Amaral (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amaral.
Amaral
Description de cette image, également commentée ci-après

Eva Amaral en concert en 2008.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre musical Pop rock[1][2], rock[2],[1],[3][4],[5], rock alternatif, folk rock, rock en espagnol
Années actives Depuis 1992
Labels Virgin Records España, S.A., EMI Music Spain, S.A. (2005–2007), Gatorama/EMI Music Spain, S.A./Capitol Music (2008–2010), Discos Antártida/Gatorama Music S.L. (depuis 2011)
Site officiel www.amaral.es
Composition du groupe
Anciens membres Enrique Mavilla[6]
Eduardo Giménez (Coki)[6]
Octavio Vink[6]
Iván González[6]
Zulaima Boheto[7],[6])
Carlos Gamón[7]
Manuel Mejías[8]
Javier Pedreira[8]
Ángel Luis Samos
Laura Gómez Palma[9]
Josu García[9]
Dani Parra[9]

Amaral est un groupe de pop rock[10],[1] et rock[5],[11],[3],[12],[13],[1],[10],[14],[15] espagnol, originaire de Saragosse, Aragón. Il est formé en 1992 par Eva Amaral (chant et auteur) et Juan Aguirre (guitare et composition). En 2017, le groupe compte huit albums studio, une édition spéciale et deux DVD live[16].

Estrella de mar, leur album le mieux vendu[17] est inclus dans la liste des « 50 meilleurs disques de rock espagnol »[18] établie par le magazine Rolling Stone[17]. La chanson-titre est l'une des « 200 meilleures chansons de pop-rock espagnol »[19],[11],[20],[21],[22],[23],[24].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts (1992–1999)[modifier | modifier le code]

D'après un reportage effectué par El País, avant la formation d'Amaral, Eva étudiait pendant cinq ans à l'Escuela de Artes y Oficios de Saragosse. À 17 ans, elle devient serveuse dans un bar appelé l'Azul Rock Café. Elle étudie le chant lyrique et réalise à ce moment qu'elle avait une capacité vocale hors du commun. En 1992, elle fait la rencontre de Juan Aguirre avait qui elle s'associe pour former un groupe.

Ils décident de jouer leurs propres chansons dans de petites salles, en concert acoustique, et jouent en ouverture pour des artistes de renom tels que Willy Deville. C'est ainsi qu'Amaral commence à gagner en notoriété à Saragosse. L'un des premiers concerts du groupe s'effectue dans un amphithéâtre en plein air à Teruel en 1993[25]. En 1995, ils sont finalistes d'un concours appelé Medio Kilo de Rock. À cet instant, ils recrutent le batteur de session José Antonio Querol. Puis Eva et Juan décident de s'élargir à d'autres régions espagnoles. Ils commencent sporadiquement à Madrid, puis s'installent dans la capitale en 1997 dans l'espoir de réussir dans le monde musical. En décembre 1997, ils jouent pour la première fois à la télévision (Canal +), en collaboration avec Amnesty International jouant Ellas Cantan Solas. En 1998, ils jouent la même chanson sur la chaine locale TVE 1 à l'émission El Séptimo de caballería. En 1998, ils signent avec le label Virgin Records, qui publie leur premier album studio, Amaral (1998), comprenant 13 chansons, et des collaborations avec le groupe Los Secretos[7].

Le 18 mai 1998 sort donc leur premier album, l'éponyme Amaral, produit par Pancho Varona. Avec un album en poche, Amaral se fraie un chemin à travers la scène musicale et gagne en popularité locale. Ils sortent cinq singles : Rosita, Voy a acabar contigo, No sé qué hacer con mi vida, Un día más et Tardes. La même année, ils participent au seul album d'Al Este del Edén : Eva au chant sur la chanson Ingenuo, et Juan à la guitare sur la chanson Una simple canción. La presse spécialisée accueille bien l'album[7].

Una pequeña parte del mundo (2000–2001)[modifier | modifier le code]

En 2000, après une tournée en soutien à son premier album, et après s'être fait connaitre dans la scène pop espagnole, Amaral part à Londres, au Royaume-Uni, pour enregistrer son deuxième album, intitulé Una pequeña parte del mundo, qui comprend 13 chansons, dont 12 originales et une reprise et une version de la chanson Nada de nada de Cecilia. Il est cette fois-ci produit par Cameron Jenkins, ancien ingénieur-son pour de George Michael et Elvis Costello des Rollings Stones.

