Amar-Sîn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Amar-Sîn
Image dans Infobox.
Fonction
Lugal
Troisième dynastie d'Ur
Biographie
Sépulture
Époque
Activité
Famille
Père
Fratrie
Shu-Sîn
Ennirzianna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Amar-Sin
Image dans Infobox.
Figurine-clou de la fondation d’Amar-Sin, roi d’Ur, représentant le roi portant la corbeille du constructeur
Artiste
Inconnu
Civilisations
Sumériens (en), AkkadVoir et modifier les données sur Wikidata
Dimensions (H × L)
? × ? cm
No d’inventaire
AO 3142
Localisation

Amar-Sîn est le troisième roi de la Troisième dynastie d'Ur, qui a régné de 2046 à 2038 av. J.-C. selon la chronologie moyenne et de 1981 à 1973 selon la chronologie basse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il succède au long règne de son père Shulgi, qui a considérablement étendu et réorganisé l'empire. La montée sur le trône d'Amar-Sîn se fait peut-être suite à des troubles au sein de la famille royale, mais cela est loin d'être certain. Il hérite d'un royaume puissant, et ses huit années de règne sont marquées par la préservation de ces acquis.

Amar-Sîn mène des campagnes dans les régions où son père avait déjà combattu : dans le nord de la Mésopotamie contre Urbilum (Erbil) et contre des principautés d'Élam. Il maintient donc l'influence d'Ur intacte dans ses marges nord et est : les relations diplomatiques avec les rois du Plateau iranien (notamment Simashki et Marhashi) et continue de percevoir régulièrement le tribut (GUN.MADA) des provinces périphériques.

Dans le cœur du royaume, il entreprend la construction et la restauration de plusieurs édifices, notamment à Ur (Giparu, Mausolée) et à Nippur. Ses noms d'années mentionnent des offrandes au temple du grand dieu Enlil à Nippur, et l'installation de plusieurs princesses comme grandes-prêtresses de certains des principaux lieux de culte de Sumer (Ur, Uruk et Eridu). Il réside sans doute la plupart du temps à Puzrish-Dagan, la capitale construite par son père, où il reçoit les messagers des royaumes étrangers et où ont été exhumées de nombreuses archives administratives de son règne, documentant notamment le système de taxation des régions centrales de l'empire (BALA).

À sa mort, son frère ou fils Shu-Sîn lui succède.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Douglas Frayne, The Royal inscriptions of Mesopotamia, Early periods, vol. 3/2, Ur III period (2112-2004 BC), Toronto, University of Toronto Press, , p. 235-284
  • (de) Walther Sallaberger, « Ur III-Zeit », dans Walther Sallaberger et Aage Westenholz, Mesopotamien: Akkade-Zeit und Ur III-Zeit, Fribourg et Göttingen, Universitätsverlag Freiburg Schweiz et Vandenhoeck & Ruprecht, coll. « Orbis Biblicus et Orientalis », , p. 163-167

Liens externes[modifier | modifier le code]