Altruisme efficace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'altruisme efficace est un ensemble d’idées autour desquelles s'est constitué un mouvement social[1] né à la fin des années 2000, qui vise à adopter une démarche analytique afin d’identifier les meilleurs moyens d’avoir un impact positif sur le monde[1],[2].

L’altruisme efficace se distingue notamment par la volonté d’évaluer de manière rigoureuse les différentes actions que l’on peut entreprendre, sans se restreindre à une cause prédéterminée, et en prenant en compte le fait que nous avons des ressources limitées à notre disposition (telles que les moyens financiers, le temps, les compétences)[3]. De ce fait, l’altruisme efficace nous invite à prioriser les interventions altruistes possibles et, de manière plus générale, les problèmes globaux sur lesquels concentrer nos efforts[4].

Des personnalités impliquées dans le mouvement sont le philosophe Peter Singer[5] et le cofondateur de Facebook Dustin Moskovitz[6]. En France, le scientifique et moine bouddhiste Matthieu Ricard a témoigné son soutien lors du lancement de l'association Altruisme Efficace France[7].

Histoire du mouvement[modifier | modifier le code]

Le mouvement de l’altruisme efficace se structure véritablement à la fin des années 2000 dans le monde anglo-saxon, notamment via la création d’organisations s’en revendiquant[8].

Inspirations[modifier | modifier le code]

Si le terme “effective altruism” n’est choisi qu’en 2011, on peut faire remonter certaines de ses idées principales aux années 70, de nombreux travaux en philosophie académique l’ayant inspiré.

On peut par exemple citer l’article “Famine, Affluence and Morality (en)” du philosophe utilitariste et antispéciste Peter Singer, paru en 1972. Les idées présentées dans cet article seront par la suite reprises et développées dans des ouvrages plus grand public tels que The Life You Can Save (en) [9]en 2009 et The Most Good You Can Do (en) en 2015, abordant directement les thématiques et principes de l’altruisme efficace. De la même manière, on peut trouver des sources d’inspiration du mouvement de l’altruisme efficace dans les travaux de Derek Parfit, notamment sur l’éthique des populations et la possibilité d’un progrès moral.

Les idées de l’altruisme efficace sont également inspirées par l'économie, notamment par une approche nouvelle en économie du développement apparue à la fin des années 1990 sous l’impulsion d’Esther Duflo et Abhijit Banerjee au Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab. Cette approche expérimentale consiste en l’évaluation d’interventions d’aide au développement par des essais randomisés contrôlés. Les outils et les résultats issus de cette approche seront ensuite repris dans le mouvement de l’altruisme efficace pour identifier des ONG mettant en place des interventions particulièrement efficaces.

Enfin, avant même que le mouvement de l’altruisme efficace se structure, plusieurs organisations proches de ses idées existaient déjà. On pense par exemple à GiveWell fondée en 2007 pour tenter identifier des interventions prometteuses dans le domaine de la santé et la pauvreté mondiale, ou encore au Future of Humanity Institute (FHI), un centre de recherche créé en 2005 à l’université d’Oxford.

Structuration du mouvement dans le monde anglo-saxon[modifier | modifier le code]

En 2009, Toby Ord et William MacAskill créent l’association Giving What We Can, une organisation internationale regroupant des personnes décidées à donner au moins 10% de leur revenu à des ONG considérées comme les plus efficaces. En novembre 2009, GWWC comptait déjà 64 donateurs et donatrices qui s’engagent à donner plus de 20 millions de dollars.

En 2011, afin d’étendre la réflexion sur les meilleures manières d’agir de manière altruiste aux choix de carrière professionnelle, MacAskill co-fonde avec Benjamin Todd l’organisation 80,000 Hours. Cette dernière fournit conseils et support pour avoir un meilleur impact altruiste via sa carrière. L’année suivante, 80,000 Hours et GWWC se dotent d’une équipe salariée à plein temps.

L’année 2011 est d’autant plus centrale dans la structuration du mouvement qu’elle voit la création du Centre for Effective Altruism[10] (CEA), organisation parapluie rassemblant Giving What We Can et 80,000 Hours. La création du CEA consacre l’expression « effective altruism » à l’issue d’un vote organisé par les directeurs de GWWC et 80,000 hours.

À partir de 2012, les organisations se réclamant de l’altruisme efficace se multiplient. Une division de 80,000 Hours, Effective Animal Activism, est créée pour intégrer des réflexions sur le bien-être animal. Elle prend son indépendance un an plus tard pour devenir Animal Charity Evaluator[11] en 2013. La même année, The Life You Can Save[12] (TLYCS) est créé pour mettre en application les idées développées par Singer dans son ouvrage éponyme.

Expansion en France et dans le reste du monde[modifier | modifier le code]

Le début des années 2010 voit également la multiplication de groupes locaux (aussi appelés chapters) liés à l’altruisme efficace. D’abord apparus dans les universités britanniques et américaines, ceux-ci sont désormais présents sur tous les continents. Il existe aujourd’hui plus de 200 groupes locaux référencés[13].

En France, la première association se revendiquant de l’altruisme efficace est créée en 2015 à Sciences Po Paris[14]. L’association Altruisme Efficace France[15] naît en 2016 et constitue l’un des premiers groupes nationaux.

Principes[modifier | modifier le code]

L'altruisme efficace diffère d'autres pratiques philanthropiques par son emphase sur une comparaison chiffrée des causes et actions caritatives, avec pour objectif de maximiser certaines valeurs humaines. De ce point de vue, il est similaire au conséquentialisme, que plusieurs figures de proue du mouvement soutiennent [16].

Efficacité[modifier | modifier le code]

Le don efficace est un des éléments importants de l'altruisme efficace. Certains organismes caritatifs ou certaines actions sont beaucoup plus efficaces que d'autres[17]. Parmi les organisations menant des actions aux impacts positifs, certaines obtiennent beaucoup plus de résultats avec moins d'argent [18],[19].

