Aménagement en open space

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Méthodologie open space.
Plateau ouvert

Un open space (anglicisme ou faux anglicisme, car on dit open plan en anglais) ou plateau ouvert, est un espace de travail où les bureaux ne sont pas séparés par des cloisons. En conséquence, les personnes se voient et s'entendent et travaillent entre elles.

Ce type d'aménagement de l'espace de travail très à la mode a des avantages et des inconvénients, et fait l'objet de controverses.

Origine[modifier | modifier le code]

Les bureaux ouverts, sans cloisons, ont pour origine le concept des « bureaux paysagers » mis au point par deux consultants allemands, les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle, dans les années 1950. Ce concept connut un grand succès aux États-Unis avant de revenir en Europe dans les années 1980[1]. Toutefois, dans la vision des frères Schnelle, il s'agissait d'espaces généreux, agrémentés de nombreuses plantes vertes.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

Selon le baromètre Actineo / CSA 2015, 18 % des salariés français travaillent dans un espace collectif ouvert. Ces espaces sont en moyenne partagés par 10 salariés[2].

L’enquête Actineo menée en Europe a également révélé que 67 % des salariés français travaillant en open space se déclarent satisfaits de leur espace de travail, contre 88 % des personnes travaillant dans un bureau individuel[3]

La Grande-Bretagne est un des pays européens ayant le plus recours à la pratique de l’open space : 73 % des salariés travaillent dans un bureau collectif et 19 % seulement dans un bureau individuel. 

Controverse[modifier | modifier le code]

Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

Avantages[modifier | modifier le code]

Les partisans de l'open space mettent en avant les avantages suivants :

  • Gain de place ;
  • Réduction des coûts pour l'entreprise
  • Meilleure communication ;
  • Suivi de l'activité de l'entreprise ;
  • Surveillance mutuelle in petto[non neutre]

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Les détracteurs de l'open space lui reprochent :

  • le fait d'être bruyant (en particulier en l'absence de cloisons insonorisées entre les bureaux), ce qui a conduit l’AFNOR à publier en mars 2016 la norme NF S31-199 « Acoustique - Performances acoustiques des espaces ouverts de bureaux »[4] ;
  • le manque d'intimité ;
  • le fait d'être sous la surveillance de ses collègues (effet panoptique);
  • le fait de faire baisser la productivité[5] ; (Effet augmenté avec l'arrivée des nouvelles technologies) [6]
  • L'Augmentation de l'absentéisme[7] ;
  • le risque assez présent des voisins d'étaler ses affaires sur son bureau ;
  • le risque de vol d'affaires est plus grand du fait de l'absence de porte.
  • le manque de concentration sur le travail.

D'après Alain d'Iribarne, socio-économiste et directeur de recherche au CNRS, « les dirigeants mettent en avant le mythe du "travail en projets" et de "coopération harmonieuse et créatrice", mais l'open space peut être pathogène, (...), il facilite la surveillance et la mise en compétition des salariés entre eux, facteur de stress qui aboutit souvent au contraire du but recherché, avec des salariés qui s'isolent en portant des écouteurs ou en se cachant derrière des montagnes de dossiers ou des plantes vertes... »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Alban Pillet, L’enfer de l’open space, mode d’emploi, capital.fr, le 30/04/2009
  2. « BAROMETRE ACTINEO/CSA 2015 | Actineo », sur www.actineo.fr (consulté le 10 décembre 2015)
  3. « Enquête Europe ACTINEO/CSA 2014 | Actineo », sur www.actineo.fr (consulté le 10 décembre 2015)
  4. « NF S31-199 - Acoustique - Performances acoustiques des espaces ouverts de bureaux », sur www.boutique.afnor.org (consulté le 8 octobre 2016)
  5. Julian Treasure, « The 4 ways sound affects us », sur TED.com, TED (consulté le 16 juin 2015) : « You are one third as productive in open-plan offices as in quiet rooms. »
  6. Craig Langston et Rima Lauge-Kristensen, Strategic Management of Built Facilities, Routledge, (ISBN 9781135138738, lire en ligne), p. 137 :

    « [...] voice-activated technology and mobile phones are increasing office noise levels and decreasing the effectiveness of existing open-plan arrangements. »

  7. Christina Bodin Danielsson, Holendro Singh Chungkham, Cornelia Wulff et Hugo Westerlund, « Office design's impact on sick leave rates » (DOI 10.1080/00140139.2013.871064)
  8. https://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/04/13/immobilier-les-entreprises-continuent-a-deserter-paris_1180040_1101386.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Open Space m'a tuer, Alexandre Des Isnards, Thomas Zuber, Hachette.

Article connexe[modifier | modifier le code]