Alphonse de Rambervillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alphonse de Rambervillers
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Alphonse de Rambervillers est un poète mystique lorrain du début du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait vers 1553-1560 à Toul[1], son père, Claude de Rambervillers, est procureur de la ville. Devenu docteur ès droit à l'université de Montpellier, Alphonse de Rambervillers est d'abord avocat au bailliage de l'évêché de Metz à Vic-sur-Seille, puis lieutenant-général au même bailliage, lorsque la place occupée par son oncle Euchaire de Rambervillers devient vacante. Catholique fervent, son œuvre est empreinte de sa foi.

Alphonse de Rambervillers est aussi un collectionneur, amateur d'art et de curiosités, doublé d'un artiste. On lui prête des talents de miniaturiste, de peintre, de musicien, ainsi que des compétences dans la taille du cristal de roche[2]. Il entretient une correspondance avec Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, conseiller au parlement de Provence, homme de lettres et astronome. Il est également en contact avec Nicolas Coeffeteau et Jean-Jacques Boissard.

Quelques-unes de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les devots elancemens du poète chrestien, Paris, 1601, (2e éd., Melchior Bernard, Pont-à-Mousson, 1603)
  • Les actes admirables en prosperité, en adversité, et en gloire du bienheureux Martyr Sainct Livier, Gentil-homme d'Austrasie, (..), à Vic, par Claude Félix imprimeur, 1624, 100 p., 1 gravure de Jacques Callot. (Ce dernier ouvrage ne laissa pas indifférent le pasteur réformé messin Paul Ferry qui répliqua par un opuscule intitulé : "Remarques d'histoire sur les discours de la vie et de la mort de Saint Livier et le récit de ses miracles, publié par le sieur de Rambervillers, Metz, 1624)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Joseph Barthélémy, Le précieux manuscrit des dévots élancemens, in : Mémoires de l'Académie nationale de Metz, 1965-66, p. 199-230
  • Correspondance, Nicolas Fabri de Peiresc-Alphonse de Rambervillers, 1620-1624, éditée par Anne Reinbold, CNRS, Paris, 1983, 97 p.
  • Alain Cullière, Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au XVIe siècle, H. Champion, Paris, 1999, 990 p., (Bibliothèque littéraire de la Renaissance, Série 3, ISSN 1155-5475 ; 41)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Cullière, La mystique d'Alphonse de Rambervillers, in : Actes du colloque "A la rencontre de Georges de La Tour, Vic-sur-Seille", , Parc naturel régional de Lorraine, Pont-à-Mousson, 1993, p. 31-61
  • Emile Duvernoy, Alphonse de Rambervillers et le bailliage de Vic aux XVIe et XVIIe siècles, in : Mémoires de la Société d'Archéologie Lorraine, 1908, p. 279-370 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Tribout de Morembert, Le testament d'Alphonse de Rambervillers in : Annales de l'Est, 1965, 2, p. 149-162
  • Charles Urbain, Un amateur lorrain, correspondant de Periesc : Alphonse de Rambervillers, in : Bulletin du bibliophile, 1896

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Emile Duvernoy, Alphonse de Rambervillers et le bailliage de Vic aux XVIe et XVIIe siècles, Mémoires de la Société d'Archéologie Lorraine, 1908, p. 298
  2. Emile Duvernoy, Alphonse de Rambervillers et le bailliage de Vic aux XVIe et XVIIe siècles, Mémoires de la Société d'Archéologie Lorraine, 1908, p. 322

Liens externes[modifier | modifier le code]