Alstom X'Trapolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Metro Valparaiso - Limache unité liée à la station de Portales

La famille des Alstom X'Trapolis est une famille de matériel roulant ferroviaire développée par Alstom pour les transports suburbains. Seule la version électrique est fabriquée (UEM), deux modèles sont actuellement proposés.

X'Trapolis 100[modifier | modifier le code]

Commandés en premier par Connex Melbourne pour remplacer les trains Hitachi Silver, 58 rames de 3 caisses ont été livrées de 2001 à 2004. La ville de Valparaíso au Chili en a commandé 27 éléments de 2 caisses. Ils circulent aussi en Allemagne, à Copenhague et Lisbonne. Des nouveaux exemplaires sont commandés pour la Grande-Bretagne[1].

X'Trapolis at Flinders Street Station, Melbourne

X'Trapolis Duplex[modifier | modifier le code]

MI 2N Altéo à Torcy

C'est ce modèle qui a lancé la gamme X'Trapolis. Construit dans un consortium avec Bombardier (ANF au moment de la commande des premières rames), la seule version connue est tout simplement le MI 2N commandé par la SNCF et la RATP, respectivement pour renforcer le RER A et la construction du RER E. Elles ont été commandées en 1992 pour être mises en service le pour le RER A, le sur le réseau Transilien Saint-Lazare, puis le avec l'inauguration du RER E. Dix ans plus tard, la RATP effectue une nouvelle commande de 60 puis 140 rames, afin de remplacer les MI 84 et les MS 61 ; elles sont nommées MI 09.

X'Trapolis "Tagus" et Z2N[modifier | modifier le code]

Des motrices de Z 5600 et Z 20500 en rénovation au Technicentre de Saint-Pierre des Corps
UT 450 à Barcelone gare de France
CP 3500 à Lisbonne gare d'Orient

L'origine de cette plateforme remonte à la fin des années 1970 lorsque la SNCF chercha à obtenir une alternative aux VB2N en prévision des futures extensions du RER parisien tout juste en service. Cette alternative prendra forme en 1982 avec l'arrivée de la famille des Z2N avec la Z 5600, s'ensuivit une version bi-courant nommée Z 8800 créée pour la future intégration de la VMI au RER C, puis les Z 20500 avec l'apparition des moteurs asynchrones en traction, destinées en premier lieu au RER D dont la livraison s'échelonna sur dix ans à partir de 1988 pour un total de 200 rames dont six seront livrés aux TER Nord-Pas-de-Calais appelées Z 92050, ces six éléments sont aujourd'hui converties en 20500 à leur rénovation en 2014. Les Z 20500 furent dérivées au début des années 1990 pour les réseaux régionaux espagnols avec la fabrication de la série 450 dont elles ont hérité l'apparence anguleuse mais diffèrent principalement par leur largeur (permise par l'écartement ibérique), l'aménagement intérieur et la climatisation. Elles seront dérivées en 1999 pour les CP en série 3500 qui ont donné le nom de la plateforme[2] bien que les Z2N aient été dans le catalogue Alstom en tant que modèles de la plateforme X'Trapolis. Enfin en 2001 furent construits les Z 20900 différents de leurs prédécesseurs par l'aménagement intérieur, la climatisation et la chaîne de traction ONIX (que les CP 3500 ont aussi).

X'Trapolis Modular[modifier | modifier le code]

Une automotrice Civia de la RENFE
Deux X'Trapolis Modular à Estación Alameda de Santiago du Chili

Initialement construits par la CAF et Siemens puis récupéré par Alstom à partir du troisième lot de la livraison pour les Cercanias espagnols, la famille Civia de la RENFE furent construits entre 2004 et 2010 avec 5 séries dénommées UT 46* (l'étoile indique le nombre de voitures allant de deux à cinq). En 2013 ils furent mis en service en complément des X'Trapolis 100 au Chili en conservant l'apparence générale du Civia.

X'Trapolis Mega[modifier | modifier le code]

Ils seront mis en service courant 2016[3] à Johannesburg en Afrique du Sud, prévus pour rouler avec un écartement de voie à 1,067 m ils rouleront à 120 km/h.

X'Trapolis Cityduplex[modifier | modifier le code]

Ces nouvelles rames ont été commandées par la SNCF et le STIF qui les désignent sous l'appellation RER NG, pour équiper les lignes D et E du réseau Transilien. Ces rames seront à deux niveaux et de type « boa », c'est-à-dire sans séparation entre les voitures.

Ces rames seront construites dans le cadre d'un consortium Alstom-Bombardier et livrées à partir de 2021[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]