Ce deuxième album comprend quatre singes : Cómo hablar, Subamos al cielo, Cabecita loca, et Nada de nada. Promusicae indique en janvier 2007 que l'album Una pequeña parte del mundo s'est vendu à 80 000 exemplaires[26]. Après cet album, le groupe devient un quintet classique formé aux côtés de Manolo Mejías à la basse, Carlos Gamón à la batterie, et Santi Comet aux claviers, offrant ainsi une base musicale solide. En 2001, ils sont sélectionné par le SGAE représentant l'Espagne et pour le LAMC (Latin Alternative Music Conference) à New York. Un mois plus tard, ils participent au Rock en Ñ. En 2001, ils collaborent avec plusieurs artistes féminins pour le disque Mujer, contre la violence conjugale[7].

Estrella de mar (2002–2004)[modifier | modifier le code]

Eva Amaral pendant latournée Estrella de mar (2002).

Amaral entre de nouveau en studio, et encore une fois aux côtés du producteur Cameron Jenkins, pour un troisième album intitulé Estrella de mar. Il deviendra l'album le mieux vendu de l'année 2002 en Espagne[27]. Grâce à lui, ils sont récompensés à de multiples reprises, notamment d'un MTV European Music Award dans la catégorie de « meilleur groupe espagnol », des 5 Premios de la Música, dans les catégories « révélation d'auteur » (pour Sin ti no soy nada), « révélation de groupe » (pour Estrella de mar), « meilleure chanson » (pour Sin ti no soy nada), « meilleur album pop » (pour Estrella de mar) et « meilleure chanson pop » (pour Sin ti no soy nada)[28]. L'album sera aussi distribué à l'international, notamment en 2003 aux États-Unis.

En juin 2002, ils jouent en ouverture pour Lenny Kravitz[7]. En octobre 2002, ils jouent au Cículo de Bellas Artes de Madrid[29]. Ils effectuent une grande tournée deux ans avec plus de 200 concerts. En 2003, Eva Amaral joue dans un métarge réalisé par Andreu Castro intitulé Flores para Maika[7]. En 2004, alors qu'Amaral se préparait à enregistrer un nouveau disque, Juan souffre d'une blessure à la main, ce qui provoque, sans compter le report des sessions d'enregistrement, Eva qui devra effectuer seule leur tournée en Espagne avec Bob Dylan. Leur album comptera au total plus de deux millions d'exemplaires vendus[30], et 700 000 en Espagne en 2003[31]. Il compte six singles : Sin ti no soy nada, Te necesito, Toda la noche en la calle, Moriría por vos, Estrella de mar, et Salir corriendo.

Pájaros en la cabeza (2005–2007)[modifier | modifier le code]

Eva Amaral, en concert à Fuenlabrada, Madrid en 2004.

En novembre 2004, Eva et Juan partent à Londres pour enregistrer un quatrième album, intitulé Pájaros en la cabeza, produit par Cameron Jenkins aux Eden Studios. L'album comprend 14 chansons. L'album est publié le 14 mars 2005 et est suivi en juin par une tournée en Espagne en 41 concerts, qui se conclut en octobre à Bilbao[32]. Ils tourneront ensuite à l'international dans des pays comme le Mexique, le Chili et l'Argentine[33]. Amaral enregistre pendant le 15 septembre son concert à Barcelone pour un DVD live, mis en vente le 28 novembre sous le titre El comienzo del big bang, qui se vendra à 25 000 exemplaires[34].

En 2006, ils continuent de jouer en Espagne dans des festivals comme le Roscón Rock de Saragosse (janvier), au Teatro Principal de Santiago de Compostela (février), au Festival Solidart en Palma Mallorca (février), et au Larguero en el Palacio de los Deportes de Madrid (mai), au Festival Valladolid Latino en Valladolid (mai), au Teatro Auditorio de Roquetas de Mar (juin)[7]. Toujours en 2006, El Universo Sobre Mí est utilisée pour les 50 ans de Televisión Española[35]. En décembre 2006, Amaral lance une édition spéciale de sa discographie incluant Amaral, Una pequeña parte del mundo, Estrella de mar, Pájaros en la cabeza et le DVD El comienzo del big bang, sous le titre Caja Especial Navidad. Il compte 50 000 exemplaires écoulés[36].

