Alpha-mannosidose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L alpha-mannosidose est une maladie lysosomale qui couvre des manifestations allant d'une forme mortelle rapidement après la naissance à des manifestations n'apparaissant durant l'enfance et permettant une survie de plusieurs dizaines d'années.

Autrefois décrite en deux types, cette classification n'a plus de raison d'être. Les formes sévères précoces aboutissent au décès de l'enfant principalement par infection. Les formes moins sévères ont un déficit intellectuel moyen, des troubles de l'audition, un visage grossier, un déficit immunitaire, des anomalies du squelette et manifestations neurologiques surtout cérébelleuses se manifestant par une ataxie.
Les manifestations suivantes sont plus rares : cataracte, myopathie métabolique, arthrite.
L'ensemble de ces signes surviennent très progressivement.

Le séquençage du gène MAN2B1 retrouve presque toujours la mutation.

Symptomes

Les patients touchés par l’alpha-mannosidose ont la particularité d’avoir une immunodéficience, des anomalies au niveau du visage, des malformations squelettiques, une déficience intellectuelle. Les premiers symptômes peuvent apparaître dès la naissance. Au fur et à mesure des années, la maladie évolue et l´état de santé des personnes concernées se dégrade petit à petit. A côté des symptômes déjà mentionnés, certains des patients peuvent naître avec un pied bot ou avoir un hydrocéphale.

Durant les premières dix années de vie, cette immunodéficience entraîne plus particulièrement des infections récidives. Les malformations squelettiques sont entre autre une scoliose peu à moyennement développée, dysostose multiplexe et une déformation du sternum. Les malformations constatées au niveau de la tête sont un crâne de taille importante, un front large, des sourcils arqués, un nez plat et une macroglossie (grande langue), des dents écartées et un menton proéminant. Le strabisme est également un symptôme assez fréquent chez ces patients.

Le niveau de perte d’audition varie de moyen à sévère niveau. Les patients sont également touchés par une déficience musculaire, des anomalies articulaires et une ataxie.

Les symptômes peuvent varier d’un patient à l’autre.

Alpha-mannosidose
Référence MIM 248500
Transmission Récessive
Chromosome 19cen-q12
Gène MAN2B1
Empreinte parentale Non
Mutation Ponctuelle
Nombre d'allèles pathologiques 70 mutations pathologiques
Porteur sain Sans objet
Prévalence 1 sur 150 000 à 500 000[1] [2]
Maladie génétiquement liée Aucune
Diagnostic prénatal Possible
Liste des maladies génétiques à gène identifié

Génétique et pathogenèse

L’alpha-mannosidose est une maladie lysosomale. La maladie est due à une mutation du gène MAN2B1 qui se trouve au niveau du chromosome 19 gnlocus p 13.2-q12. Le gène MAN2B1 est le code de l’enzyme alpha-mannosidose. Des mutations au niveau de ce produit génétique peuvent provoquer une activité moindre de l’alpha-mannosidose et enrichir ainsi les glycoconjugués contenant du mannose au niveau des tissus des patients concernés.

Diagnostic

L’activité de l’alpha-mannosidose peut être diagnostiquée grâce à sa présence dans les leucocytes ou autres cellules nucléés. Une analyse ADN permet de confirmer cette présence. L’évacuation d’une quantité élevée d’oligosaccharide riche en manno dans l’urine est un indice pour cette maladie mais n’en est pas une preuve spécifique. Un diagnostic prénatal est possible tant par le biais d’une analyse biochimique que par celui d’une analyse de molécule génétique.

