Amédée de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amédée de Lausanne
Image illustrative de l'article Amédée de Lausanne
Évêque de Lausanne (1145-1159)
Abbé d'Hautecombe (1139–1145)
Naissance v. 1109 ou 1110
Château de Chatte (Dauphiné)
Décès 1159 
Lausanne
Autres noms d'Hauterive ou de Clermont
Ordre religieux O.Cist.
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 30 août

Saint Amédée de Clermont dit de Lausanne ou Amédée de Lausanne O.Cist., aussi connu sous les noms d'Hauterive[1], né vers 1110 au château de Chatte (Chaste) (Dauphiné), est un ecclésiastique du XIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amédée est le fils d’Amédée I de Clermont, seigneur d'Hauterive, et de Pétronille de Bourgogne[1] et petit-fils de Sibaud Ier de Clermont et d'Adélaïde d'Albon. Par sa grand-mère, Amédée est parent de Conrad III et de Frédéric Barberousse. Il est né vers 1110 au château de Chatte dans le Dauphiné[1].

1119-1138[modifier | modifier le code]

En 1119, Amédée d'Hauterive fit partie d'un groupe formé par son père et seize autres chevaliers qui se rendirent au monastère de Bonnevaux dans l'intention de devenir moines. L’abbé les accepta, à l’exception d’Amédée qu’il trouva trop jeune. En 1121, après sa profession de foi, Amédée I quitta Bonnevaux et emmena son fils à Cluny, où ils furent accueillis à bras ouverts. Peu de temps après, Amédée fut envoyé en Allemagne auprès de l’empereur Henri V qui le confia à d’habiles maîtres. Mais après la mort de l’empereur, en 1125, Amédée se retira à Clairvaux, sous la conduite de saint Bernard.

1139-1146[modifier | modifier le code]

En 1139 saint Bernard l’envoya comme abbé à Hautecombe, alors en grande difficulté. À la remarque de son père sur l'infertilité de ces terres, Amédée répondit que malgré le peu d'hospitalité de la contrée et de ses gens, ils ne sauraient leur enlever les biens éternels que les peines de cette vie leur font mériter et qu’il n’y a point de gens qui nous soient plus utiles, ni de lieu qui nous puisse être plus commode. La réputation d’Amédée devint telle qu’elle se répandit jusqu’à l’évêché de Lausanne qui était alors vacant. Le clergé et le peuple de la ville décidèrent de l’élire à cette tâche. Amédée ne s’estimait pas digne d’une telle charge et la refusa plusieurs fois. C’est le pape, connaissant la prudence et la piété d’Amédée, qui confirma son élection, l’obligeant ainsi à se rendre à Lausanne. Amédée est appelé évêque de Lausanne dans un diplôme de Conrad III datant de 1145. On suppose que la date de sa consécration est le 21 janvier de cette année. Une fois évêque, il s’adressa à Conrad III pour lui recommander son église et c’est ainsi que l’empereur prit sous sa protection l’évêché de Lausanne et confirma toutes ses possessions. De même, le pape Eugène III, qui avait été religieux à Clairvaux en même temps qu’Amédée, confirma les donations faites à l’église de Lausanne. En 1146, Amédée assista à l’assemblée que Conrad organise à Spire.

1147-1155[modifier | modifier le code]

Vers 1147 saint Bernard prêcha la croisade. Amédée III de Savoie, comte de Maurienne et oncle du roi, Louis VII de France le jeune, voulait s’y rendre mais son fils était trop jeune. Il demanda à Amédée de Clermont, son ami, de veiller sur son comté et sur son fils, Humbert. Amédée défendit Humbert et son comté qui était assailli par le frère du comte de Maurienne et par les d’Albon qui profitaient de l’absence d’Amédée de Maurienne. Pendant son épiscopat, Amédée eut affaire au comte de Genève et à ses tentatives d’assassinat. Ce dernier cherchait à se rendre maître de la ville de Lausanne. Ce n’est qu’à grand peine qu’Amédée réussit à expulser le comte de Genève rasant une de ses puissantes forteresses. En 1155, Frédéric 1er confirme, comme le fit Conrad III, les possessions et droits de l’église de Lausanne. Cette même année, il le nomma chancelier du royaume de Bourgogne.

1156-1159[modifier | modifier le code]

Amédée est décrit dans les annales de l’Ordre de Cîteaux comme ayant un esprit de pénitence, de componction, et vivant dans la crainte du jugement de Dieu. Il examinait ses actions, veillait sur les âmes de ses fidèles. Protecteur des veuves et des orphelins, il était aussi le consolateur des prisonniers. Farouche partisan de la justice, il punissait avec sévérité les méchants. Il n’accepta que quatre divorces. Il fit de grands biens à toutes les églises qui dépendaient de son diocèse. Il avait une particulière dévotion pour sainte Agnès. C’est le jour de sa fête qu’Amédée était né, qu’il avait fait sa profession monastique, avait été fait abbé puis évêque ; mais c’est surtout à la vierge Marie qu’Amédée fut attaché. De ses nombreux écrits cités dans plusieurs ouvrages, il ne nous est parvenu que huit homélies mariales, qu’on avait coutume de lire dans l’église de Lausanne encore en 1858.

En 1159 Amédée tomba malade. Ses médecins lui conseillèrent un remède contraire aux vœux de chasteté, qu'il refusa, ne voulant pas acheter sa vie au prix d’un crime. Il mourut dans son palais épiscopal le . Avant de mourir il donna l’absolution à tous ceux qu’il avait excommuniés, sauf à Humbert d’Aubonne qu’il cita pour le grand jour du jugement à cause des torts qu’il avait causé à l’église de Saint Livre. Amédée de Clermont fut enterré en l’église de Lausanne.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Jusqu’au XVIe siècle, on a cru que sa sépulture se trouvait à Hautecombe mais, en 1911, des fouilles archéologiques ont mis au jour le tombeau d’Amédée, dans lequel on trouva ses ossements, ses ornements, sa mitre, son anneau, et sa crosse. Les ossements furent recueillis dans un coffre et transférés en l’église de Fribourg. Amédée fut élevé aux nombres des saints à une époque inconnue, mais en 1701 la Congrégation des Rites permit aux religieux cisterciens de réciter l’office du saint. Cette permission fut confirmée par le pape Clément XI en 1710, par Benoît XIV en 1753, puis en 1903 et 1910.

Il est célébré le 30 août en Savoie (archidiocèse de Chambéry, Maurienne et Tarentaise et diocèse d'Annecy)[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 85-86.
  • Père Anselme Dimier, moine de Tamié, Amédée de Lausanne, disciple de saint Bernard, éditions de Fontenelle, Abbaye de Saint-Wandrille, coll. « Figures monastiques », 1949, 490 pages (réédition en 1997).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]