Pájaros en la cabeza est l'album le mieux vendu en Espagne en 2005, d'après la SGAE[37]. Il compte plus de 900 000 exemplaires vendus à l'international, dont 700 000 exemplaires en Espagne[38] et compte cinq singles : El universo sobre mí, Días de verano, Marta, Sebas, Guille y los demás, Resurrección, et Revolución[39].

Gato negro ◆ Dragón rojo (2008–2010)[modifier | modifier le code]

Amaral en concert.

Eva et Juan jouent une version 2008 de la chanson A Hard Rain's a-Gonna Fall de Bob Dylan, pour leur tournée à l'Expo Zaragoza 2008. Cette version s'intitule Llegará la tormenta[40]. Le 27 mai 2008 sort leur cinquième album studio, Gato negro ◆ Dragón rojo. Il s'agit d'un double-album de 19 chansons et de quatre singles : Kamikaze, Tarde de domingo rara, Perdóname et El Blues de la Generación Perdida. John chante sur cet album sur la chanson Es sólo una canción. Le 27 juin, ils participent à un concert de charité organisé par la Fondation 46664, à Hyde Park, à Londres, où Amaral partage l'affiche avec des groupes et artistes comme Simple Minds, Annie Lennox, Queen + Paul Rodgers, Sugababes, Razorlight, Amy Winehouse et Zucchero Fornaciari[41].

La tournée Gato negro ◆ Dragón rojo commence à Saragosse en juin 2008 et prend fin à Valence en décembre 2008[42]. Ils étaient accompagnés d'un nouveau groupe, composé d'Octavio Vinck (guitare acoustique), Coki Giménez (batterie), Zulaima Boheto (violoncelle), Iván González (basse), et Quique Mavilla (claviers)[43],[44]. Ils participent de nouveau à Los 40 Principales en décembre 2008 pour le dixième anniversaire de 40TV[45] et enregistrent un EP intitulé Granada pour les dix ans de la revue EFE EME[46]. Le CD en format numérique contient quatre titres inédits et exclusifs de chansons d'Amaral reprises par quatre groupes grenadiens : 091, Lagartija Nick, Los Planetas, et Lori Meyers.

En 2009, ils tournent dès mars au Palau de la Música de Barcelone, un concert qui se fait au Festival de la Guitarra de la Ciudad Condal[47]. En juin 2009, ils participent à l'album hommage de Miguel Ríos, Bienvenidos, avec la chanson Al Sur de Granada[48]. Ils participent aussi au concert MTV Murcia Night de MTV España devant plus de 35 000 spectateurs[49]. La tournée Gato negro♦Dragón rojo se termine en octobre 2009 au Teatro Circo Price de Madrid[50].

Le 22 septembre 2009, pour terminer la période Gato Negro♦Dragón Rojo, un double CD+DVD/Blu-Ray, intitulé La barrera del sonido (plus de 30 000 exemplaires vendus[51]) contenant le concert enregistré au Palacio de los Deportes à Madrid en octobre 2008, est publié[52]. La barrera del sonido remporte le Premio de la música dans la catégorie de « meilleure production audiovisuelle », réalisée par Fernando Olmo, de Canal +[53] José Mª Rosillo remporte le Premio de la música dans la catégorie de « meilleur technicien-son » pour La barrera del sonido[54]

En juillet 2010, Gato negro♦Dragón rojo est certifié double disque de platine pour 200 000 exemplaires vendus[55]. Rien qu'en 2008, il en comptait 111 000 exemplaires vendus[56]. L'album entre directement à la prmeière place de la liste officielle des albums les mieux vendus en Espagne[57]. Grâce à Gato Negro♦Dragón Rojo, le groupe remporte le Premio de la música dans la catégorie de « meilleur album » en 2009[58]. Le 27 octobre 2010, le ministre de la culture espagnol attribue à Amaral le II Premio Nacional de las Músicas Actuales 2010 pour sa « contribution et son innovation musicale dand la culture espagnole ». Ce prix s'accompagne d'une somme de 30 000€[59].

Hacia lo salvaje (2011–2014)[modifier | modifier le code]

Amaral au Sonorama Ribera de 2011, à Aranda de Duero.

Le duo annonce se retirer des concerts pendant le week-end pour travailler sur ses chansons. Leur futur album, tel qu'ils l'annoncent sera « plus électrique »[60]. Ils déclarent également dans la revue EFE EME assumer un nouveau genre musical pour leur prochain album[61]. Entre 2010 et 2011, ils jouent de nouvelles chansons lors de concerts acoustiques : Hacia lo salvaje[62],[63],[64], Como un martillo en la pared[65],[66], Cuando suba la marea[67],[68],[69], Si las calles pudieran hablar[70], Juguetes rotos[71][72], La ciudad maldita[73], et Esperando un resplandor[74],[75].

