Alphonse Hippolyte Joseph Leveau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leveau.
Alphonse Hippolyte Joseph Leveau
Mathilde.jpg

Portrait de Mathilde Marie Margerin du Metz (détail) - 1850.

Naissance
Décès
(à 55 ans)
Milan
Nationalité
Français Drapeau de la France
Activité
Peintre
Maître
Mouvement

Alphonse Hippolyte Joseph Leveau est un peintre français né à Saint-Quentin le [n 1] et mort à Milan le [n 2].

Portraitiste et peintre d’histoire, Leveau avait été élève de Léon Cogniet[n 3].

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Philippe Gérard Leveau (Paroisse Sainte Madeleine de la Ville l’évêque[n 4], rue de Clichy, - Belleville, « près Paris », et d'Adélaïde Charlotte Françoise Piot (Saint-Quentin, v. 1796 - Paris, , Alphonse Hippolyte Joseph Leveau, grâce à quelques bons héritages, s'oriente rapidement vers la peinture.

Le , il épouse, à Paris, Marie Margerin du Metz (née à Loos le - Paris, 8e arrondissement, ), sœur de Pierre Alexandre Margerin du Metz (Paris,  ; Hazebrouck, ), riche propriétaire terrien. Un acte de notoriété après le décès du grand-père, Alexandre Louis Quentin Margerin du Metz[n 5] est l'occasion, en 1851, d'une rectification des patronymes familiaux jusqu'ici mal usités. On apprend ainsi, par un rajout en marge, « que le nom de du Metz ajouté à celui de ses enfants, n’est pas un nom patronimique [sic] et qu’il n’a été donné à Monsieur Margerin père depuis [de] longues années, aussi qu’à ses enfants que pour les distinguer des autres membres de la famille ; ce nom provenant d’une petite propriété lui appartenant, nommé le Metz en deux mots. [...] Et savoir aussi à leur égard que les noms et prénoms de Monsieur Leveau sont et doivent être inscrits comme suit : Alphonse Hyppolite Joseph Leveau. [...] Qui est encore à tort et par erreur [rajout en marge : si on n’a donné à M. Leveau que les seuls prénoms de Alphonse Hyppolite au lieu de ceux-ci : Alphonse Hyppolite [sic] Joseph], dans tous les actes, titres, pièces et notations... »

En 1850, Leveau peint sa belle-sœur, Mathilde[n 6], dont le fils, Ernest François Margerin du Metz (1846-1940), ingénieur agronome, s’unira à Jenny Charlotte Augustine Lecaisne, descendante par sa mère d'Honoré Fabien Foy, frère du célèbre général.

Leveau expose aux Salons de 1839 à 1869 et reçoit la mention honorable en 1861 et 1863.

C'est à Milan qu'il décède prématurément, alors qu'il y avait rejoint, avec sa famille, son gendre, tout juste nommé Consul Général de France :

« N°2162 - L’an mil huit cent soixante douze, le 11 juin, a été retranscrit l’acte suivant. Extrait du registre des actes de l’état civil du Consulat de France à Milan, du vingt février 1871, à midi, acte de décès de Leveau, Alphonse Hippolyte Joseph, artiste peintre, décédé à Milan, le 19 février courant, à une heure et demie de l’après-midi, domicilié en France, rue des petites écuries 46 ; demeurant momentanément à Milan, via San Damiano, 14, né à Saint Quentin le 8 août mil huit cent quinze, fils de feu Gérard Félix Leveau et feue Marie Adélaïde Piot, légitimes époux ; marié à Marie Margerin du Metz, domiciliée à Paris, rue des Petites Ecuries, 46 ; sur la déclaration à nous faite par M. Edouard Bouillat, consul de France à Milan, âgé de quarante deux ans, gendre du défunt, et par M. Théodore Algier, professeur, âgé de cinquante six ans, ami du défunt, et ont signé après lecture ; signé : E. Bouillat et Th. Algier, constaté par nous, chancelier au Consulat de France à Milan, remplissant par délégation les fonctions d’officier de l’état civil, signé Louis Ducessois – pour copie – le chancelier L. Ducessois suivant les législations du consulat et du ministère des affaires étrangères, / Le maire officier de l’état civil »

Toute la famille résidait alors Via San Damiano. Madame Leveau fit faire les déclarations officielles au Consulat de France et donna procuration à son ami, l’ancien préfet Balland, pour gérer ses affaires à Paris, et, notamment, faire faire le début de l’inventaire de l'appartement, en juin. Elle partit se reposer à Aix-les-Bains et ne revint qu’en novembre, pour la poursuite et la clôture de l’inventaire. Elle se rapprocha ensuite de sa fille aînée, qui habitait derrière le palais de l’Élysée, rue d’Aumale, en louant un appartement rue de Penthièvre où elle mourut en 1906.