Thérapie

Jusqu’à présent, il n’existe aucun traitement curatif. Cependant, un traitement de substitution d’enzymes, jusqu’ici en cours d‘études cliniques, semble très prometteur. Les résultats de tests effectués sur des cobayes ont démontré une réduction d’oligosaccharide dans les tissus. Seule exception, au niveau du cerveau car l’enzyme utilisé ne peut atteindre le cerveau en raison de la barrière hémato-encéphalique.[2] Des tests similaires effectués sur des souris knock-out – dans ce cas–là le gène Man2b1 des souris a été désactivé - ont mené à une étonnante diminution de l’oligosaccharide au niveau du cerveau de ces cobayes.[3] Le projet européen Hue-Man prévoit un traitement de substitution pour les patients touchés par l’alpha-mannosidose.[4]

Une greffe allogène de cellules souches a été effectuées sur certains patients.[5][6][7][8] Les résultats en étaient partiellement très prometteurs. Malgré les bénéfices thérapeutiques que présentent un tel procédé, il faut cependant tenir compte des risques qu’entraînent une telle greffe. Une greffe allogène de cellules de souche est une option thérapeutique pour les patients jeunes âgés d’un à dix ans pour lesquels la maladie est encore moins développée. [1]

La prescription de sulfate de zinc (substitution de zinc) a montré in vitro une augmentation importante des activités de l’alpha-mannosidose. De ce fait, ce traitement représentait au départ un traitement thérapeutique courant. Cependant, des études à long terme ont démontré que l’impact de cette thérapie était moindre.[9]

Les autres traitements thérapeutiques se font de manière plutôt symbolique. Il s’agit dans l’idéal d’une thérapie proactive telle que la kinésithérapie qui enraye des complications éventuelles. Les infections dues à une immunodéficience doivent souvent faire l’objet d’un traitement.

Pronostic

L’état des patients se dégrade avec l’âge. Le fonctionnement des muscles maintenant le squelette et les capacités motrices diminuent et les patients concernés se retrouvent dans la majorité des cas dans un fauteuil roulant. Aucun patient n’est complètement indépendant du point de vue social. Un grand nombre des patients atteint la cinquantaine. La progression de la maladie entraine une malentendance et les patients doivent être appareillés.[1]

Premier cas identifié

Le médecin Per-Arne Öckerman (* 1933) de l‘Universität Lund en Suède a été le premier à décrire en 1967 une forme de maladie de surcharge lysosomalen présentant des symptômes identiques au syndrome de Hurler pour laquelle il n’apparaissait cependant aucune accumulation de mucopolysaccharides.[10]

Médicine vétérinaire

Chez les bovins, c’est en particulier le cas pour la race ‚Aberdeen Angus‘ l‘alpha-mannosidose est une maladie relativement souvent répandue.[3]

Traduction des informations plus complètes trouvées sur le site allemand de Wikipedia

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Dag Malm, Øivind Nilssen, Alpha-Mannosidosis In: GeneReviews at GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1997-2005. genetests.org
  • (fr) Fiche médicale Alpha mannosidose

Références[modifier | modifier le code]

