le rêve Canadien - L’Obs N°2692], rubrique ‘’En première ligne’’ - “Le Clan des privés” - p24-25, 9-15 juin 2016
  9. « Amaury de Hauteclocque, ex-patron du Raid, rejoint l’assureur Covéa », sur lesechos.fr (consulté le 5 janvier 2016)
  10. « Amaury de Hauteclocque rejoint la Droite forte à l'UMP | Valeurs actuelles », sur www.valeursactuelles.com (consulté le 5 janvier 2016)