Alonso Hernández Puertocarrero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alonso Hernández Puertocarrero (né avant 1495 à Medellín, Espagne - mort vers 1523, en prison, Espagne), était un conquistador espagnol qui participa à l'exploration et à la conquête du Mexique en compagnie de Hernán Cortés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alonso Hernández Puertocarrero naît à Medellín, tout comme Hernán Cortés, de Rodrigo Puertocarrero et de María de Céspedes[1]. Il est issu d'une lignée de bonne noblesse, étant le cousin du Comte de Medellín[2].

Comme beaucoup de jeunes espagnols de cette région, il est attiré par les promesses du Nouveau Monde. Il arrive sur l'île de Cuba en 1515 et reçoit des terres et des Indiens[3]. Ayant envie de faire fortune, il se joint à l'expédition de Hernán Cortés. Ce dernier le nomme capitaine et lui échange une jument grise, bonne à la course, en échange de torsades d'or[4].

Les premières rencontres avec les Indiens se soldent par des échanges de présents, et notamment de jeunes indiennes. C'est ainsi que Cortés offre La Malinche à Hernández Puertocarrero. Quelque temps plus tard, lors de la fondation de Veracruz, il est élu alcalde de la ville[5].

Ayant toute la confiance de Cortés, il est nommé procureur de la Nouvelle-Espagne. Il reçoit l'ordre de rentrer en Espagne en 1519, avec pour mission d'apporter des présents au roi Charles Quint, mais aussi et surtout de défendre la politique de Cortés, ce qu'il fait à la fin octobre. Mais il se heurte à Juan Rodríguez de Fonseca, évêque de Burgos et partisan de Diego Velázquez de Cuéllar. Ce dernier trouve un prétexte pour l'emprisonner. Il meurt en prison vers 1523[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Grunberg, Dictionnaire des conquistadores de Mexico, p.248
  2. Bernal Díaz del Castillo, La Conquête du Mexique
  3. a et b Bernard Grunberg, op. cit.
  4. Bernal Díaz del Castillo, op. cit.
  5. Bernard Grunberg, op. cit. et Bernal Díaz del Castillo, op. cit.