Arbre des Leveau - par S. Perreau

Une descendance ministérielle et Consulaire[modifier | modifier le code]

Le couple Margerin du Metz Leveau eurent trois enfants, deux filles et un fils dont les premières firent des mariages socialement avantageux.

« Le mariage de M. Georges-Charles Bouillat, lieutenant au 12e régiment d'artillerie à Vincennes, fils de M. Edouard Bouillat, ministre plénipotentiaire en retraite, avec Mlle Marie-Louise Fourchy, fille de feu M. Fourchy, ancien avocat général, a été célèbre aussi à la Madeleine, au milieu d'une nombreuse assistance, dans laquelle on remarquait le colonel Trône, du 18e d'artillerie, oncle du marié, et presque tous les officiers des 12e et 18e régiments d'artillerie. M. l'abbé Brunet, vicaire à la Madeleine, ami de M. Bouillat, a donné la bénédiction nuptiale aux nouveaux époux. Les témoins de M. Bouillat étaient le colonel Rebilt du 12e d'artillerie, et Jules Vanier, ceux de Mlle Fourchy étaient MM. Gustave Rosland, trésorier-payeur général, et Gustave Roussigné, ancien magistrat. À l'issue de la cérémonie religieuse, un lunch a été servi chez Mme Bouillat [née Fourchy, la mère], rue Pasquier »

