Amélie de Saxe (1794-1870)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Amélie Marie Frédérique Auguste ()[1], princesse de Saxe, (le nom complet Maria Amalia Friederike Augusta Karolina Ludovica Josepha Aloysia Anna Nepomucena Philippina Vincentia Franziska de Paula Françoise de Chantal), était une compositrice allemande, écrivant sous le nom de plume de A. Serena, et une dramaturge sous le nom Amalie Heiter. Elle était la fille du Maximilien de Saxe et Caroline de Bourbon-Parme. Elle était la petite-fille de Frédéric IV de Saxe; nièce de Frédéric-Auguste Ier de Saxe et Antoine Ier de Saxe; sœur de Frédéric-Auguste II de Saxe et Jean Ier de Saxe (1801-1873); et tante d'Albert de Saxe et Georges Ier de Saxe.

Biographie[modifier | modifier le code]

La princesse Amélie vécu toute sa vie au Château de Pillnitz , près de Dresde, en Allemagne. Elle était bien formée et intellectuellement curieuse. Elle a composé de la musique de chambre, opéra, musique sacrée, chanté, écrit des comédies, et jouait du clavecin[2].

Amélie était une jeune fille pendant la période des Guerres napoléoniennes et a dû fuir de son château plusieurs fois. Elle et sa famille ont été contraints de dormir sur la paille partout où ils pouvaient trouver un abri. Elle a rencontré Napoléon à plusieurs reprises et avait une opinion négative de lui. Quand Napoléon a observé qu'elle était en colère contre lui parce qu'il était en guerre contre sa famille, mais répliqua qu'il faudra qu'elle se force à s' habituer à la situation, l'adolescente a fermement répondu qu'il y avait certaines situations auxquelles on ne peut pas être habitué[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Amélie a étudié la musique avec Joseph Schuster, Vincenzo Rastrelli, Johann Miksch, Franz Anton Schubert et Carl Maria von Weber. Elle a commencé à écrire de la musique en 1811 et composé de nombreux opéras, populaire parmi les élites de Dresde. Elle a publié ses œuvres musicales sous le pseudonyme de A. Serena. Ses compositions les plus populaires étaient ses opéras comiques. Elle dépeint ses personnages avec de l'innovation et de la couleur[4] Weber l'a trouvée très talentueuse."[5].

Auteur dramatique[modifier | modifier le code]

En 1829/30, elle a publié deux drames sous le nom de Amélie Heiter. Parmi ses d'œuvres dramatiques ultérieures, ce qui a été noté pour l'amour de l'humanité et de la vertu, ses comédies Der Onkel (“L'Oncle”) et Die Fürstenbraut (“Le Prince de la fiancée”) est devenu très populaire. Cette dernière a été montée à Paris sous le titre Une femme charmante (“Une femme charmante,” 1840). D'autres de ses pièces ont également été adaptés pour la scène française. Une édition complète de ses œuvres dramatiques, a été publiée à Dresde, au profit de l'association des femmes, sous le titre de Originalbeiträge zur deutschen Schaubühne (“contributions Originales à l'allemand scène”, 6 vols., 1837-42). Une 3e édition du 1er volume est parue en 1858, et une version française (Comédies) à Paris en 1841. Six de ses drames ont été traduits en anglais par Jameson (Londres, 1846), et six autres ont été traduits de façon anonyme (1848)[6].

Les œuvres musicales[modifier | modifier le code]

  • Una donna (1816)
  • Le nozze funeste (1816)
  • Le tre cinture (1817)
  • Il prigioniere (1820)
  • L'americana (1820)
  • Elvira (1821)
  • Elisa ed Ernesto (1823)
  • La fedeltà alla prova (1826)
  • Vecchiezza e gioventù (1828)
  • Il figlio pentito (1831)
  • Il marquis (1833)
  • Mourir Siegesfahne (opérette, 1834)
  • La casa disabitata (1835)[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Slonimsky, Nicolas, ed. Baker's Biographical Dictionary of Musicians. Vol. 1. New York : Schrimer Books 2001: 67.
  2. Women in World History: A Biographical Encyclopedia. Vol. 1. Woodbridge, CT : Yorkin, 1999: 254–255.
  3. « The Princess Amalie of Saxony and Napoleon », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. Women in World History: A Biographical Encyclopedia. Woodbridge, CT : Yorkin, 1999. Vol. 1. pp. 254–255.
  5. The Norton/Grove Dictionary of Women Composers. Eva Rieger. New York : W.W. Norton and Company, 1995, p. 12.
  6. Wikisource-logo.svg
  7. Rieger, Eva, ed. The Norton/Grove Dictionary of Women Composers. New York : W.W. Norton and Company, 1995: 12.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres modernes[modifier | modifier le code]

  • Slonimsky, Nicolas, ed. Baker Dictionnaire Biographique des Musiciens. Vol. 1. New York: Schrimer Livres, 2001: 67.
  • Les femmes dans l'Histoire du Monde: Une biographie de l'Encyclopédie. Vol. 1. Woodbridge, CT: Yorkin, 1999: 254-255.
  • Rieger, Eva, ed. Le Norton/Grove Dictionary of Femmes Compositeurs. New York : W. W. Norton and Company, 1995: 12.

Des sources plus anciennes[modifier | modifier le code]