  1. Meikle PJ, Hopwood JJ, Clague AE, Carey WF (1999) Prevalence of lysosomal storage disorders. JAMA 281:249-54
  2. Malm D, Tollersrud OK, Tranebjaerg L, Mansson JE (1995) [Alpha-mannosidosis]. Tidsskr Nor Laegeforen 115:594-7
  3. K. W. Moremen: Golgi alpha-mannosidase II deficiency in vertebrate systems: implications for asparagine-linked oligosaccharide processing in mammals. Dans: Biochimica et Biophysica Acta. Tome 1573, numéro 3, Décembre 2002, p. 225–235, PMID 12417404. T. Beccari et al.: Lysosomal alpha-D-mannosidase. In: Bioscience reports. Tome 19, numéro 3, juin 1999, p. 157–162, PMID 10513892. J. P. Kistler et al.: Mannosidosis. New clinical presentation, enzyme studied, and carbohydrate analysis. Dans: Archives of Neurology. Tome 34, numéro 1, janvier 1977, p. 45–51, PMID 12732. Y. Gotoda et al.: Missense and nonsense mutations in the lysosomal alpha-mannosidase gene (MANB) in severe and mild forms of alpha-mannosidosis. Dans: American journal of human genetics. Tome 63, numéro 4, octobre 1998, p. 1015–1024, doi:10.1086/302048. PMID 9758606. PMC 1377481 (texte libre). A. Gutschalk et al.: Adult alpha-mannosidosis: clinical progression in the absence of demyelination. Dans: Neurology. Tome 63, numéro 9, novembre 2004, p. 1744–1746, PMID 15534274. (en) Dag Malm, Øivind Nilssen, Alpha-Mannosidosis Dans: GeneReviews at GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1997-2005. genetests.org [archive] (fr) Fiche médicale Alpha mannosidose [archive]    D. Malm und O. Nilsson: Alpha-mannosidosis. dans Orphanet Journal of Rare Diseases 3, 2008, 21. (Review, Open Access, CC-by-2.0)     A. C. Crawley et al.: Enzyme replacement therapy in alpha-mannosidosis guinea-pigs. dans: Molecular genetics and metabolism. Tome 89, numéero 1–2, 2006 sept-Oct, p. 48–57, doi:10.1016/j.ymgme.2006.05.005. PMID 16807033.     D. P. Roces, et al.: Efficacy of enzyme replacement therapy in alpha-mannosidosis mice: a preclinical animal study. dans: Human molecular genetics. tome 13, numéro 18, septembre 2004, p. 1979–1988, doi:10.1093/hmg/ddh220. PMID 15269179.     Towards The Development Of An Effective Enzyme Replacement Therapy For Human Alpha-Mannosidosis. Informations consultées le 7 novembre 2009     S. S. Grewal et al.: Effective treatment of alpha-mannosidosis by allogeneic hematopoietic stem cell transplantation. dans: The Journal of Pediatrics. Tome 144, numéro 5, mai 2004, p. 569–573, doi:10.1016/j.jpeds.2004.01.025. PMID 15126988.     D. A. Wall, D. K. Grange, P. Goulding, M. Daines, A. Luisiri, S. Kotagal: Bone marrow transplantation for the treatment of alpha-mannosidosis. Dans: The Journal of pediatrics. Tome 133, numéro 2, août 1998, p. 282–285, PMID 9709723.     A. Will et al.: Bone marrow transplantation in the treatment of alpha-mannosidosis. dans: Archives of Disease in Childhood. Tome 62, numéro 10, octobre 1987, p. 1044–1049, PMID 3314721. PMC 1778651 (texte libre).     S. U. Walkley et al.: Bone marrow transplantation corrects the enzyme defect in neurons of the central nervous system in a lysosomal storage disease. dans: Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. Tome 91, numéro 8, avril 1994, p. 2970–2974, PMID 8159689. PMC 43496 (texte libre).     L. T. Wong et al.: Oral zinc therapy in the treatment of alpha-mannosidosis. dans: American journal of medical genetics. Tome 46, numéro 4, juin 1993, p. 410–414, doi:10.1002/ajmg.1320460413. PMID 8357013.     P. A. Öckerman: A generalised storage disorder resembling Hurler’s syndrome. dans: The Lancet 2, 1967, doi:10.1016/S0140-6736(67)92303-3. p. 239.     J. D. Hocking et al.: Deficiency of alpha-mannosidase in Angus cattle. An inherited lysosomal storage disease. dans: The Biochemical journal. Tome 128, numéro 1, juin 1972, p. 69–78, PMID 4673577. PMC 1173571 (texte libre).   H. W. Leipold et al.: Mannosidosis of Angus calves. dans: Journal of the American Veterinary Medical Association. Tome 175, numéro 5, septembre 1979, p. 457–459, PMID 500478. Meikle PJ, Hopwood JJ, Clague AE, Carey WF (1999) Prevalence of lysosomal storage disorders. JAMA 281:249-54 Malm D, Tollersrud OK, Tranebjaerg L, Mansson JE (1995) [Alpha-mannosidosis]. Tidsskr Nor Laegeforen 115:594-7 Liens site internet Α-Mannosidose. In: Online Mendelian Inheritance in Man. (anglais) Α-Mannosidose. In: Orphanet (Banque de données sur les maladies rares).

Associations[modifier | modifier le code]