Amance (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amance.

Amance
Amance (Meurthe-et-Moselle)
Église Saint-Jean-Baptiste
Blason de Amance
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Grand Couronné
Intercommunalité Communauté de commune de Seille et Mauchère - Grand Couronné
Maire
Mandat
Alain Robillot
2014-2020
Code postal 54770
Code commune 54012
Démographie
Gentilé Amançois
Population
municipale
333 hab. (2015 en stagnation par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 18″ nord, 6° 16′ 50″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 405 m
Superficie 13,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Amance

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Amance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amance

Amance est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Ses habitants sont les Amançois.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Le village est perché sur une colline assez étroite entre deux monts, le petit mont Amance et le grand mont Amance qui culmine à 405 mètres d'altitude.
Le village d'Amance perché sur sa colline couverte de neige.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Fleur-Fontaine (ferme et château) ;
  • la Fourasse (refuge SPA) ;
  • le Jard.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennement mentionné : Ahmantia (875) ; Amansia (fin du IXe siècle) ; Asmantia (932) ; Amantium castrum (1033) ; Asmancium (1094) ; Amantia (1208) ; Esmancia (1218) ; Amancia (1249) ; Amance-lou-Chastel (1285) ; Aumance (1324) ; Asmantia (XVIe siècle)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence d'Amance serait plus ancienne que celle de Nancy : Mercator l'appelle antiqua Lotharingiae cancellaria (ancienne chancellerie de Lorraine). Et sa situation, aussi bien que son château, défendu qu'il était par cinq fortes tours, la rendaient une des places les plus importantes du duché[2].

Était dès le XIIe siècle le siège d'un comté dont l'origine est inconnue[1].

Il paraitrait d'après des documents authentiques, que les comtes de Lunéville (dont l'un porte le nom de Folmar), furent les premiers seigneurs d'Amance et qu'ils transmirent cette terre aux comtes de Bar. Des comtes de Bar, cette seigneurie passa aux ducs de Lorraine, par le mariage d'Agnès, fille du comte Thibaut Ier, avec le duc Ferri II (vers 1207) , avec réserve toutefois d'une des portes d'Amance, et de l'hommage des ducs de Lorraine[2].

En 1285, lors des festivités données par le comte de Chiny, à Chauvency-le-Château près de Montmédy, au cours de joutes et de la mêlée du tournoi, André et Wichart d'Amance sont les héros chantés par le trouvère Jacques Bretel dans son long reportage poétique : Le Tournoi de Chauvency.

En 1594, Amance était le chef-lieu d'une prévôté et châtellenie dépendant du bailliage de Nancy. Cette prévôté comprenait 51 villages. Léopold la supprima le 13 août 1721 à cause de la proximité et du mélange des villages qui en dépendaient et de ceux de la prévôté de Château-Salins. Son but était aussi de réduire la multiplicité des officiers, qui était à charge à ses sujets. En 1746, le 17 janvier, la prévôté d'Amance qui avait été incorporée à celle de Château-Salins, fut rétablie. Puis supprimée définitivement en 1751, époque où ce bourg fut compris dans le bailliage de Nancy[2].

Quant au spirituel, Amance était dans l'origine annexe de Dommartin, doyenné du Port, diocèse de Toul. L'évêque Pibon l'érigea en cure en 1450, parce-que, dit-il, les habitants avaient été de tout temps durs et féroces, en sorte qu'aucun archidiacre ni doyen n'osait entrer dans leur ville pour les réduire au devoir. Plus tard la cure d'Amance fut détachée du diocèse de Toul et enclavée dans l'évêché de Nancy, dont elle faisait partie en 1778[2]. Lors de la formation du diocèse de Nancy en 1778, Amance devint le chef-lieu d'un doyenné, dépendant de l'archidiaconé de cette ville[1].

Canton d'Amance[modifier | modifier le code]

En 1790, Amance devint le chef-lieu d'un canton dépendant du district de Nancy et formé des communes suivantes : Agincourt, l'Aitre-sous-Amance, Amance, Armaucourt, Bey, Bouxières-aux-Chênes, Brin, Dommartin-sous-Amance, Eulmont, Lanfroicourt et Lay-Saint-Christophe[1]. Ce canton fut supprimé le 8 pluviôse an IX ().

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au cep de vigne de sinople fruité de pourpre ; au chef de gueules chargé d'un alérion d'argent[3].
Commentaires : Les ducs de Lorraine faisaient cultiver la vigne à Amance.

Autres blasons :

Blason André d'Amance.svg : André d'Amance, qui porte d'argent à la fasce d'azur, accompagné d'un lion passant de gueules au franc-quartier, se trouve à Chauvency-le-Château avec son frère Wichart.

Blason Wichart d'Amance.svg : Wichart d'Amance joute contre Waleran de Luxembourg-Ligny au Tournoi de Chauvency.

Blason Adam d'Amance.svg : Adam d'Amance est présent également dans l'armorial de Wijnbergen aux côtés d'autres chevaliers de sa famille.

La maison d'Amance portait : d'azur a l'écusson d'argent, ou l'écusson d'azur en cœur. Le dernier seigneur de ce nom fut Jacques d'Amance, maréchal de Lorraine, qui vivait en 1399 ; cette maison se fondit dans celle de Bayon[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1953 Henri Barroyer    
1953 1961 Alexandre Christophe    
1961 1977 Maurice Munier (1908-2000)   Agriculteur
1977 mars 2001 Lucienne Parent (1933-2008)   Employée des PTT, suppléante du député André Rossinot
mars 2001 août 2011 Michel Christophe    
septembre 2011 avril 2014 Jean-Claude Marchand    
avril 2014 en cours Alain Robillot   Entrepreneur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 333 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2010 (Meurthe-et-Moselle : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
464519527477500581549522534
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
487467469480488485437427433
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
414418320256245256249299336
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
304319329312296328332332333
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Site de l'ancien château d'Amance, dominant la plaine d'une hauteur de 170 mètres. Appartenant à la comtesse Sophie de Bar, qui abritait une chapelle castrale. Après un siège en 1212 Amance devient un fief du comté de Champagne. Le 15 octobre 1473 le duc René II de Lorraine dut céder le château à Charles le Téméraire, mais il le recouvra à la mort de celui-ci. Il en subsistait encore certaines parties au début du XXe siècle, sont toujours visibles une partie des remparts, une base de tour.

Maison Renaissance et quelques portes gothiques dans le village.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, 1862
  2. a b c d et e Henri Lepage, Le département de La Meurthe : statistique historique et administrative, deuxième partie, 1843
  3. Michel Froger, Armoiries des villes de Lorraine, Ouest France, 2012, p. 9
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]