Une illustration classique est celle comparant l'efficacité d'actions contre la cécité. Le coût pour former un chien guide d'aveugle aux États-Unis est de 42 000 $ alors que le coût d'une opération chirurgicale pour corriger la trichiasis, une inflexion des cils vers l'œil qui provoque la cécité, est de 40 $ dans les pays en développement[20]. Cette opération est sans risque et fonctionne dans 80 % des cas de trichiasis. Ainsi, la vue peut être restaurée à 840 personnes pour le coût d'un chien-guide[21].

L'une des principales méthodes pour calculer l'impact d'actions caritatives est l'essai randomisé contrôlé, qui permet d'identifier l'impact d'un programme social en évitant les biais de sélection ainsi qu'un certain nombre de facteurs de confusion. Par exemple, des essais randomisés contrôlés conduits par J-PAL ont démontré l'efficacité des traitements vermifuges de masse pour favoriser l'éducation dans certains pays en développement[22].

Appliqué à des interventions caritatives, le rapport coût-efficacité se réfère à la quantité de bien obtenue par unité d'argent ou de temps investie. Par exemple, le rapport coût-efficacité des interventions de santé peut être mesuré en années de vie pondérées par la qualité (QALY) ou en espérance de vie corrigée de l'incapacité (DALY). Le DALY est utilisé par l'OMS pour évaluer des systèmes de santé, et dans certaines publications telles que la Charge mondiale de morbidité.

Traditionnellement, les évaluations d'organisations caritatives se concentrent sur la minimisation des coûts administratifs en proportion du coût d'un programme. Les altruistes efficaces rejettent cette méthode de mesure, qu'ils considèrent simpliste et erronée[23],[24]. Les altruistes efficaces préfèrent mesurer les résultats obtenus par unité de ressource investie, quelle que soit la part de coûts administratifs. De plus, Dan Pallotta explique[25] que les organisations caritatives devraient être encouragées à investir plus dans les collectes de fonds, si cet investissement leur permet d'augmenter leurs revenus et de dédier une somme plus importante à leurs actions caritatives. Une étude de Dean Karlan atteste même que « les organisations caritatives les plus efficaces dépensent une plus grande part de leur budget sur les coûts administratifs que leur concurrentes moins efficaces »[26], vraisemblablement car les coûts d’administration peuvent servir à conduire des analyses pour déterminer quelles activités menées par l'organisation sont les plus efficaces. Ainsi, les dépenses administratives peuvent contribuer à diriger les ressources vers les meilleures activités.

Priorisation des causes[modifier | modifier le code]

Même si les organisations caritatives étudient de plus en plus leur efficacité, elle le font en général au sein d'une cause déjà choisie, comme l'éducation ou le changement climatique. Il est rare que le choix de la cause lui-même soit analysé de manière critique[27]. Les altruistes efficaces tentent d'identifier l'importance de différentes causes, selon leur potentiel à atteindre des objectifs généraux tels que l'augmentation du bien-être des individus. Ils vont ensuite investir leurs ressources (en temps et en argent par exemple) dans les actions et des organisations qui poursuivent ces objectifs efficacement. Plusieurs organisations effectuent des recherches sur la sélection des causes[28],[29]. De nombreux altruistes efficaces considèrent actuellement comme prioritaires: l’extrême pauvreté, la souffrance des animaux dans les élevages industriels, et la prise en compte des risques existentiels[30].

Impartialité[modifier | modifier le code]

Les altruistes efficaces rejettent l'idée que certaines vies ont intrinsèquement plus de valeur que d'autres. Par exemple, ils considèrent que la vie d'une personne dans un pays éloigné a une valeur égale à une personne dans sa propre communauté. Comme le note Peter Singer :

« Cela ne fait aucune différence morale, que la personne que je peux aider soit l’enfant du voisin qui vit à dix mètres de chez moi, ou un Bengali dont je ne connaîtrai peut-être jamais le nom. [...] Le point de vue moral requiert que nous regardions au-delà des intérêts de notre propre société. Auparavant, [...] c’était difficilement faisable, mais c’est assez faisable maintenant. D’un point de vue moral, le fait d’éviter que des millions de gens à l’extérieur de notre société meurent de faim doit être considéré comme quelque chose d’au moins aussi urgent que le respect des normes de propriété à l’intérieur de notre société[31]. »

En outre, certains altruistes efficaces considèrent que les générations futures ont une valeur morale égale à celle des personnes actuellement vivantes, ainsi ils se concentrent sur la réduction des risques existentiels à l'humanité. D'autres pensent que, indépendamment de l'espèce de chaque individu, des intérêts égaux devraient mener à une égale considération morale, et travaillent donc à prévenir les souffrances animales, telles que celles causées par l'élevage industriel[32].

Raisonnement contre-factuel[modifier | modifier le code]

Les altruistes efficaces soutiennent que le raisonnement contre-factuel est important pour déterminer la façon de maximiser leur impact positif. Beaucoup de personnes supposent que la meilleure façon d'aider les autres est par des méthodes directes, comme travailler pour une organisation caritative, ou fournir des services sociaux[33],[34]. Mais puisque les organisations caritatives trouvent en général suffisamment de candidats prêts à travailler pour elles, travailler pour une telle organisation revient à remplacer le deuxième meilleur candidat, qui aurait été embauché à la place. Ainsi, choisir une carrière altruiste classique peut avoir un impact bien plus faible que ce que nous aurions intuitivement pensé[35].

La stratégie de gagner-pour-donner est proposée comme une stratégie possible parmi d'autres pour les altruistes efficaces. Cette stratégie consiste à choisir de travailler dans les carrières à forte rémunération, dans le but explicite de donner de grandes sommes d'argent aux organisations caritatives les plus efficaces. Certains altruistes efficaces ont fait valoir que le deuxième meilleur candidat pour une carrière très lucrative a peu de chances de faire des dons importants. Ainsi, l'impact contrafactuel des dons est important. L'impact contrafactuel des actes potentiellement contraires à l'éthique dans une telle carrière lucrative serait faible, car le prochain candidat les aurait commis[36],[37].