Au final, leur nouvel album, intitulé Hacia lo salvaje, est publié le 27 septembre 2011. Les 12 chansons comprennent la participation exclusive d'Eva Amaral, Juan Aguirre, Toni Toledo, et Chris Taylor. Il est produit par Juan de Dios Martín (Deluxe), Eva Amaral, et Juan Aguirre. Les programmations sont fait par Antonio Escobar. Le mix et le [(mastering]] sont effectués à New York par Michael Brauer et Greg Calbi[76]. En juillet 2011 ils annoncent le premier single de l'album, Hacia lo salvaje, pour le 8 août[77]. Il se classe premier des ventes sur iTunes[78]. L'album atteint directement la première place des albums vendus en Espagne, puis est certifié disque d'or[79] puis disque de platine (40 000 exemplaires) sept semaines après sa sortie[80].

Ils confirment également la sortie des douze chansons en version acoustique[81]. Après la tournée en soutien à Hacia lo salvaje, le groupe commence un nouvel album prévu pour 2013[82].

Nocturnal et Nocturnal Solar Sessions (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Le groupe publie au final son nouvel album en octobre 2015. Il comprend la chanson Ratonera publiée aussi comme single en octobre[83].

En 2017, ils publient leur nouvel album, Nocturnal Solar Sessions.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Amaral
  • 2000 : Una pequeña parte del mundo
  • 2002 : Estrella de mar
  • 2005 : Pájaros en la cabeza
  • 2008 : Gato negro, Dragón rojo
  • 2011 : Hacia lo salvaje
  • 2015 : Nocturnal
  • 2017 : Nocturnal Solar Sessions

Compilation[modifier | modifier le code]

  • 2012 : 1998-2008

EP[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Granada

Albums live et DVD[modifier | modifier le code]

  • 2005 : El comienzo del Big Bang
  • 2009 : La barrera del sonido

Édition spéciale[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Caja Especial Navidad