  • Jehanne Marie Leveau (Paris, - Lancié, ?) qui épouse, le , à Paris, 8e arrondissement, Simon Lucien Trône (Saint-Julien-en-Jarret, - Lancié, 1911), Polytechnicien en 1855[n 23], sous-lieutenant élève (1857), chef d’escadron d’artillerie en garnison à Briançon (1880), lieutenant colonel au 15e régiment d’artillerie ()[4], chevalier de la Légion d’Honneur, fils de feu Jean-Michel Trône, entrepreneur de travaux publics et Jeanne Marie Fulchiron. Jehanne Marie Leveau habitait alors 15 avenue de Messine et était déjà veuve de l’ingénieur Dominique Joseph François Trône (Saint-Julien-en-Jarret, Figueras, )[n 24], frère de Simon Lucien et également polytechnicien[n 25]. Les témoins sont Evariste Alphonse Honoré Chancel, industriel de 59 ans demeurant 40 rue de Berlin, Charles Henri Collet, ingénieur de 46 ans, demeurant 4bis rue d’Astorg, Philippe Girard Josias Leveau ci-dessous, le frère de la mariée, 26 ans, sans profession et demeurant avec sa mère, et Louis Edouard Bouillat, Consul Général de France à Anvers, officier de la Légion d’honneur, 50 ans, demeurant 9 rue d’Aguesseau (8e arr.). Trône sera témoin, en 1892, du mariage de son neveu, Georges Bouillat. Il habitait alors Saint-Mandé.
  • Philippe Girard Josias Leveau (né à Paris, 3e arrondissement, le ), « rentier » demeurant au 22 rue d’Armaillé (17e arr.), qui épouse le , à Paris, 17e arrondissement, Marie Françoise Agathe Joubert (née le à Ruffiac), fille de feus Joseph Joubert et de Marie Noël. La veuve de Leveau, Mme Margerin du Metz, également rentière, habite désormais 7 rue de Penthièvre. Le couple en profite pour reconnaître un enfant, Gabriel Francis Pierre Leveau, né le à Paris. Les témoins sont : Louis Duval, 58 ans, tapissier au 22 rue Saint-Ferdinand, Ferdinand Depresle (La Charité-sur-Loire, )[n 26], artiste peintre de 33 ans demeurant au même endroit, Jacques Jumeau-Lafond, limonadier de 39 ans, demeurant au 26 avenue des Ternes, et Louis Gibert, 44 ans, rentier à Neuilly-sur-Seine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. sur l'acte de naissance écrit "Hyppolite"
  2. Voir archives Nationales de Paris, retranscription de l’acte en date du 11 juin 1872 (10e arr.). V4E 3646. La mort et le lieu de décès de l'artiste était jusqu'à aujourd'hui inconnue.
  3. Bénézit mentionne deux peintres sous le nom de Leveau : Alphonse Leveau, portraitiste et peintre de genre à Paris au XIXe siècle et son homonyme, Alphonse Hippolyte Leveau. Mais il s'agit en réalité des mêmes personnages.
  4. Le bourg de La Ville l'Évêque (ou Culture l'Évêque), domaine octroyé à l'évêque de Paris au temps du roi Dagobert, sera annexé à la Ville de Paris en 1722, et bénéficiera du développement du faubourg Saint-Honoré qui abritait alors de somptueuses demeures.
  5. Arch. Nat. ET/XXXIX/909.
  6. Son frère, Emilie Louis sera sénateur de 1879 à 1888
  7. Elle meurt rue d’Aguesseau. État civil de Paris, décès V4E 8768, n°1087. Elle est enterrée au Cimetière du Père-Lachaise.
  8. Fils de Louis Edme Joseph Bouillat et de Victorine Jeanne Gerbet.
  9. Balland, grand ami des Leveau, licencié ès droit, sous la Restauration, fut condamné à mort pour avoir dressé le drapeau tricolore sur les bords de la Bidassoa. Il se réfugia en Grande-Bretagne où il se maria et fut gracié en 1828. Il séjourna à Guernesey et retourna en France où il monta un établissement commercial qui fit faillite. Le , il est nommé sous-Préfet à Semur mais destitué en 1831. Sous-préfet d’Ussel (), le il est muté à la sous-préfecture de Condom, puis à Béziers (), à Saint-Quentin (). Révoqué en 1848, il est nommé le 21 décembre de la même année préfet des Pyrénées-Orientales puis, le de l’Hérault. Il quitte ce poste pour devenir directeur au ministère de la Police générale chargé du premier arrondissement () puis membre de la commission chargée de la répression du banditisme en Corse (). En avril 1855 il cesse ses fonctions et obtient une pension de 2942 francs à partir de juin 1853.
  10. Il était frère d’Adolphe Charles Louis Bouillat et épousa Clémence Sophie Eléonore Parquin-Pasquier (Paris, 1818Paris, 1er août 1896).
  11. Avec son frère, il était le fils de Louis Nicolas le Serrurier (Saint-Quentin, - Saint-Quentin, ), négociant et de Marie Louise Adélaïde Margerin du Metz (-v.1858), fille de Pierre Alexandre François Margerin du Metz, mayeur, seigneur de Dallon et de Jeanne Louise Charlotte Dorigny. Pierre Louis Josias fut chef de bureau au ministère des Finances. Officier de la Légion d'honneur et finit sa vie aveugle. Les frères Le Serrurier furent célibataires et bienfaiteurs de la ville de Saint-Quentin.
  12. Beau-frère de Leveau et époux de Mathilde Massiet du Biest (voir illustration)
  13. Avis paru dans Le Figaro du jeudi  : « Nous avons annoncé [le 1er mars 1938] la mort de Mme veuve Emile Jacquemin, née Bôuillat, survenue le 28 février. Les obsèques auront lieu en l'église Saint-Thomas d'Aquin, samedi 5 mars, à onze heures. De la part de M. et Mme François Jacquemin, de M. et Mme Bernard Paul-Dauphin et leurs enfants, de M. et Mme Georges Bouillat, de Mme Léon Jacquemin et de toute la famille. Cet avis tient lieu d'invitation »