Certains, cependant, contestent ce principe. Par exemple, Bernard Williams utilise un exemple similaire, au sujet d'un emploi dans une usine d'armes chimiques, afin d'argumenter contre ce type de raisonnement contrafactuel[38]. Selon Williams, le conséquentialisme exige que l'on agisse d'une manière qui viole notre propre intégrité[39].

Vues sur les actes surérogatoires[modifier | modifier le code]

Plusieurs philosophes influents de l'altruisme efficace, y compris Peter Singer et Peter Unger, rejettent la croyance commune que le don à la charité serait surérogatoire. Un acte surérogatoire est celui qui est bon, mais pas moralement nécessaire (par exemple : donner à manger aux oiseaux).

Ces philosophes soutiennent que de s'abstenir d'aider les personnes les plus pauvres est une faute morale. Les altruistes efficaces ne rejettent pas nécessairement l'existence d'actes surérogatoires, mais sont susceptibles de nier le caractère surérogatoire de certains actes. Singer utilise une expérience de pensée pour illustrer cette idée : « Si, en allant travailler, vous passez devant un étang peu profond dans lequel un enfant est en train de se noyer, il est très probable que vous vous arrêtiez et salissiez votre beau costume pour aller le sauver. Alors, pourquoi ne pas faire la même chose pour un enfant loin de vous en train de mourir de faim, par exemple en donnant l’argent du costume en question à une organisation humanitaire ? »[40] Cet argument suppose que la distance physique n'affecte pas la moralité d'une action, un principe clé de l'altruisme efficace.

Coût personnel de l'acte de charité[modifier | modifier le code]

L'altruisme efficace nous pousse à faire don à la charité même si cela empêche l'exercice de nos passions, ce qui peut signifier un coût conséquent pour soi. Pour le justifier, Peter Unger, repris par Peter Singer, utilise l'argument de la Bugatti : « Bob approche de la retraite. Il a investi la plupart de ses économies dans une vieille voiture très rare et précieuse, une Bugatti, qu'il n'a pas pu assurer. La Bugatti est sa fierté et sa joie. En plus du plaisir qu'il éprouve à conduire et à prendre soin de sa voiture, Bob sait que sa valeur marchande croissante signifie qu'il pourra toujours la vendre et vivre confortablement après sa retraite. Un jour, quand Bob est parti en voiture, il gare la Bugatti près de l'extrémité d'une voie de chemin de fer et se promène sur la voie ferrée. Ce faisant, il voit qu'un train en fuite, sans personne à bord, roule sur la voie ferrée. En regardant plus loin sur la piste, il voit la petite silhouette d'un enfant très susceptible d'être tué par le train en fuite. Il ne peut pas arrêter le train et l'enfant est trop loin pour avertir du danger, mais il peut actionner un interrupteur qui détournera le train du côté de la voie où sa Bugatti est garée. Alors personne ne sera tué - mais le train détruira sa Bugatti. En pensant à sa joie de posséder la voiture et à la sécurité financière qu'elle représente, Bob décide de ne pas lancer l'interrupteur, et l'enfant est tué. Pendant les années à venir, Bob aime posséder sa Bugatti et la sécurité financière qu'elle représente. » Il semblerait que nous soyons en désaccord avec la décision de Bob. Or, il est probable que pour le prix d'une Bugatti, nous puissions sauver la vie de plus d'une personne en faisant acte de charité. Ainsi, selon ces philosophes, nous avons l'obligation d'effectuer ce sacrifice personnel.[41]

Comportements[modifier | modifier le code]

Don[modifier | modifier le code]

Donner de l’argent à des organisations caritatives est une façon simple de contribuer à une cause et permet plus de flexibilité que les dons de temps comme le bénévolat[42]. Selon une conception répandue dans l’altruisme efficace[43], chaque habitant des pays à hauts revenus a une grande opportunité d’aider car il fait partie des individus les plus riches au sein de la population mondiale[44]. Lorsqu’elle est allouée à des organisations efficaces, cette richesse relative procure une aide importante.

Certaines organisations rattachées à l’altruisme efficace se consacrent à la recherche des causes les plus prometteuses auxquelles donner, en basant leurs recommandations sur des raisonnement rigoureusement argumentés et corroborés par des études scientifiques, notamment par des essais contrôles randomisés.

Pour simplifier les dons de particuliers auprès d’organismes les plus efficaces, l’Effective Altruism Funds[45] permet de donner à quatre causes: la santé globale et le développement économique, le bien-être animal, le futur lointain et la diffusion des idées de l’altruisme efficace. Une fois un don effectué par un particulier, des experts dans ces domaines déterminent quelles organisations caritatives utiliseront le plus efficacement les fonds collectés.

Givewell, un autre organisme lié à l’altruisme efficace, mène des recherches quantitatives sur les organisations relatives à la santé et de la pauvreté mondiales, afin d’orienter les dons vers les plus performantes. Animal Charity Evaluators[46] remplit une fonction similaire pour les organismes vouées au bien-être animal.

Une autre source de recommandations de dons est fournie par la liste des organisations bénéficiaires de subventions[47] de l’Open Philanthropy Project, un grand bailleur de fond qui utilise les principes de l’altruisme efficace pour trouver des opportunités de dons prometteuses.

Afin d’inciter les particuliers à donner, Giving What We Can propose à chacun de s’engager publiquement à donner au moins 10% de ses revenus[48]. En 2019, plus de 4 100 personnes s’étaient engagées, représentant plus de 1,8 milliard de dollars (Mis à jour le 07 septembre 2020)[49].

The Life You Can Save propose de faire une promesse similaire de reverser au moins 1% de son revenu annuel aux organisations luttant contre les effets de l'extrême pauvreté[50].