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (es) EFE EME, "Juan Aguirre, el hombre tranquilo"
  2. a et b EFE EME, Con Amaral en Nueva York
  3. a et b (es) BuscaMúsica, "Amaral, rock sin etiquetas"
  4. . Málaga Hoy, “Amaral, tocar o no tocar”
  5. a et b (es) . El País “50 años de rock español: La bella y las bestias”
  6. a, b, c, d et e (es) . El diario de Navarra, “Amaral presentará su último disco en el Baluarte”
  7. a, b, c, d, e, f, g et h (es) Musicódromo, "Amaral, biografía completa"
  8. a et b (es) . El Mundo, “Amaral: salida, Salamanca, 3 de junio; llegada, 15 de octubre, Bilbao”
  9. a, b et c (es) EFEEME- Músicos en la sombra: Josu García, entre guitarras, producciones y bandas de rock and roll
  10. a et b (es) EFE EME, Juan Aguirre: Amaral rompe su silencio
  11. a et b (es) EFE EME, El fin de gira de Amaral
  12. (es) Matías Uribe, La voz de mi amo "¿Son viejos Amaral y Bunbury para el rock?"
  13. (es) . Rolling Stone, "Así fue el primer concierto de su vida de los grupos españoles"
  14. (es) Rock Cultura, "Amaral: Primer vídeoclip de su nuevo trabajo"
  15. (es) Popes 80, “Rock y guitarras salvajes en el comienzo de la gira de Amaral
  16. (es) Amaral elige el Sonorama para su única actuación del verano (El Mundo, 17/02/2011).
  17. a et b (es) . Rolling Stone, "24. Amaral- 'Estrella de mar'"
  18. (es) . Rolling Stone, "Los 50 mejores discos del rock español"
  19. (es) . Rolling Stone, "Las 200 mejores canciones del pop-rock español"
  20. (es) EFE EME, El Dream Team del rock español
  21. (es) El Mundo “Amaral, un éxito nada ‘raruno’”
  22. (es) Thriller Magazine “Amaral, nuevo disco, nuevo vídeo, nueva etapa
  23. (es) . Rolling Stone, Los diez mejores cantantes españoles según los lectores de Rolling Stone”
  24. (es) Rolling Stone España n*147 - Enero de 2012, página 26 “Las voces del rock español”
  25. Rolling Stone, "Así fue el primer concierto de su vida de los grupos españoles"
  26. (es) Promusicae, lista de ventas de enero de 2007
  27. (es) Directamente música
  28. (es) Listado de la 7* Edición de los Premios de la Música.
  29. (es) Blog Toda la noche en la calle
  30. (es) Rolling Stone España
  31. (es) Lista anual de ventas 2003
  32. (es) Zona Musical, Amaral presenta su gira
  33. (es) Zona Musical, Amaral prosigue su gira
  34. (es) Promusicae, lista de ventas de mayo de 2006.
  35. (es) Vídeo de la Celebración de los 50 años de TVE en Torrespaña
  36. Amaral en Bien Música
  37. (es) Nota de prensa sobre ventas en 2005
  38. (es) Lista anual de ventas de 2007
  39. (es) Listado de premiados de los Premios de la Música 2006.
  40. (es) La tormenta llegará de Amaral llega a la Expo
  41. (es) Amaral embajadores de 46664
  42. (es) . Amaral oficial: Gira 2008, Valencia 13/12/2008
  43. (es) Amaral en Zaragoza iniciando su nueva gira 2008
  44. (es) El País, 24 horas en la vida de una banda
  45. Los 40.com Amaral protagoniza el cuarto y último Básico del 10º aniversario de 40TV
  46. EFE EME Descárgate el último disco del décimo aniversario de EFE EME: Granada, de Amaral
  47. (es) Amaral: Inicio de la gira 2009
  48. (es) EFE EME Se confirman los participantes en el disco homenaje a Miguel Ríos
  49. (es) MTV Murcia 2009
  50. (es) EFE EME Amaral, la traca final
  51. (es) Promusicae, lista de mayo de 2010
  52. EFE EME Amaral: Fin del primer ciclo, disco a disco
  53. (es) Premios de la música 2010
  54. (es) Premios de la música 2010
  55. (es) EMI Music
  56. (es) La Popelera
  57. (es) Saucepolis
  58. (es) Lista de ganadores de los Premios de la música 2009
  59. (es) Mil gracias
  60. (es) Nota de prensa de "El Heraldo" 2008
  61. (es) EFE EME Con Amaral en Nueva York (mars 2010)
  62. (es) Noche de cuchillos, Banderas rotas y Hacia lo salvaje en el homenaje a Labordeta (Agosto de 2010)
  63. (es) Hacia lo salvaje en la Sala Scala (Londres, enero de 2011)
  64. (es) Hacia lo salvaje en el homenaje a Dylan, mayo de 2011
  65. Como un martillo en la pared en la Sala Scala (Londres, enero de 2011)
  66. (es) Como un martillo en la pared en la Sala Heliogábal (Barcelona), février 2011
  67. (es) Cuando suba la marea en la Sala Oasis (Zaragoza, julio de 2010)
  68. (es) Cuando suba la marea en el Café La Palma (Madrid) enero de 2011
  69. (es) Cuando suba la marea en la Sala Heliogábal (Barcelona, febrero de 2011)
  70. Si las calles pudieran hablar en la Sala Heliogábal (Barcelona), febrero de 2011
  71. Juguetes rotos en el Café La Palma (Madrid) enero de 2011
  72. Juguetes rotos en la Sala Heliogábal (Barcelona), febrero de 2011
  73. (es) La ciudad maldita en la Sala Oasis (Zaragoza), julio de 2010
  74. (es) Esperando un resplandor en la Sala Scala (Londres, enero de 2011)
  75. (es) Esperando un resplandor en la Sala Heliogábal (Barcelona), febrero de 2011
  76. (es) La voz de mi amo. "El Heraldo"
  77. (es) Hacia lo salvaje, presentación el 8 de agosto
  78. (es) Itunes charts, “Hacia lo salvaje”
  79. (es) http://www.diariosur.es/v/20111028/cultura/amaral-presenta-lado-salvaje-20111028.html
  80. http://promusicae.org/files/listassemanales/albumes/Top%20100%20albumes%20(PUBLICAR)_w45.2011.pdf
  81. (es) Grabando la versión acústica de "Hacia lo salvaje"
  82. (es) . Vanity Fair, "Eva Amaral: “No entiendo la ansiedad que hay por ser famoso”" (16/08/2012)
  83. (es) http://www.mujerdeelite.com/notas/11346/amaral-pone-en-su-sitio-a-la-clase-politica-en-su-nuevo-single-ratonera

Liens externes[modifier | modifier le code]