Aménagements de rivière en Angleterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie image illustrant l’Angleterre
Cet article est une ébauche concernant la géographie et l’Angleterre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Dès les XVIe et XVIIe siècles, quelque 29 aménagements de rivière en Angleterre améliorèrent la circulation des marchandises[1].

Généralités[modifier | modifier le code]

Les travaux de l'historien anglais Tony Stuart Willan ont montré au début du XXe siècle l'importance de la navigation fluviale aux XVIIe et XVIIIe siècles en Grande-Bretagne, et sa grande complémentarité avec le cabotage puis avec la circulation marchande sur les canaux à partir de la seconde partie du XVIIIe siècle.

XVIe - XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Ce mouvement a commencé au XVIe siècle par les écluses de la Tamise, dont la longueur navigable était deux fois plus modeste que celle de la Seine[2], et s'accéléra vers 1700, permettant la croissance de l'extraction charbonnière et de nombreux trafics pré-industriels.

Les famines constatées à la fin du XVIIe siècle entrainèrent en besoin en capacités de stockage et de transport, d'où les "énormes investissements", selon Fernand Braudel, dans ces aménagements de rivière, qui portèrent les voies navigables du pays, dans le premier quart du XVIIIe siècle, à 1160 miles, plus aucun point du territoire n'étant alors situé à plus de 15 miles d'un transport par eau[3].

L'urbanisation rapide de la partie sud-est de l'Angleterre, en particulier de Londres et Norwich, créa aussi des besoins de matériaux de construction (briques, verre) et de chauffage, nécessitant l'acheminement de charbon plutôt que du bois[4].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Quatre projets importants furent lancés dans les années qui suivirent la Glorieuse Révolution de 1688, qui amena la révolution financière britannique et un développement des transports également observé sur le plan routier avec la loi de 1707 des Turnpike Trusts, organismes indépendants chargés de leur côté de collecter des commissions sur le trafic routier pour améliorer les routes.

  • En 1698, la navigation sur le River Dee est améliorée jusqu'à Chester dans le Pays de Galles[5]. La même année dans le Lancashire, le raffineur de cuivre Thomas Patten avait rendu la rivière Mersey navigable jusqu'à sa ville de Warrington, en évacuant les bicoques de pêcheurs, ce qui permettait aux bateaux venant d'approvisionner sa fonderie de Bank Quay avec du cuivre d'Irlande ou de Cornouailles, les barres de cuivre étant ensuite échangées en Afrique contre des esclaves, commerce qui lui permit de faire construire le château de style renaissance de Warrington Town Hall, dans la ville de Warrington[6]. Dans une lettre à un ami, il conseillait de poursuivre le travail jusqu'à Manchester[7], mais il faudra attendre 1734 pour que la Mersey and Irwell Navigation soit achevée.
  • En 1699, la législation permit l'ouverture de l'Aire and Calder Navigation qui prit effet en 1703, avec les premières écluses modernes, et des détours pour éviter les passages où l'eau de la rivière était trop peu profonde ou trop irrégulière. Une autre loi permit peu après le lancement de la Trent Navigation tracée par George Hayne qui ouvrit en 1712[8].
  • Les années 1719-1721, avec l'arrivée au pouvoir de Robert Walpole, chef de gouvernement du parti Whig, virent une nouvelle vague de lois sur l'aménagement des rivières, dont au moins cinq d'importance.
  • Après 1772, une série d'écluses fut agrandie sur la Tamise entre Maidenhead et Reading[10].

La principale conséquence fut que la plupart des terres anglaises se trouvaient dès cette époque à une distance inférieure à 15 kilomètres de la première voie navigable, à l'exception notable de Birmingham et du Staffordshire[11]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Skempton, quoted in Burton, (1995). Chapter 2: The River Navigations
  2. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1912_num_21_115_7289
  3. Civilisation matérielle, économie et capitalisme, par Fernand Braudel, page 452
  4. River navigation in England, 1600-1750 Par Thomas Stuart Willan, page 2
  5. River Dee, Wales Stalybridge
  6. http://www.warrington.gov.uk/Leisureandculture/Localhistoryandheritage/town_hall/First_Owner.aspx
  7. http://www.cottontimes.co.uk/transroad.htm
  8. History of Burton from 'British History Online'
  9. The economic and social development of Merseyside, par Sheila Marriner, page 18
  10. Fred. S. Thacker The Thames Highway: Volume II Locks and Weirs 1920 - republished 1968 David & Charles
  11. (en) L.T.C. Rolt, Navigable Waterways, Longmans, London,

Liens internes[modifier | modifier le code]