The Founders Pledge, gérée par l’organisation à but non-lucratif Founders Forum for Good, invite les fondateurs de start-ups à s’engager juridiquement à donner au moins 2 % de leurs recettes personnelles à une organisation caritative au cas où ils vendraient leur entreprise[51]. En janvier 2019, trois ans après le lancement, plus de 1400 entrepreneurs se sont engagés pour une valeur totale estimée à 700 millions de dollars sur la base des capitaux propres des fondateurs et de l'évaluation des entreprises, et au moins 91 millions de dollars ont été collectés[52].

Choix de carrière[modifier | modifier le code]

Le choix de sa carrière est considéré au sein de l’altruisme efficace comme une des contributions les plus impactante dans la vie d’une personne, à la fois de manière directe (en travaillant sur des sujets utiles pour la société) et de manière indirecte (en reversant l’argent gagné de manière bénéfique)[53].

80,000 Hours est une organisation fondée par les philosophes William MacAskill et Benjamin Todd qui effectue des recherches sur les carrières à fort impact social et en tire des recommandations. L’organisme considère que pour avoir un impact important avec sa carrière, il est judicieux de travailler sur les problèmes où des efforts supplémentaires sont susceptibles d’aider le plus, même si ces problèmes ne sont pas nécessairement les plus importants ou les plus connus: cela inclut les risques catastrophiques d’ampleur mondiale, l’amélioration de la prise de décision institutionnelle, la santé dans les pays pauvres ou la lutte contre l’élevage industriel[54].

Une autre stratégie pour avoir un impact positif majeur consiste en ce qu’on appelle gagner pour donner. Cela revient à choisir de travailler dans des carrières très rémunératrices et de donner des sommes importantes pour financer des causes prioritaires. Selon MacAskill, il pourrait même être pertinent d’entreprendre des carrières controversées moralement, dans la mesure où l’impact marginal de travailler sur un sujet non éthique est faible tandis que l’impact des donations opérées grâce à cet emploi est large[55]. Toutefois, même dans cette perspective, les carrières qui provoquent des dommages directs sont souvent porteuses d’autres conséquences négatives difficiles à prévoir[56]; de plus travailler avec des personnes vénales pour des raisons égoïstes pourrait rendre les altruistes efficaces moins généreux à terme.

Causes prioritaires[modifier | modifier le code]

L'altruisme efficace est en théorie disposé à aider n'importe quelle cause tant qu'elle permet d'avoir le plus grand impact positif possible [57],[58]. En pratique, certaines causes ont été reconnues au sein du mouvement comme particulièrement efficaces [59],[60]. Ces causes tendent à concentrer les efforts des altruistes efficaces.

Réduire la pauvreté mondiale[modifier | modifier le code]

La réduction de la pauvreté mondiale est l'objectif de certaines des organisations les plus anciennes et les plus influentes associées à l'altruisme efficace.

L'évaluateur d’associations caritatives GiveWell, qui appartient au mouvement de l'altruisme efficace, a été fondé en 2007 par Holden Karnofsky et Elle Hassenfeld dans le cadre de la lutte contre la pauvreté[61],[62]. GiveWell défend que les donations atteignent une valeur effective maximale quand elles sont dirigées vers la lutte contre la pauvreté à travers le monde, et plus particulièrement contre les maladies dans les pays en développement[63]. Ses recommandations sont donc tournées vers ce domaine, incluant des associations de lutte contre le paludisme (Against Malaria Foundation et le Malaria Consortium), des organismes concentrés sur la vermifugation (Schistosomiasis Control Initiative et Deworm the World Initiative) et l'organisation GiveDirectly qui met en place des transferts d'argent directs et sans condition vers des familles pauvres de pays en développement[64].

L’organisation affiliée à l'altruisme efficace The Life You Can Save, née du livre éponyme de Peter Singer, œuvre également à lutter contre la pauvreté dans le monde en faisant la promotion d’associations aux méthodes à l’efficacité prouvée, en éduquant à la philanthropie et en influençant la culture du don dans les pays développés[65].

Bien que l'altruisme efficace se soit initialement focalisé sur des stratégies directes telles que les soins médicaux [66] et les transferts d'argent directs [67], il s'est aussi intéressé à des réformes systémiques sociales, économiques et politiques plus larges, afin de faciliter une lutte plus large contre la pauvreté[68]. En 2011, GiveWell a annoncé la création de GiveWell Labs, plus tard renommé Open Philanthropy Project, qui se focalise sur la recherche et le financement de causes plus variées et plus spéculatives, telles que la réforme des politiques publiques ; la réduction des risques catastrophiques et la recherche scientifique[69],[70],[71]. L'Open Philanthropy Project est une collaboration entre GiveWell et Good Ventures, une organisation philanthropique fondée par Dustin Moskovitz, co-fondateur de Facebook, et sa femme Cari Tuna[71],[72].

Bien-être animal[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'altruistes efficaces pensent que la réduction de la souffrance animale devrait être une priorité et qu'il existe actuellement des moyens efficaces et peu coûteux d'agir [73].

Peter Singer cite des estimations de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et de l’association britannique Fishcount, d'après lesquelles 60 milliards d'animaux terrestres sont abattus, et 1000 à 2700 milliards de poissons sont tués chaque année pour la consommation humaine[74],[75]. Il soutient que les activistes de la cause animale au sein de l'altruisme efficace devraient faire de l'élevage industriel une priorité, par rapport à des causes plus populaires telles que le bien-être des animaux de compagnie[76]. Singer déclare aussi que dès lors qu'on attribue à des animaux d'élevage comme les poulets un minimum de conscience, les efforts consacrés à la réduction de l'élevage industriel (par exemple la réduction de la consommation de viande) pourraient être un moyen encore plus efficace et peu coûteux de réduire la quantité totale de souffrance dans le monde, par rapport à la lutte contre la pauvreté[77].

Le livre The End of Animal Farming par le cofondateur du Sentience Institute Jacy Reese Anthis, sorti en 2018, discute de la cause animale dans une perspective d'altruisme efficace, avec un intérêt particulier porté au potentiel de la viande cultivée pour réduire l'élevage industriel et à l'importance d'étendre le cercle moral de chacun pour aider les gens à se soucier davantage des vies futures, des animaux sauvages, des invertébrés et de la sentience artificielle[78].

