Am I Not a Man and a Brother?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

« Am I Not a Man and a Brother? » (de l'anglais, littéralement : « Ne suis-je pas un homme et un frère ? ») est la devise inscrite sur un médaillon, d'inspiration abolitionniste, créé en par Josiah Wedgwood[1],[2].

Un exemplaire du médaillon, exposé au Brooklyn Museum

Histoire[modifier | modifier le code]

Le dessin du sceau, créé par William Hackwood ou par Henry Webber pour la Society for Effecting the Abolition of the Slave Trade, au Royaume-Uni, est repris par Josiah Wedgwood pour la réalisation de son médaillon. Ce dernier représente un esclave noir, le genou droit à terre, levant ses mains enchaînées pour implorer la liberté.

En , l'image apparaît aussi à Londres, sur un dépliant adressé au Parlement et sur un livre d'un voyage en Guinée.

Ce médaillon a été repris en France, par la Société des amis des Noirs, la devise étant traduite en : « Ne suis-je pas ton frère ? »[3],[4].

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Auteur Datation Lieu de conservation Contenu Image Référence
Médaillon
Ne suis-je pas un homme, un frère?,
en porcelaine tendre
1789 Musée national Adrien-Dubouché Limoges Porcelaine de Limoges
Manufacture royale de Sèvres
Médaillon en porcelaine tendre Manufacture royale de Sèvres 1789.jpg
Médaillon officiel de la British Anti-slavery Society 1795 Londres La plus identifiable image du mouvement abolitionniste du XVIIIe siècle était cet homme africain à genoux.
Official medallion of the British Anti-Slavery Society (1795).jpg
[5]
Artiste d'école anglaise
huile sur toile
86,4 × 72,9 cm
1800 environ Wilberforce House Museum (en) À la représentation de l'esclave suppliant et en chaînes, on a ajouté un paysage.
Huile sur cadre
[6]
Anti-Slavery Office (New York) 1837 Library of Congress
Broadside Collection, portfolio 118,
no. 32a
Gravure sur bois pour la publication du poème de John Greenleaf Whittier "Our Countrymen in Chains". Citation : « Celui qui enlève un homme et le vend, ou s'il reste entre ses mains, il sera puni avec la mort. » (Exode XXI, 16) et revendication : « L'Angleterre a 800.000 esclaves et elle les a rendus libres. L'Amérique en a 2.250.000! et elle les tient! »
Am I not a man and a brother? LCCN2008661312.tif
[7],[8]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mary Guyatt, « The Wedgwood Slave Medallion: Values in Eighteenth-century Design », Journal of Design History, vol. 13, no 2,‎ , p. 93–105 (DOI 10.1093/jdh/13.2.93, JSTOR 3527157).
  2. (en) Cynthia S. Hamilton, « Hercules Subdued: The Visual Rhetoric of the Kneeling Slave », Slavery and Abolition, vol. 34, no 4,‎ , p. 631–632 (DOI 10.1080/0144039X.2012.746580).
  3. Ernest-Théodore Hamy, « Iconographie abolitioniste », Bulletins et mémoires de la société d'anthropologie de Paris, v, t. 7,‎ , p. 223–224 (DOI 10.3406/bmsap.1906.8158).
  4. Luce-Marie Albigès, « Le cachet de la Société des amis des Noirs », sur histoire-image.org, .
  5. (en) Public Broadcasting Service, « Historical Documents: "Am I Not a Man and a Brother?", 1787 », Africans in America, Part 2: 1750-1805, Revolution, sur pbs.org (consulté en ).
  6. (en) Art UK, « The Kneeling Slave, 'Am I not a man and a brother?' », sur artuk.org (consulté en ).
  7. (en) Library of Congress, « Am I not a man and a brother? », sur catalog.loc.gov (consulté en ).
  8. (en) Bernard F. Reilly, Jr., American Political Prints, 1766-1876 : A Catalog of the Collections in the Library of Congress, Boston, G.K. Hall, , xxi, 638 (ISBN 0816104441), p. 1837-16 [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :