Alter Real

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alter Real
Chevaux Alter Real du spectacle Apassionata
Chevaux Alter Real du spectacle Apassionata
Région d’origine
Région Drapeau du Portugal Portugal
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Taille 1,52 m à 1,62 m
Robe Toujours Bai ou bai-brun
Caractère Intelligent, volontaire et brillant
Autre
Utilisation Dressage de haute école

L′Alter Real est une lignée du cheval Lusitanien considérée comme particulièrement pure, généralement décrite comme une race de chevaux de selle d'origine portugaise à part entière. La sélection de cette lignée commence au XVIIIe siècle. Très proche du Lusitanien avec lequel il est confondu, mais aussi du Pure race espagnole et du Minorquin, il forme un excellent cheval de dressage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument équestre du roi Dom José, sur un cheval Alter Real, au Portugal.

L'Alter Real a reçu son nom de la localité d'Alter do Chão, une petite ville de la province d'Alentejo[1]. Un haras royal y fut fondé en 1752 à la demande du roi Jean V qui voulait augmenter la production de chevaux, tout aussi bien pour le manège que pour le combat[2]. Le mot real signifie « royal » en portugais[1]. Parfois décrit comme une « race » ou une « sous-race », l'Alter Real constitue techniquement une lignée du cheval Lusitanien[3].

Sa sélection démarre en 1747 et 1748 dans les écuries royales de Lisbonne[3],[1], sous la houlette de la famille royale Braganza, dans l'objectif de fournir Lisbonne en chevaux d'attelage et de haute école[1]. Les 300 premières juments d'origine andalouse formant la souche de l'Alter Real sont importées[1] dans l'Alentejo, province du sud du Portugal, dans le but de créer une race de chevaux destinée à l'aristocratie. En 1756, elles sont déplacées au Haras d'Alter où la sélection continue dans l'objectif d'obtenir des sujets dotés d'allures de qualité.

L'Alter Real est gravement menacé au début du XIXe siècle où, à la suite des invasions napoléoniennes, il est croisé avec d'autres races, notamment l'Arabe, le Pur-sang, le Hanovrien, et des chevaux normands importés[1]. Des tentatives de croisement ultérieures avec l'Arabe donnent peu de résultats[1]. Le gouvernement portugais décide d'un nouvel apport de sang andalou[1]. Une nouvelle menace d'extinction accompagne, au début du XXe siècle, la chute de la monarchie portugaise[1]. Les registres du haras d'Alter sont détruits, les chevaux dispersés et castrés, le nouveau gouvernement ayant décidé de stopper cet élevage[1]. La sauvegarde de l'Alter Real doit beaucoup au Dr Ruy d'Andrade, qui sauve deux étalons et quelques juments[1]. En 1942, il obtient l'autorisation de préserver l'Alter Real de la part du ministère de l'agriculture portugais[1].

Description[modifier | modifier le code]

Il mesure entre 1,52 m et 1,62 m au garrot[3]. L'Alter Real est un cheval de selle élégant à la tête expressive et au chanfrein rectiligne, son encolure est incurvée, musclée et portée haut ce qui favorise le ramener. Il possède une croupe haute et arrondie et une arrière-main puissante. Il possède aussi des canons très allongés, parfois plus long que les avant-bras. Le corps est rond, puissant et équilibré. L'encolure est incurvée et portée haute. Le dos est long et droit.

Robe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bai (cheval).

L'Alter Real est souvent décrit comme ayant une robe baie sous toutes ses variantes[1], incluant le bai-brun. Il n’est pas toujours bai, des représentants de la Coudelaria de Alter étant gris, tels que Coroado AR, meilleur lusitanien au FEI World Dressage Ranking. Cette erreur assez habituelle vient sans doute du fait que la prestigieuse Ecole Portugaise d’art équestre ne sélectionne pour ses effectifs que des chevaux Alter Real bais.

Allures[modifier | modifier le code]

Sa sélection spécifique lui a donné des allures de grande qualité, particulièrement relevées. Les allures de l'Alter Real sont brillantes, sans action exagérée du genou. Son galop est très équilibré, son trot cadencé. Cela convient parfaitement à l'équitation de haute école classique qui tire parti de la capacité de ce cheval à se rassembler et de son aptitude pour les airs relevés[4].

Tempérament[modifier | modifier le code]

Après de mauvais croisements au XIXe siècle, on disait de l'Alter Real qu'il était ombrageux, capricieux, parfois violent. Désormais, il est considéré comme intelligent et volontaire. Brillant, impétueux mais restant à l'écoute[4]. Il conserve une extrême sensibilité nerveuse et épidermique[2].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Il est utilisé avant tout pour l'équitation de haute école[4]. Il est également employé en corrida et en spectacle équestre[3]. L'Alter Real demande un cavalier confirmé, du fait de sa sensibilité[3]. Un étalon Alter Real nommé Sublime, exporté au Brésil depuis le Portugal avant les invasions napoléoniennes, est à l'origine de la race Mangalarga marchador[1].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Il reste un cheval rare, considéré comme réservé à une élite. L'ouvrage Equine Science (4e édition de 2012) classe l'Alter Real parmi les races de chevaux de selle connues au niveau international[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n Hendricks 2007, p. 14.
  2. a et b Michel Henriquet et Alain Prevost, L'équitation, un art, une passion, Paris, Seuil, , 319 p., page 23
  3. a b c d et e Rousseau 2016, p. 100.
  4. a b et c Equitation la passion du cheval Éditions Atlas page 2
  5. (en) Rick Parker, Equine Science, Cengage Learning, , 4e éd., 608  p. (ISBN 1-111-13877-X), p. 57Voir et modifier les données sur Wikidata.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]