Animal Charity Evaluators (en) (ACE) est une association appartenant au mouvement de l'altruisme efficace qui évalue et compare des organisations caritatives consacrées à la cause animale, en particulier celles qui se concentrent à l'élevage industriel, en se basant sur leur efficacité par rapport à leurs coûts et sur leur transparence[79]. Faunalytics (en) (anciennement le Human Research Council) est une organisation proche du mouvement de l'altruisme efficace qui mène des études indépendantes sur des sujets liés à la cause animale, fournit des ressources aux militants et donateurs, et travaille avec des associations de protection animale pour évaluer leur travail[80]. Le Sentience Institute (en) est un think tank se revendiquant de l'altruisme efficace, fondé en 2017 pour travailler sur l'élargissement du cercle moral[81]. En France, l'association L214 a été qualifiée d'organisation remarquable (standout charities) par ACE entre 2017 et 2019 pour sa lutte contre l'élevage industriel et sa diffusion de vidéos tournées dans des abattoirs[82],[83].

Avenir lointain et risques existentiels[modifier | modifier le code]

Une des particularités de la communauté altruiste efficace est l’importance accordée au futur lointain ; plus précisément, la tendance à considérer la vie et le bien-être des personnes qui vivront dans le futur comme aussi importante que ceux des gens vivant aujourd'hui. Cette approche transparaît à la fois dans les travaux fondateurs du mouvement[84],[85], dans les publications des chercheurs et/ou organisations rattachés au mouvement[86],[87],[88], dans les allocations de financement[89] et dans les discussions internes à la communauté[90].

Par conséquent, la communauté altruiste efficace prend au sérieux les risques de destruction de la majeure partie ou de la totalité de l’humanité, en considérant également la population qui aurait existé sans cette destruction. Ce sont les risques dits existentiels ou catastrophiques.

Parmi les risques existentiels, la communauté altruiste efficace se concentre sur ceux qui sont les plus négligés[91]. On retrouve dans cette catégorie :

D’autres candidats, tels que la plupart des catastrophes naturelles, ou les scénarios « moyens » des modèles climatiques, reçoivent un intérêt moindre de la communauté altruiste efficace, car considérés comme moins probables, et/ou mobilisant déjà d’importantes ressources pour leur prévention[98].

Enfin, la communauté altruiste efficace s’occupe aussi de risques à long terme non existentiels, comme le risque de souffrance astronomique[99].

Recherche sur les causes prioritaires[modifier | modifier le code]

La recherche sur les causes prioritaires est elle-même une cause prioritaire au sein de l'altruisme efficace [100]. L'altruisme efficace n'étant pas intrinsèquement plus favorable à une cause ou une autre [57], l'accent est mis sur une évaluation objective des différentes causes pour permettre de diriger des ressources vers les causes qui conduiront à un impact positif maximal.

Organisations[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'organisations travaillent dans le domaine de l'altruisme efficace. On compte notamment :

  • GiveWell, un organisme indépendant d'évaluation d'organisations caritatives.
  • Giving What We Can, une société internationale pour la promotion des organismes de bienfaisance de secours de la pauvreté les plus rentables. Il étudie les plupart des organismes rentables, encourage les dons intelligents et construit une communauté de gens qui donnent une proportion importante de leurs revenus aux causes les plus rentables.
  • Animal Charity Evaluators, une association à but non lucratif dédiée à la recherche et la promotion de méthodes efficaces pour améliorer la vie des animaux.
  • Charity Science, un organisme de bienfaisance qui récolte des fonds pour des organisations caritatives recommandées par GiveWell.
  • The Life You Can Save, un mouvement qui prône la lutte contre l'extrême pauvreté en donnant aux organismes de bienfaisance très efficaces. Il a été lancé par le philosophe Peter Singer à la suite de la publication de son livre.
  • 80,000 Hours, un service d'orientation professionnelle éthique pour ceux qui souhaitent utiliser leur carrière pour avoir un impact positif dans le monde.

En France, l'organisation Altruisme Efficace France a pour mission de faire connaître l'altruisme efficace auprès du public francophone et de faciliter l’orientation de ressources vers les actions altruistes les plus bénéfiques [101].

Critiques[modifier | modifier le code]

Une grande partie de la controverse sur l'altruisme efficace est en raison de l'idée qu'il peut être éthique de prendre une carrière à haut gain dans une industrie potentiellement contraire à l'éthique si cela permet de donner plus d'argent. David Brooks, chroniqueur pour The New York Times, a critiqué les altruistes efficaces qui adoptent la stratégie du gagner-pour-donner, c'est-à-dire le fait de choisir une carrière à hauts revenus afin de donner plus. La plupart des personnes travaillant dans la finance et d'autres industries bien rémunérées y travailleraient pour des raisons égoïstes, et au contact de ces personnes, les altruistes efficaces pourraient devenir moins altruistes[102]. Certains altruistes efficaces mentionnent également cette possibilité, et visent à réduire ce risque à travers les communautés de personnes gagnant pour donner, ou en s'engageant publiquement à donner.

Pascal-Emmanuel Gobry affirme dans The Week « L'altruisme efficace [...] ne représente pas un "regard objectif" sur la valeur de la philanthropie. Il s'agit d'une méthode reposant sur de nombreux présupposés philosophiques. Et cela est très bien, tant que tout le monde en est conscient."[103]

En 2015, la Boston Review a publié un débat entre Peter Singer et douze répondants sur le thème de l'altruisme efficace[104]. L’économiste Daron Acemoglu y affirme que « quand des services importants que l'on attend d'un État sont pris en charge par d'autres entités, il peut devenir plus difficile de construire une relation de confiance entre les citoyens et l'État. »

Illégitimité des comparaisons entre les causes[modifier | modifier le code]

La méthodologie défendue par l’altruisme efficace implique de prioriser les causes, au motif que les ressources disponibles sont limitées et que la quantité de bien doit être maximisée. Certaines causes devraient donc être abandonnées lorsqu’elles concernent moins d’individus, ou si le préjudice subi est moins grave, dans le but de dédier davantage de ressources aux causes prioritaires[105].

