Amélie Galitzine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amélie Galitzine
Adelheid Amalie Gallitzin.jpg

Portrait de la princesse Galitzine

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
MünsterVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Samuel von Schmettau (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Adélaïde Amélie von Schmettau, épouse du prince Galitzine, est une intellectuelle allemande née à Berlin le 28 août 1748 et décédée à Angelmodde le 17 avril 1806.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'un général prussien, Samuel von Schmettau (1684-1751), et de Marie Johanna von Rüffert. Elle reçoit une éducation catholique dont elle s'écarte rapidement.

En 1768, elle épouse Dimitri Alexeievitch Galitzine, ambassadeur de Russie et le suit dans ses missions à travers l'Europe : Paris, Turin, La Haye,... Partout elle est distinguée pour son esprit et sa beauté et tient un rôle important dans la société. En 1770 naît leur fils, Dimitri ; une fille, Marianne, naît ensuite.

À 24 ans, elle se retire soudainement de la vie mondaine et se consacre à l'éducation de ses enfants. Elle étudie les mathématiques, les lettres classiques et la philosophie, entre autres avec le soutien de François Hemsterhuis qui lui dédiera ses Lettres sur l'athéisme. La réforme de l'enseignement engagée par le baron de Fürstenberg incite la princesse Galitzine à s'installer à Münster où elle devient rapidement le centre d'un cercle d'intellectuels, parmi lesquels Bernhard Heinrich Overberg, le baron Clemens Augustus von Droste-Vischering, le comte Friedrich Leopold de Stolberg, le philosophe Johann Georg Hamann, le poète Matthias Claudius et Goethe.

Sous l'influence de ses lectures, de son entourage et en particulier de Bernard Overberg, elle revient à partir de 1786 à ses convictions catholiques de façon très engagée.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Fürsten Amalia von Galitzyn Briefwechsel und Tagebücher, Münster, 1874-1876
  • Galland, Die Fürsten Amalia von Galitzyn und ihre Freunde, Cologne, , traduit en français à Lille en 1884, La princesse Amélie Galizine et ses amis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :