Amandine Truffy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Amandine Truffy
Description de cette image, également commentée ci-après
Amandine Truffy lors du Festival de Cannes 2016.
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Comédienne, dramaturge
Films notables La Forêt de Quinconces
Site internet http://www.ciepardes.com

Amandine Truffy, née à Metz, est une actrice, dramaturge et conseillère dramaturgique française[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

À 19 ans, elle entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, où elle travaille sous la direction d’Éric Ruf, Joël Jouanneau, Daniel Mesguich, Jean-Marie Patte, Philippe Garrel, Mario Gonzalez, Christian Benedetti, Gérard Desarthe.

Comédienne et dramaturge/conseiller dramaturgique de théâtre, engagée dans l’écriture contemporaine, elle fonde avec Bertrand Sinapi, écrivain et metteur en scène, la compagnie de théâtre Pardès Rimonim qu’elle co-dirige. Leurs premiers travaux sont KranK, à L’Espace BMK (Scène conventionnée pour les Jeunes Écritures Contemporaines) de Metz, Jeanne la pudeur d’après Nicolas Genka, Anticlimax de Werner Schwab au Centre Culturel André Malraux puis Italie Magique d’après Pier Paolo Pasolini au Théâtre National du Luxembourg. En 2010 la compagnie signe ses premières conventions triennales avec la région Lorraine et la ville de Metz autour de sa démarche de collaboration avec des artistes de la scène européenne qui mènent aux créations Hamlet ou la fête pendant la peste au Théâtre de la Manufacture Centre Dramatique National de Nancy, et Dé-livrance au Théâtre de La Balsamine à Bruxelles. Elle axe ensuite son travail sur des travaux de collectes de témoignages qui viennent nourrir une écriture de plateau en créant Un siècle au Centre Pompidou-Metz, et L’Atelier de Jérôme au NEST Centre Dramatique National de Thionville. En 2016, elle commence son association de trois années au Théâtre ici et là de Mancieulles par la création de Mystère.

Soucieuse de multiplier les collaborations avec d’autres équipes, elle travaille au théâtre avec Christian Benedetti, Michel Didym, Julie Garelli ou encore l’ensemble Stravinsky et la plasticienne Dora Garcia

Au cinéma, Lauréate Talents Cannes ADAMI 2006, elle incarne Sidonie dans les courts métrages Antoine et Sidonie de Sophie Fillières et dans Chant Prénatal de Sam Karmann, diffusés sur Canal+ et au Festival de Cannes. Elle tourne dans d’autres Courts métrages avec le documentariste Adam Nilsson, auprès du collectif d’artistes Bouche à Oreille réuni autour de Julie Garelli. Elle joue dans les longs métrages L'Affaire Ben Barka et Une vie française de Jean-Pierre Sinapi, primé au Festival des créations télévisuelles de Luchon et par le Prix du Syndicat de la critique, puis dans la série Ceux de 14 d’Olivier Schatzky.

En 2016, elle incarne Ondine dans La Forêt de Quinconces, 1er long-métrage de Grégoire Leprince-Ringuet. Ce film est en sélection officielle du Festival de Cannes 2016, en séances spéciales[4],[5],[6],[7],[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2017 : L’Ami d’enfance : Anouchka
  • 2017 : Side effect of reality : La narratrice
  • 2014 : Premiers jours : Luce Ortal
  • 2006 : Antoine et Sidonie : Sidonie
  • 2006 : Chant Prénatal : L'Infirmière

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaël CALVEZ., « le portrait du dimanche », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Metz Mag #72 », sur calameo.com (consulté le ).
  3. Aurélia Salinas, « Amandine Truffy : « Comment être soi en mieux ? » », sur lasemaine.fr, (consulté le ).
  4. Aurélien Ferenczi, « Cannes 2016 - Grégoire Leprince-Ringuet : “Un film en vers ? On me regardait comme si j'annonçais que j'avais un cancer…” », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Noémie Luciani, « « La Forêt de Quinconces » : incendie poétique à Belleville », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Clément Ghys, « «Forêt de Quinconces», belle pousse », sur liberation.fr, Libération, (consulté le ).
  7. Carlos Gomez, « Grégoire Leprince-Ringuet “Par amour pour Charles Baudelaire” », sur gala.fr, (consulté le ).
  8. franceinfo, « Cannes : "La Forêt de Quinconces" montre une autre facette du cinéma français », sur francetvinfo.fr, Franceinfo, (consulté le ).
  9. http://amandinetruffy.free.fr/Cv/cvTRUFFYcourtJuin2016.pdf

Liens externes[modifier | modifier le code]