Ken Berger et Robert Penna de Charity Navigator, une organisation évaluant des associations caritatives, condamnent la pratique consistant à « mettre en balance les causes et les bénéficiaires les uns contre les autres », la qualifiant de « moraliste, au pire sens du terme »[106].

Cette priorisation peut aboutir à une non-assistance instrumentale, c’est-à-dire à recommander de ne pas venir en aide à des individus en besoin dans le but d’en aider d’autres davantage[107].

Le blogueur Scott Alexander, dans un article publié sur le site LessWrong en 2010, rappelle par exemple que, selon les estimations de GiveWell à cette époque, il est moins cher de protéger un enfant du paludisme que de sauver un enfant risquant de mourir de diarrhée[105]. L’auteur en conclut que « donner à une organisation luttant contre le paludisme plutôt qu’à une organisation luttant contre la diarrhée est la bonne réponse, à moins que le critère qui vous guide ne soit pas celui de l’aide apportée aux enfants ». Les enfants risquant de mourir de diarrhée sont désignés comme ceux qu’il est préférable de négliger.

En réponse à cet argument, les membres de la communauté altruiste efficace arguent, d’abord, qu’il est toujours préférable d’aider les enfants risquant de mourir de diarrhée plutôt que de ne rien faire. Surtout, affirment-ils, mettre en œuvre une action altruiste suppose nécessairement de faire un choix et de renoncer à mettre en œuvre d’autres actions possibles. Il est donc impossible d’échapper à cette mise en balance des bénéficiaires et des actions[108].

Biais en faveur des interventions mesurables[modifier | modifier le code]

Les essais contrôlés randomisés occupaient originellement une grande place dans l’évaluation des actions par les altruistes efficaces[109]. Pascal-Emmanuel Gobry, membre du think tank conservateur Ethics and Public Policy Center, met en garde sur l’effet Réverbère : certains domaines, tels que la recherche médicale ou l'aide à la réforme de la gouvernance des pays en développement, ont un rapport coût-efficacité difficile à mesurer par des essais contrôlés[110]. Ils risquent donc d'être sous-évalués par le mouvement de l'altruisme efficace faute de données, indépendamment de leur efficacité réelle[111]. Jennifer Rubenstein, professeur spécialisée en théorie politique, émet elle aussi l’hypothèse d'un altruisme efficace pouvant être biaisé en défaveur des causes difficiles à mesurer[112]. La mesurabilité du bonheur est aussi débattue[113].

Certains au sein de l’altruisme efficace défendent que des réformes structurelles, telles que celles permettant le développement économique, sont efficaces mais négligées par le mouvement, car difficilement testables par des essais contrôlés randomisés[109].

