Amélie Beaury-Saurel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Amélie Beaury-Saurel
Amelie Beaury-Saurel photo.jpg
Amélie Beaury-Saurel, photo de Lejeune.
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres
Mouvement
Conjoint
Distinction
Œuvres principales

Amélie Beaury-Saurel, est une peintre française née le à Barcelone (Espagne) de parents français et morte à Paris 17e le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Amélie Elise Anna Beaury signe Beaury-Saurel par attachement à la famille de sa mère d'origine aristocratique greco-corse. Elle est élève de J. Lefebvre, T. Robert-Fleury et J.P. Laurens à l'Académie Julian.

Elle a déjà débuté au salon en 1874, et est reconnue comme une artiste majeure dès le salon de 1880. Elle obtient une troisième médaille en 1885 et est médaille de bronze à l'Exposition universelle de 1889. Elle expose aux artistes français jusqu'en 1924.

Elle devient rapidement une portraitiste renommée et est recommandée très tôt pour son talent par Léon Bonnat.

Elle reçoit le prix d'honneur de l'exposition Blanc et Noir en 1891 pour son tableau intitulé Le travail de M. Frey, Maître d'armes

Elle épouse Rodolphe Julian le et s'occupe de l'atelier des femmes tout en continuant sa carrière de portraitiste. Dans son journal, Marie Bashkirtseff (également élève de Julian) parle avec un brin d'agacement de l'Espagnole... Elle sera amie avec une autre élève célèbre, Louise Catherine Breslau[2].

Au Salon de Paris en 1914, elle expose un tableau intitulé Nos éclaireuses. Celui-ci présente sept pionnières dont la poétesse Lucie Delarue-Mardrus[3], l'aviatrice Hélène Dutrieu[4], l'avocate Suzanne Grumberg[5] et la peintre Mme Henri Rochefort[6], née Marguerite Vervoort. Une cochère et une cycliste y sont aussi représentées[7].

Très généreuse, Amélie Beaury-Saurel subvient la majeure partie de sa vie aux besoins de sa sœur et de sa mère. Après la mort de Julian, elle acquiert et aménage à Lapalud le « Château Julian » en mémoire de son mari, né dans ce village de Provence.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1873 - Christ en croix de l'église Saint-Étienne, à Issy-les-Moulineaux
  • 1884 - Portrait d'une femme noire, Collection Hérold
  • 1890 - Académie, Toulouse, Musée des Augustins
  • 1891 - Le Travail de M. Frey, Maître d'armes
  • 1893 - Portrait de Séverine, Paris, Musée Carnavalet
  • 1894 - Dans le bleu, Toulouse, Musée des Augustins
  • 1894 - Le Repos du modèle, Musée d'Amiens
  • 1894 - Portrait d'Arlette Dupuis, Collection Hérold
  • 1894 - Portrait de Jacques Dupuis, Collection Hérold
  • 1896 - L'écrivain public, Barbezieux-Saint-Hilaire, Musée Getreaud
  • 1897 - Barcelone, Barbezieux-Saint-Hilaire, Musée Getreaud
  • 1899 - Après déjeuner, Toulouse, Musée des Augustins
  • 1899 - Salon de Paris de 1899 / Portrait de M. Alexis Ballot-Beaupré (1836-1917), président de la chambre civile de la Cour de Cassation[8] ; Portrait de Mme Daniel Lesueur (1854-1921), femme de lettres.
  • 1903 - Salon de Paris de 1903 / Portrait de femme dans le train
  • 1913 - Portrait de Mme G. C...
  • 1914 - Nos éclaireuses
  • 1914 - Portrait d'Adrienne Siou, Collection Hérold
  • 1919 - Jean-Paul Laurens (1838-1921), Paris, Musée d'Orsay
  • 1922 - Portrait de Gilbert Dupuis, Collection Hérold
  • 1923 - Portrait de Léonce Bénédite (1859-1925) conservateur du Musée du Luxembourg Paris, Musée d'Orsay

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 97
  • Denise Noël, Les Femmes peintres dans la seconde moitié du XIXe siècle, 2004, in 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, acte de décès n°1472, vue 4 / 31
  2. « Musée des Augustins. Musée des Beaux-Arts de Toulouse »,
  3. Pascale Samuel, « Beaury-Saurel Amélie », sur Ministère de la culture (consulté le 27 avril 2020)
  4. « Avril-1914 | Journal de Paul Landowski. », sur journal.paul-landowski.com (consulté le 27 avril 2020)
  5. « Les portraits au Salon », Gil Blas,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  6. Tabarant, « Les Salon des Artistes Français », L’Action,‎ (lire en ligne)
  7. Rennes, Juliette, 1976- ..., Femmes en métiers d'hommes : cartes postales, 1890-1920 : une histoire visuelle du travail et du genre, Bleu autour, dl 2013 (ISBN 9782358480444 et 2358480444, OCLC 866829359, lire en ligne)
  8. « couverture du 3 juin 1899 », L'Univers illustré,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]