  14. Contrat de mariage passé le, , devant Me Ernest Nottin, notaire à Paris (et. CXV). Sont notamment présent comme témoin Simon Lucien Trône, demeurant à Versailles et Philippe Gérard Leveau, 33 ans, oncle de l’épouse, propriétaire demeurant au 46 rue des petites écuries. On note également Jules Gabriel Herbette, ministre plénipotentiaire, commandeur de la Légion d’honneur, 45 ans, demeurant au 45 rue d’Aumale et Louis Guillaume Tel, propriétaire de 73 ans, demeurant au 75 rue de Seine.
  15. En 1890, le couple Jacquemin-Bouillat habitait au 46 rue de La Borde, dans le 8e.
  16. Paris, Bibl. Nat. LH/1341/56.
  17. Il est également témoin de la naissance de Marguerite Marie Félicie Jacquemin, en 1890. Il a 74 ans.
  18. n°13447. Entré le (n°99) : « sourcils noirs, front découvert, nez aquilin, yeux gris clair, bouche moyenne, menton à fossette, visage allongé, mesure 1,70 m ». Passé à la 1re division de 1885 le 135e sur une liste de 238. Déclaré admissible dans les services publics en 1886, le 142e d’une liste de 234. Admis dans le service d’artillerie en 1886, le 99e d’une liste de 119 élèves.
  19. Contrat de mariage passé devant Me Alexandre-Paul Albert Cocteau le 21 avril.
  20. Elle habitait 17 rue Pasquier, également dans le 8e arrondissement de Paris
  21. Jean-Baptiste Jules Vanier (né à Cambrai le ), propriétaire au 109 Boulevard Sébastopol, fils de feu Antoine Louis Paulin Vanier et de Virginie Adélaïde Maximilienne Sandrain. Il se marie le dans le 9e arrondissement à Paris avec Charlotte Malvina Bouillat (née à Paris, 1er arr, 20 novembre 1839), habitant 15 rue du Helder avec ses parents, Adoplhe Charles Louis Bouillat et Charlotte Louise Marguerite Malvina d'Est.
  22. Fils d'un ancien sénateur et directeur de la Banque de France, Roulland est Sénateur, Administrateur du Crédit Foncier et Receveur Général des Finances.
  23. Matricule 8221, Entré le , cheveux et sourcils châtain, front bas, nez ordinaire, yeux bruns, bouche moyenne, menton rond, visage ovale, taille 1,78 m. Passé à la première division en 1856, le 153e d’une liste de 166 élèves. Déclaré admissible aux services publics en 1857, le 121e d’une liste de 144 élèves. Admis dans le service de l’artillerie en 1857 le 41e d’une liste de 69 élèves.
  24. Ils s’étaient mariés à Paris, 10e arrondissement, le . Trône habitait alors avec ses parents au 98 rue de l’impératrice à Lyon. Sont témoins au mariage, Simon Lucien Trône, alors capitaine d’artillerie de 31 ans, en garnison à Saint-Étienne, Laurent Joseph Trône, propriétaire de 36 ans, demeurant Villelaure, beau-frère de l’époux, Louis Henri Félix Le Serrurier, conseiller à la Cour de Cassation, 68 ans, demeurant rue de la Paix, cousin de l’épouse, Charles Louis Edouard Bouillat, consul de France en Écosse, chevalier de la Légion d’honneur, âgé de 39 ans et demeurant alors à Glasgow, beau-frère de l’épouse, qui sera également témoin du second mariage de Jehanne Marie Leveau en 1880 (comme consul à Anvers).
  25. Matricule 7770, Entré le (concours de Lyon), « cheveux et sourcils châtain, front étroit, nez moyen, yeux bruns, bouche moyenne, menton à fossette, visage large, taille 1m73 ». Passé à la première division en 1853, le 20e d’une liste de 106 élèves. Déclaré admissible aux services publics en 1854, le 18e d’une liste de 91 élèves. Admis dans le service de l’artillerie de terre en 1854 le 3e d’une liste de 50 élèves.
  26. Cf Listes électorales de Paris et de ses environs, 1891. A cette date, il habite rue Fourcroy et est qualifié de « peintre d’annonces ». Il était le fils de Guillaume Depresle (mort avant 1898) et de Marie Héloïse Maringue, rentière au Vésinet. Depresle se marie, le à Paris (17e arrondissement) avec Jeanne Isabelle Adélaïde de Monfaucon (née à Orense, le ), « marchande de nouveautés » au 22 rue Saint-Ferdinand. Elle était fille de feu Claude de Monfaucon et de Marie Prudence Heruy qui habite avec sa fille. Cf Arch. Paris, V4E 10191 (p. 8). Il n’y a pas de Leveau comme témoins.
Références
  1. Élisabeth Barge-Meschenmoser, L'administration préfectorale en Corrèze (1800-1848): limites et effets de la centralisation, Presses universitaires de Limoges, 2000, p. 388, 389. Cf dossier personnel, AN F/IbI/156/2.
  2. Chantal Ronzon-Bélot, Banquiers de la Belle Époque, les dirigeants de la Société Générale vers 1900, Paris, Colin, 2004/3, p. 416.
  3. Paris, Numéro 3453.
  4. Lieutenant-colonel Henri Roswag, Historique du 13e régiment d’artillerie, Paris, Limoges, Henri Charles-Lavauzelle éditeur, 1891, p. 53.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphan Perreau, « Alphonse Hyppolyte Joseph leveau, un représentant de l'académisme bourgeois », Les Cahiers d'Histoire de l'art, n°9, Voulangis, 2011, p. 77-87. Point sur son œuvre peinte, sa famille (inédit) et publication de son inventaire après décès retrouvé Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Émile Bellier de La Chavignerie (1821-1871) et Louis Auvray (1810-1890), Continuateur, Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes / ouvrage commencé par Émile Bellier de La Chavignerie ; continué par Louis Auvray, Paris, Librairie Renouard, 1882-1885, I, p. 1038.
  • Emmanuel-Charles Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, p. 626-627 (données principalement fautives[réf. nécessaire]).

Liens externes[modifier | modifier le code]