On peut cependant noter que le mouvement de l’altruisme efficace se tourne également vers des causes qui sont difficilement mesurables, comme celle des risques existentiels[114]. La critique selon laquelle l’altruisme efficace serait biaisé en faveur des interventions mesurables serait donc circonscrite au domaine de la pauvreté globale.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://altruisme-efficace.org
  2. « The Effective Altruism Handbook », sur Effective Altruism (consulté le 1er juin 2020)
  3. « L'altruisme efficace », sur Altruisme Efficace France (consulté le 1er juin 2020)
  4. (en) Bilberrry, « Giving Charity Effectively », sur The Life You Can Save (consulté le 1er juin 2020)
  5. (en) « The why and how of effective altruism : Peter Singer’s talk visualized », sur TED Blog, (consulté le 24 septembre 2020).
  6. (en-US) « Cari Tuna and Dustin Moskovitz: Young Silicon Valley billionaires pioneer new approach to philanthropy », The Washington Post, (consulté le 29 octobre 2019)
  7. « Matthieu Ricard parle de l'altruisme efficace pour "Altruisme Efficace France" »
  8. (en) Altruisme Efficace France, « Chronologie du mouvement de l’altruisme efficace », sur Medium, (consulté le 25 juillet 2020)
  9. (en) Peter Singer, The Life You Can Save : Acting now to end world poverty, New York, Random House,
  10. « Centre for Effective Altruism - Combining empathy with evidence », sur Centre for Effective Altruism (consulté le 25 juillet 2020)
  11. (en-US) « Animal Charity Evaluators | Helping People Help Animals », sur Animal Charity Evaluators (consulté le 25 juillet 2020)
  12. (en-US) Bilberrry, « The Life You Can Save - Best Charities for Effective Giving », sur The Life You Can Save (consulté le 25 juillet 2020)
  13. « EA Hub Groups », sur eahub.org (consulté le 25 juillet 2020)
  14. « Quelles sont les nouvelles associations ? (1/2) », sur La Péniche (consulté le 25 juillet 2020)
  15. « À propos », sur Altruisme Efficace France (consulté le 25 juillet 2020)
  16. (en-US) Dylan Matthews, « You have $8 billion. You want to do as much good as possible. What do you do? », Vox, (consulté le 2 novembre 2019)
  17. « Your dollar goes further when you fund the right program », GiveWell
  18. « Your dollar goes further overseas », GiveWell (consulté le 28 février 2013)
  19. Holden Karnofsky, « Hunger here vs. hunger there », GiveWell (consulté le 28 février 2013)
  20. « Trachoma | Trachoma Control | Helen Keller International », (consulté le 25 août 2015)
  21. Tina Rosenberg, « Putting Charities to the Test » (consulté le 25 août 2015)
  22. « School-Based Deworming | The Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab », sur www.povertyactionlab.org (consulté le 25 août 2015)
  23. « Blog | Giving What We Can », sur Giving What We Can (consulté le 25 août 2015)
  24. « The worst way to pick a charity | The GiveWell Blog » (consulté le 25 août 2015)
  25. Dan Pallotta, The way we think about charity is dead wrong, (lire en ligne)
  26. « Blog | Giving What We Can », sur Giving What We Can (consulté le 25 août 2015)
  27. Holden Karnofsky, « Strategic Cause Selection », The GiveWell Blog, GiveWell (consulté le 22 juin 2013)
  28. « Causes », 80,000 Hours, Centre for Effective Altruism (consulté le 22 juin 2013)
  29. « GiveWell Labs Overview », GiveWell
  30. William MacAskill, « What Is Effective Altruism? », Effective Altruism (consulté le 17 juillet 2013)
  31. « Famine, Richesse et Moralite by Peter Singer translated by Fanny Verrax », sur www.utilitarianism.com (consulté le 25 août 2015)
  32. « Animal Charity Evaluators »
  33. Donna Rosato et Grace Wong, « Best jobs for saving the world », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2013)
  34. Aimee Hosler, « 10 "helping" professions and how to train for them », Schools.com, (consulté le 28 février 2013)
  35. Benjamin J. Todd, « Just What Is 'Making a Difference'? - Counterfactuals and Career Choice », 80,000 Hours, Centre for Effective Altruism (consulté le 17 juillet 2013)
  36. (en) Benjamin Todd, Which ethical careers make a difference? : The Replaceability Issue in the Ethics of Career Choice (Mémoire de master de Physics and Philosophy), , 102 p. (lire en ligne)
  37. William MacAskill, « Replaceability, Career Choice, and Making a Difference », Ethical Theory and Moral Practice,‎
  38. (en) Bernard Williams, Utilitarianism : For and against, Cambridge, UK, Cambridge University, , 97–99 p., « A critique of utilitarianism »
  39. Damian Cox, Marguerite La Caze et Michael Levine, « Integrity », Stanford Encyclopedia of Philosophy, (consulté le 7 mars 2013)
  40. http://www.nonfiction.fr/articleprint-2778-pour_une_culture_du_partage.htm
  41. (en-US) Peter Singer, « The Singer Solution To World Poverty », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 juillet 2020)
  42. (en) Peter K. Unger, Living High and Letting Die : Our Illusion of Innocence, New York, Pxford University Press, , 187 p. (ISBN 0-19-510859-0, lire en ligne)
  43. « Introduction to Effective Altruism », sur Effective Altruism (consulté le 7 septembre 2020)
  44. « Homepage », sur www.givingwhatwecan.org (consulté le 7 septembre 2020)
  45. (en) « Effective Altruism », sur app.effectivealtruism.org (consulté le 7 septembre 2020)
  46. (en-US) « Animal Charity Evaluators | Helping People Help Animals », sur Animal Charity Evaluators (consulté le 7 septembre 2020)
  47. (en) « Grants Database » (consulté le 7 septembre 2020)
  48. « The Giving What We Can Pledge », sur www.givingwhatwecan.org (consulté le 7 septembre 2020)
  49. (en) « GWWC » (consulté le 7 septembre 2020)
  50. (en-US) Bilberrry, « Take the pledge », sur The Life You Can Save (consulté le 7 septembre 2020)
  51. (en-US) « One of the most exciting new effective altruist organisations: An interview with David Goldberg of the Founders Pledge », sur 80,000 Hours, (consulté le 7 septembre 2020)
  52. (en-US) Ben Paynter, « Why nonprofits should be courting entrepreneurs as donors », sur Fast Company, (consulté le 7 septembre 2020)
  53. (en) « Replaceability, Career Choice, and Making a Difference », Ethical Theory and Moral Practice,‎ , p. 269–283 (ISSN 1386-2820, DOI 10.1007/s10677-013-9433-4, lire en ligne)
  54. « How to assess the impact of a career - 80,000 Hours » (consulté le 25 août 2015)
  55. (en-US) « Why and how to earn to give », sur 80,000 Hours (consulté le 7 septembre 2020)
  56. (en-US) « Why you should avoid harmful jobs, even if you’ll do more good. », sur 80,000 Hours (consulté le 7 septembre 2020)
  57. a et b (en) « Understanding cause-neutrality », sur https://www.centreforeffectivealtruism.org/, (consulté le 29 octobre 2019)
  58. (en) William MacAskill, « What is Effective Altruism? », Practical Ethics blog,‎ (lire en ligne)
  59. (en) « Our List of Urgent Global Problems » (consulté le 29 octobre 2019)
  60. (en) Luke Muehlhauser, « Four focus areas of effective altruism », sur Effective Altruism Forum, (consulté le 29 octobre 2019)
  61. (en) Holden, « Effective altruism », sur https://blog.givewell.org/, (consulté le 18 septembre 2020)
  62. (en) Vimal S. Konduri, « GiveWell Co-Founder Explains Effective Altruism Frameworks », The Harvard Crimson,‎ (lire en ligne)
  63. (en) « Your Dollar Goes Further Overseas », sur https://www.givewell.org/ (consulté le 18 septembre 2020)
  64. (en) « Top Charities », sur https://www.givewell.org/ (consulté le 18 septembre 2020)
  65. (en) « Our Story », sur https://www.thelifeyoucansave.org/ (consulté le 18 septembre 2020)
  66. (en) Jess Whittlestone, « Global Health and Development », (consulté le 29 octobre 2019)
  67. (en) « Cash Transfers - Effective Altruism Concepts » (consulté le 29 octobre 2019)
  68. (en) Scott Weathers, « Can 'effective altruism' change the world? It already has. », sur https://www.opendemocracy.net/, (consulté le 29 octobre 2019)
  69. (en) « Announcing GiveWell Labs », sur https://blog.givewell.org/, (consulté le 18 septembre 2020)
  70. (en) « Focus Areas » (consulté le 18 septembre 2020)
  71. a et b (en) « Who We Are », sur https://www.openphilanthropy.org/ (consulté le 18 septembre 2020)
  72. (en) « Open Philanthropy Project (formerly GiveWell Labs) », (consulté le 18 septembre 2020)
  73. (en) Jess Whittlestone, « Animal Welfare », (consulté le 29 octobre 2019)
  74. (en) Peter Singer, « Fish: the forgotten victims on our plate », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  75. (en) Alison Mood, « Worse things happen at sea: the welfare of wild-caught fish », sur http://www.fishcount.org.uk/, (consulté le 18 septembre 2020)
  76. (en) « Why farmed animals? », sur https://animalcharityevaluators.org/, (consulté le 18 septembre 2020)
  77. Singer, Peter (1946-....). et Bury, Laurent (1967-....)., L'altruisme efficace (ISBN 9782352049210)
  78. Reese, Jacy, 1992-, The end of animal farming : how scientists, entrepreneurs, and activists are building an animal-free food system (ISBN 978-0-8070-1945-0, 0-8070-1945-3 et 978-0-8070-3987-8, OCLC 1023099335, lire en ligne)
  79. (en) « Background », sur https://animalcharityevaluators.org/ (consulté le 18 septembre 2020)
  80. (en) « What We Do » (consulté le 18 septembre 2020)
  81. (en) « Introducing Sentience Institute », sur https://www.sentienceinstitute.org/, (consulté le 18 septembre 2020)
  82. « L214 : une association de protection animale », sur https://www.l214.com (consulté le 18 septembre 2020)
  83. (en) « L214 Review », sur https://animalcharityevaluators.org/ (consulté le 18 septembre 2020)
  84. (en) Peter Singer, The Most Good You Can Do : how effective altruism is changing ideas about living ethically, New Haven, Yale University Press, , 272 p. (ISBN 978-0-300-18027-5, lire en ligne)
  85. (en) William MacAskill, Doing Good Better, Random House, (ISBN 978-1-78335-049-0)
  86. (en) Hilary Greaves et William MacAskill, « The Case for Strong Longtermism », Global Priorities Institute,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2020)
  87. (en) Nick Bostrom, « Astronomical Waste: The Opportunity Cost of Delayed Technological Development », Utilitas, vol. 15, no 3,‎ , p. 308-314 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2020)
  88. (en) Toby Ord, The Precipice : Existential Risk and the Future of Humanity, Bloomsbury Publishing, , 480 p. (ISBN 978-1-5266-0021-9 et 1-5266-0021-8)
  89. (en) « Long-Term Future Fund », sur Effective Altruism Funds (consulté le 16 juillet 2020)
  90. (en) « Longtermism », sur Effective Altruism Forum, (consulté le 16 juillet 2020)
  91. (en) « Importance, tractability, neglectedness framework », sur EA Concepts (consulté le 16 juillet 2020)
  92. (en) « Reducing global catastrophic biological risks », sur 80,000 Hours, (consulté le 16 juillet 2020)
  93. (en) « Assessing Global Catastrophic Biological Risks », sur Effective Altruism.org, (consulté le 16 juillet 2020)
  94. (en) « Climate change (extreme risks) », sur 80,000 Hours, (consulté le 16 juillet 2020)
  95. (en) « Nuclear security », sur 80,000 Hours, (consulté le 16 juillet 2020)
  96. (en) Stuart J. Russell, Human Compatible : Artificial Intelligence and the Problem of Control, Viking, , 352 p. (ISBN 978-0-525-55861-3)
  97. (en) « Positively shaping the development of artificial intelligence », sur 80,000 Hours, (consulté le 16 juillet 2020)
  98. (en) Toby Ord, The Precipice : Existential Risk and the Future of Humanity, Bloomsbury Publishing, , 480 p. (ISBN 978-1-5266-0021-9 et 1-5266-0021-8), p. 180-186
  99. (en) « Reducing Risks of Astronomical Suffering: A Neglected Priority », sur Center on Long-Term Risk, (consulté le 16 juillet 2020)
  100. (en) Roman Duda, « Global Priorities Research », (consulté le 1er novembre 2019)
  101. « A propos | Altruisme Efficace France » (consulté le 29 octobre 2019)
  102. Brooks, David. "The Way to Produce a Person." New York Times. June 3, 2013. https://www.nytimes.com/2013/06/04/opinion/brooks-the-way-to-produce-a-person.html?_r=0
  103. Pascal-Emmanuel Gobry, « Can Effective Altruism really change the world? », The Week, (consulté le 21 mars 2015)
  104. (en) « The Logic of Effective Altruism », sur bostonreview.net, (consulté le 25 août 2015)
  105. a et b (en) Scott Alexander, « Efficient Charity: Do Unto Others... », sur https://www.lesswrong.com/, (consulté le 2 octobre 2020)
  106. (en) Ken Berger et Robert M. Penna, « The Elitist Philanthropy of So-Called Effective Altruism », Stanford Social Innovation Review,‎ (lire en ligne)
  107. Estiva Reus, « Chapitre 7 – L’altruisme efficace et les deux dimensions de l’utilitarisme », Les Cahiers antispécistes,‎ (lire en ligne)
  108. (en) « Opportunity Cost », sur https://concepts.effectivealtruism.org/ (consulté le 2 octobre 2020)
  109. a et b (en) « Growth and the case against randomista development », sur https://forum.effectivealtruism.org/, (consulté le 2 octobre 2020)
  110. (en) Derek Thompson, « The Greatest Good », The Atlantic,‎ (lire en ligne)
  111. (en) Leah Libresco, « Effective Altruism and Caritas », Patheos,‎ (lire en ligne)
  112. (en) Jennifer Rubenstein, « The Lessons of Effective Altruism », Ethics & International Affairs,‎ (lire en ligne)
  113. (en) Michael Plant, « A Happiness Manifesto: Why and How Effective Altruism Should Rethink its Approach to Maximising Human Welfare », sur https://forum.effectivealtruism.org/, (consulté le 2 octobre 2020)
  114. (en) Toby Ord, The Precipice. Existential Risk and the Future of Humanity, Bloomsbury Publishing, p. 210-212